BILLET D' AMOURS EUROPÉENNES :

" T'AR TA GUEULE À LA RÉCRÉ "

de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 10 Septembre 2018

 

L'Europe est depuis toujours un processus plein de surprises, qui nous laisse parfois pantois, voire abasourdis. Tel est le cas lorsque l'on tombe sur les échanges acidulés entre Viktor Orban, Premier ministre hongrois, et Emmanuel Macron, Président de la République.

 

Rappelons les faits : Viktor Orban rend visite à Matteo Salvini à Rome le 28 août dernier et, sans doute encouragé par les vues communes qu'il partage avec le ministre italien de la Ligue sur la question des migrants, il désigne alors le Président français comme " le chef du parti des pro-migrants " en Europe.

 

Emmanuel Macron, piqué au vif,se considérant visiblement insulté, rétorque dès le lendemain : "S'ils ont vu en ma personne leur opposant principal, ils ont raison ", faisant ici monter de plusieurs crans la crise qui secoue l'Europe sur la question des migrants mais valorisant, par la même occasion, aux yeux de leur opinion publique, la position de la Hongrie et de l'Italie qui osent tenir tête à un "grand" de l'Europe.

 

La réalité saute aux yeux : que le Président Macron soit en désaccord avec les positions de V.Orban et M. Salvini n'est pas en soi une surprise et correspond à la position française établie par Hollande et les socialistes, mais l'art de la diplomatie, en Europe surtout, n'est pas de verser de l'huile sur le feu par des propos cinglants qui font penser à ces potaches qui se narguent et s'invectivent : " T'ar ta gueule à la récré ! "

 

Jacques Chirac insulté parfois sur les marchés, répondait imperturbablement : " Moi, c'est Jacques Chirac " , et passait son chemin... sans autres formes de procès.

A l'évidence, Emmanuel Macron est incapable de comprendre que la vision de l'Europe qu'il souhaite - approfondir toujours plus la construction européenne - est une conception des années soixante qui est largement rejetée non seulement en Europe de l'Est mais aussi en France et même en Allemagne.

 

De plus, il met en avant une conception moralisante de l'Europe qui est bien loin des réalités; à ce titre est-il judicieux pour surmonter la crise d'accuser d'illibéralisme publiquement et à longueur de temps la Hongrie et la Pologne, dont les conceptions sur la justice interpellent notre propre conception ?

 

Est-il judicieux - comme le pensent certains, notamment à Bruxelles et aussi à Paris - d'envisager de prendre des sanctions contre ces Etats qui ne respecteraient pas les valeurs de l'Union européenne définies à l'article 2 duTraité sur l'Union européenne ?

 

En application de l'article 7 du traité susvisé, le Conseil européen à l'unanimité sur proposition d'un tiers des Etats membres ou de la Commission après approbation du Parlement peut constater l'existence d'une violation grave et persistante par un Etat des valeurs visées à l'article 2.

 

Ces sanctions peuvent aller jusqu'à la suspension des droits de vote au sein du Conseil. Il est manifeste que si une telle procédure est mise en oeuvre, on aura une crise majeure dont l'Union européenne ne se relèvera pas !

 

Est-il judicieux d'opposer les "progressistes"qu'Emmanuel Macron prétend incarner aux "souverainistes" qu'il qualifie de nationalistes et dont il dénonce de façon insultante " la lèpre populiste " alors que le souverainisme n'est pas le repli sur soi mais une autre forme d'organisation de l'Europe fondée sur les Etats-Nations ?

 

La France se pose en défenderesse de la démocratie libérale, mais elle ne doit pas oublier que la démocratie est en crise; elle est ,en effet, désormais synonyme pour beaucoup de nos concitoyens de laxisme et d'inefficacité face aux défis internes - la sécurité - et externes comme les flux migratoires.

 

Dès lors, s'ériger en permanence en défenseur de la démocratie apparaît à tort ou à raison comme une volonté moralisatrice de donneurs de leçons : " je suis un démocrate et je détiens la vérité ", mais en l'occurence le fondement de la démocratie, c'est d'abord le suffrage universel, et ces gouvernements qui sont qualifiés de nationalistes sont eux-aussi issus du suffrage universel tout comme ceux qui se disent progressistes !

 

Certes, un régime démocratique est un régime qui est fondé sur la séparation des pouvoirs et le respect des oppositions, ainsi que sur l'indépendance de l'autorité judiciaire. Sur ce point, précis on peut s'interroger sur certaines dispositions des récentes lois adoptées en Pologne et en Hongrie.

 

Mais que dire de la révision constitutionnelle d'Emmanuel Macron qui encadre singulièrement le droit d'amendement des députés qui ne peut être exercé qu'en commission - du jamais vu -, qui affaiblit les députés en limitant le nombre de mandats, augmente la taille des circonscriptions - ce qui les empêche de se faire connaître physiquement de leurs électeurs et détruit le lien de proximité entre le député et ses électeurs ?

 

En réalité, Emmanuel Macron est en train de casser la démocratie représentative parlementaire au profit de la technocratie dont il est issu !


Ses leçons de démocratie et de progressisme sonnent faux, elles sont perçues comme de la pure arrogance et ne font qu'aggraver les relations avec nos partenaires européens !

 

Il existe une collection de livres intitulée " Pour les Nuls "; les afficionados de Jupiter pourraient lui offrir un ouvrage de ce type, il en existe un pour la diplomatie.

 

Cela évitera nombre de crispations qui enveniment les crises européennes !

__________________________________________

 

BILLET DU JOUR :

Le 18 BRUMAIRE : LE RETOUR

de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 10 Juillet 2018

 

A/S :  Le retour du 18 Brumaire !

 

L'Histoire est-elle, comme le dit Shakespeare, un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ?

 

C'est possible et vraisemblable mais à l'évidence elle ressert parfois les plats .

 

Hier à Versailles on a entendu le Président de la République déclarer sans ciller qu'il entendait venir chaque année chapitrer les parlementaires et mieux encore qu'il demandera la modification de la Constitution pour répondre après son discours fleuve aux députés et sénateurs.

 

Est-ce là une avancée de la démocratie ? Que nenni !

 

D'ou vient la règle qui interdit au chef de l'Etat de s'adresser aux députés ? Du 18 Brumaire !

 

Le 18 Brumaire - 9 Novembre 1799 - à l'instigation de Sieyès les deux assemblées du Directoire sont priées de siéger au château de Saint Cloud - brûlé depuis par les Prussiens en 1870 - ce qui permit à Bonaparte de prendre le pouvoir en chassant les députés du Conseil des Cinq-Cents par la force et d'installer le Consulat.

 

C'est un coup d'Etat dont toutes les assemblées ont gardé le souvenir amer, et ont adopté une règle constitutionnelle restée intangible jusqu'à la réforme de Nicolas Sarkozy : le chef de l'Etat ne peut pas avoir accès à l'Assemblée nationale; il peut lui adresser un message lu sous la Vème République par le Premier Ministre et au Sénat par le Garde des Sceaux.

La réforme de N. Sarkozy est revenue en partie sur cette règle en autorisant le Président à s'adresser aux deux assemblées réunies en Congrès à Versailles.

 

Mais une fois son discours terminé, le President doit se retirer pour respecter le libre débat des parlementaires justifié par la séparation des pouvoirs.

 

C'est précisément ce qu'Emmanuel Macron veut modifier pour peser de tout son poids de chef d'Etat sur les parlementaires, à un moment où il propose de réformer de manière substantielle la Constitution en encadrant notamment le droit d'amendement... du jamais vu en République, cela rappelle étrangement le début autoritaire du second Empire !

C'est le retour du 18 Brumaire !

C'est bien là le sens de son discours fleuve d'hier plein de pathos, un discours de gouvernement.

 

C'était en réalité un discours de gouvernement qui a fait un mort : le Premier Ministre réduit au rôle de potiche ou de chef de cabinet et encore puisqu'il n'a plus de véritable cabinet lequel est pratiquement fusionné avec celui de Macron !

 

Tout cela serait risible, mais il s'agit de la Constitution et de l'organisation de la démocratie représentative.

Gardons en mémoire qu'après le 18 Brumaire sont venus le Consulat avec un premier Consul qui s'est auto-proclamé empereur avant de chuter ...

 

L'Histoire est sans fin, elle peut bégayer et resservir les mêmes plats, mais une chose est certaine : l'Hubris du pouvoir conduit toujours à l'échec !

 

"Le ciel rabaisse toujours ce qui dépasse la mesure" Hérodote

que l'on complétera à propos par l'adresse des soldats romains au général qui triomphe au Forum

 

" Memento Mori " !

 

 

________________________________________

 

BILLET D'UNE ACTUALITÉ PERMANENTE :
LE LANCINANT PROBLÈME DES MIGRANTS

de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République


Le 21 JUIN 2018

 

A/S :  LE LANCINANT PROBLÈME DES MIGRANTS

 

C'est l'honneur des gens de mer de porter secours à tout homme qui est en péril dans les flots, personne ne saurait remettre ce principe en cause au risque de tomber dans la barbarie.

L'Aquarius a appliqué ce principe d'humanité en se portant au secours des migrants entassés dans de frêles barcasses poussées à la mer par des passeurs mafieux qui exploitent ces Africains.

 

Néanmoins un malaise profond plane sur ces opérations de sauvetage en mer, malaise d'autant plus fort que le nouveau gouvernement italien a refusé de laisser accoster l'Aquarius. Le Président français, pour sa part, a d'abord fustigé le gouvernement italien tout en se gardant bien de recevoir ce navire qui a rallié Valence en Espagne.

 

Nous sommes tous des humanistes, mais l'humanisme est-il la clé et la réponse à la question lancinante des migrants ?

Sans rien renier de nos valeurs, nous nous devons de regarder la réalité en face et de ne pas tomber ni dans les pièges de la repentance permanente à l'égard de l'Afrique , ni dans les manipulation médiatiques des "hommistes" donneurs de leçons !

 

Les migrations, c'est l'histoire de l'Humanité depuis des temps ancestraux; elles ont pour cause principale la démographie et la surpopulation de certaines régions ou continents par rapport à d'autres.

 

Les migrations ne sont jamais passées dans la joie et la quiétude dont parlent les naïfs apôtres de l'amour insatiable pour son prochain mais elles ont provoqué des affrontements et des guerres.

 

Dans ses travaux et nombreux ouvrages, le polémologue Gaston Bouthoul (1896-1980 ) souligne les liens entre l'explosion démographique, les migrations et les guerres.


Comme l'a rappelé Henri Begson en 1936 dans une formule ciselée " Laissez faire Venus et vous aurez Mars".


A ce titre, il convient d'analyser de manière réaliste les données géostratégiques auxquelles nous faisons face :

Le continent africain avait 250 millions d'habitants en 1950 - les experts parlaient d'un continent vide.

 

En 2000 l'Afrique a passé le cap du milliard d'habitants

En 2018 il y a 1,275 milliard d'Africains

 

Depuis le 1er Janvier 2018 les naissances annuelles en Afrique s'élèvent à presque 20 millions en moins de 6 mois.

L'Afrique aura 2,5 milliards d'habitants en 2050 et on estime qu'ils seront 4 milliards à la fin de ce siècle

 

Certains experts contestent cette tendance et annoncent que la transition démographique de ce continent est en cours, mais le train de la croissance est lancé et ne s'arrêtera pas avant au moins deux générations.

 

Tout se joue dans les années qui viennent.

 

Inutile d'être aveugle : les flux migratoires sont le défi majeur que la France, le continent européen doivent relever dans les prochaines années.

 

Il est urgent de voir plus loin que le sauvetage en mer et de psalmodier la nécessité d'accueillir les migrants comme une vérité d'évidence.

 

Les migrants et surtout les trafiquants mafieux lisent à livres ouverts dans nos politiques et décisions. Aujourd'hui ils savent que si les migrants arrivent par un moyen ou un autre, ils seront "accueillis" même s'ils restent quelques semaines sur les trottoirs Porte de la Chapelle ou à Calais dans des conditions difficiles.


A chaque fois que nous régularisons des migrants clandestins - comme cela s'est fait en Espagne et en France - à chaque fois que nous répartissons un peu partout en France les migrants entrés irrégulièrement en France et en Europe, nous créons un APPEL permanent à l'émigration des Africains.

 

Nous encourageons l'action des passeurs criminels qui bénéficient de la complicité d'ONG qui sont loin d'être naïves, poursuivant leur action idéologique, et jouent les apprentis sorciers !

 

Dans ces conditions, il est urgent de casser ce processus qui est dangereux pour les Africains qui risquent leur vie et provoquent des tensions avec les Européens excédés par les multiples incidents et affrontements.

 

Dans ces conditions, la première décision de tous les Etats européens est d'annoncer clairement et fortement qu'aucun migrant ne sera accepté s'il entre de manière illégale et il sera expulsé.


La deuxième décision est de renvoyer tout navire vers l'Afrique qui comme l'Aquarius se font les complices implicites des passeurs criminels.

 

Est-ce là un manque d'humanité ? Non c'est la seule politique qui endiguera les flux. C'est le seul moyen pour mettre un terme à l'appel à l'émigration.

 

Ajoutons à cela que la destruction des barcasses des passeurs avant qu'elles ne prennent la mer aurait dû être faite depuis longtemps car ce sont des esclavagistes qui entrent dans la catégorie des auteurs de crimes contre l'humanité ( loi française du 21 Mai 2001 ), ce qui devrait conduire les Etats au titre de la compétence universelle à agir fermement.

A ce titre le silence de l'Organisation de l'Unité africaine ( OUA ) sur ces trafics est assourdissant et inacceptable.


Enfin il est urgent de traiter la question à la source :

-en recherchant activement des solutions pour mettre un terme aux conflits comme celui du Darfour, là encore l'OUA doit agir plus fortement en liaison avec l'ONU.

-en apportant une aide soutenue au développement, en la conditionnant à des programmes de stabilisation démographique afin de maitriser la croissance de la population. Ainsi un pays dont la population croît de 2% par an double sa population en 36 ans, ce qui entrave tout décollage économique !

 

L'Organisation de l'Unité africaine et tous les Etats africains doivent se réveiller et agir avec les Etats européens - ce n'est pas aux seuls Etats européens de toujours plaider coupables !

 

________________________________________

 


COMMERCE INTERNATIONAL :
BILLET LUCIDE SUR L'HISTOIRE SANS FIN

de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République


Le 13 JUIN 2018

 

A/S : COMMERCE INTERNATIONAL : L'HISTOIRE SANS FIN !

 

Le fiasco du G7 provoqué par Donald Trump mérite plus que des réactions épidermiques contre le Président américain ainsi que l'ont fait nombre de politiques européens ou experts renommés comme mon vieil adversaire Pascal Lamy qui accuse D.Trump de "fracturer l'Occident" .

 

L'Occident est il une réalité tangible ou comme le dit Hubert Vedrine un mot valise sans signification qui contient plus de forces centrifuges que de cohérence interne ? Mais laissons cette question à ce stade.

 

La question du commerce international pour bien la comprendre doit être être replacée dans sa perpective historique qui s'est toujours jouée entre protectionisme et ouverture des frontières au nom du libéralisme .

 

Il en est souvent résulté des conséquences contrastées ce qui rappelle le fameux adage de Paracelse , médecin suisse ( 1493- 1541 ) :

" Tout est poison et rien est poison, la dose seul fait que quelque chose n'est pas un poison."

 

Le protectionisme a eu ses heures de gloire au 19 ème siècle et l'Allemagne - déjà elle - a su bâtir son économie à l'abri du Zollverein, une union douanière protectrice vis à vis des non membres.

 

Après le seconde guerre mondiale et l'échec de la Charte de la Havane qui tenta en vain de concilier libéralisme et garanties pour les pays en développement, l' Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) a ouvert 9 cycles de négociations qui d'Annecy en 1949 à celui d'Uruguay en 1986 qui vit la création de l'OMC sont tous allés dans le même sens de la libéralisation des échanges : baisse des droits de douane notamment, limitation des subvention en agriculture.

Les pays qui ont participé à ces cycles ont augmenté fortement, de 23 en 1947 à plus de 150 avec le Cycle de Doha en 2001.

 

Toutefois le cycle de Seattle en Novembre 1999 fut un échec en raison de fortes manifestations lors de son ouverture et le cycle de Doha qui commença en Novembre 2001 fut suspendu en juillet 2006 par le directeur général de l'OMC Pascal Lamy.

 

La libéralisation des échanges à partir de cette période n'est plus perçue comme la panacée, la mondialisation n'est plus heureuse.

 

Si l'OMC marque le pas, la Commission de Bruxelles reçoit cependant plusieurs mandats pour négocier dés accords généraux de libéralisation des échanges avec le Canada en 2009, CETA, et en 2013 avec les Etats-Unis, TAFTA .

Ces deux accords ont provoqué de multiples polémiques de part et d'autres de l'Atlantique : clause d'arbitrage, interrogations européennes sur son application éventuelle par les Etats américains fédérés, réciprocité réelle ou non de l'ouverture des marchés publics au Canada, impossibilité de satisfaire tous les acteurs économiques dans un accord monstrueux de dizaines de milliers de pages et élaboré avec une multitudes de compromis.

 

Dès son arrivée au pouvoir D.Trump a décidé de suspendre l'exercice ce qui provoque la critique acerbe de Pascal Lamy :

"Donald Trump est inapte au multilatéralisme,c'est trop compliqué pour lui. Il ne comprend que le bilatéral et la logique du bras de fer " dans Le Monde,du mercredi 13 Juin 2018.

 

La vérité est plus compliquée que ce jugement sans appel, elle dépasse les personnes. La vérité est à rechercher dans la mondialisation galopante qui en quelques décennies a subjugué la planète devenue un village planétaire en provoquant des bouleversements politiques et sociaux de grande ampleur.

 

Certes les bons esprits se font les défenseurs d'une "mondialisation maitrisée". Mais une mondialisation maitrisée n'est rien d'autre que retrouver des écluses ou digues pour maitriser les flots des économies dominatrices et protéger au moins pour un temps les économies nationales qui ne sont plus compétitives.

 

D.Trump est dans cette logique.

 

Mais il n'en demeure pas moins que la complexité des échanges, la multiplicité des lieux de production sur la planète pour certains équipements comme les avions obligent à prendre en compte les autres économies.

 

L'interdépendance est la règle aujourd'hui et est à la base de la réciprocité, fondement du commencement de la sagesse.

Libéralisme et protectionisme doivent être en conséquence dosés... comme le poison de Paracelse. D.Trump l'apprendra vite s'il pousse le bouchon trop loin...

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

ANCIEN PRESIDENT DU GROUPE D'ETUDES CHEVAL
DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE


Le 19 JUIN 2018

 

A/S :  RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES SUR L'INSTITUTION DES COURSES : DU BON ET DU MAUVAIS !


Le rapport rendu public lundi 18 juin  par la Cour des comptes sur l’institution des courses  comporte de nombreux points d’analyse conformes au rapport du Comité d’évaluation et de contrôle (CEC) de MM Juanico et Myard de février 2017, avec de surcroît des analyses spécifiques aux sociétés-mères que le rapport parlementaire n’avait pas la possibilité d’examiner.

 

On ne peut qu’être d’accord avec la Cour des comptes pour dénoncer  l’absence totale de politique des jeux de l’Etat qui n’effectue pas les missions qu’il devrait remplir sur le contrôle des sociétés et la définition d’une politique des jeux qui tienne compte de leur équilibre conformément à la loi de mai 2010 sur l’ouverture à la concurrence des jeux.

 

A ce titre,  on ne peut qu’approuver les critiques émises par la Cour qui relève que l’Etat « a accepté le projet très coûteux de l’hippodrome de Longchamp sans que France Galop ne transmette au préalable un plan d’économies détaillées  et un plan de financement définitif. »

 

A ce titre également, la Cour souligne à plusieurs reprises le non respect du code monétaire et financier par les sociétés-mères. Elle dénonce le fait que les économies de fonctionnement n’ont concerné que les centres d’entraînement et hippodromes gérés par France Galop alors que les frais de fonctionnement au siège ont augmenté de 8% avec des fins de contrat « excessivement coûteuses » et des avantages en nature extrêmement nombreux.


De la même manière, la Cour met en cause à juste titre l’existence de conflits d’intérêts entre  les bénéficiaires d’encouragements et les membres de comités des sociétés – mères.


C’est aussi à raison que la Cour des comptes s’inquiète de la privatisation de la Française des jeux (FDJ) qui, selon elle, « pourrait affecter l’équilibre du marché des jeux. ». C’est une évidence !


Dans ces conditions,  il est hautement souhaitable comme le demande la Cour des comptes d’instaurer une Autorité administrative indépendante ( AAI), qui serait chargée de la régulation de l’ensemble des jeux d’argent et de hasard en dur et en ligne ; Autorité qui faisait déjà l’objet de la recommandation du CEC en 2017 ( proposition n°16).


On souscrit également à la position de la Cour en faveur  d’un pilotage stratégique et d’une mutualisation de l’ensemble de la filière.

En revanche, on ne peut que s’étonner que la Cour souscrive à l’analyse de la Commission européenne qui refuse de reconnaître le caractère de service public dans l’organisation des courses et donc du monopole qui en découle pour les sociétés-mères pour les jeux en dur  .


En effet, tel qu’il est édicté à l’article 36 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ( TFUE), la définition d’un service public, qui n’est pas un Service d’Intérêt économique général (SIEG) comme le prétend la Commission, ne relève pas de sa compétence.

J’avais, pour ma part, demandé au ministre des finances d’assigner en  justice  la Commission européenne qui excèdait ses compétences, notamment sur le calcul et l’assiette de la taxe sur les paris hippiques. Il m’avait été alors répondu que la France avait trop de contentieux avec ladite Commission pour en rajouter un supplémentaire !

Le monopole n’est pas de nature économique mais dépend de l’ordre public et de la protection de la santé des citoyens, compétence des Etats.


Il s’agit bien d’une compétence nationale et non d’une compétence européenne, principe reconnu par de nombreux arrêts  de la Cour européenne.


La critique de la Cour des comptes, enfin, sur le niveau des encouragements bien plus important que dans d’autres pays européens, est tout simplement une sottise.


En effet, les courses dans les pays voisins sont en crise profonde, les prix des courses y sont ridicules, si bien que les entraîneurs étrangers, allemands, anglais, italiens... sont très nombreux à venir courir en France – les courses en Angleterre vivent d’abord du soutien de mécènes étrangers, notamment des pays du Golfe.

La baisse des encouragements aux professionnels, sous réserve d’une organisation plus rationnelle de certaines courses, n’est pas une solution, elle accentuerait la crise et les difficultés des professionnels.


Une chose est certaine, la gouvernance de la filière hippique, des sociétés-mères, doit être réformée profondément et très rapidement, il y a urgence.
 

________________________________________

 

BILLET DE MECHANTE
HUMEUR

de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

Le 7 JUIN 2018

 

A/S : REFORMES DE  MACRON OU MASSACRES EN SERIE

 

Les bien-pensants ne tarissent pas d'éloges sur ce jeune homme parfait élu le plus jeune President de la République qui les envoûte par son activisme en lançant de multiples réformes avec force communication.

 

On assiste à un véritable "Funkspiel" ou plus exactement à une saturation d'informations qui masque la réalité, un miroir aux alouettes !

 

Le propre de l'action politique est de ne pas se laisser duper, manipuler afin de dépasser les apparences, de les briser pour analyser le fond des choses.

 

Réforme constitutionnelle.

 

La diminution de nombre des députés - qui flatte l'anti parlementarisme des Français - , l'introduction de la proportionnelle qui rendra le pays ingouvernable - la Chancelière Merkel aurait dit à Macron de ne pas introduire de proportionnelle dans le système électoral- ,la volonté de faire taire l'opposition en interdisant de reprendre dans l'hémicycle des amendements écartés en commission; l'interdiction d'effectuer plus de trois mandats successifs, parmi bien d'autres propositions de chamboulement dans la Constitution et le mode électif des parlementaires, sont tout simplement un massacre institutionnel. Il revient pour à le pouvoir à la technocratie, le seul monde apprécié par le chef de l'Etat dont il est le produit parfait.

 

Réforme des bailleurs de logements sociaux : loi ELAN et autres

 

C'est là un summum d'hypocrisie. Tout commence en Septembre 2017 par l'annonce de la suppression des APL par le locataire de l'Elysée pour faire des économies; puis pour compenser la diminution des aides aux locataires des logements sociaux, la technocratie aux ordres invente la révision à la baisse des loyers sociaux, provoquant ainsi une baisse équivalente des recettes des bailleurs sociaux, ce qui les met en difficulté et restreint leur capacité d'investissement.

 

De plus, le Gouvernement décide dans la loi de finances de porter de 5,5 % à 10% le taux de TVA pour la construction de logement sociaux , y compris pour les opérations en cours dont les financements ont déjà été arrêtés notamment avec la Caisse des dépôts. Exemple, la SEM de la ville de Maisons-Laffitte doit trouver 605 356 € pour financer 2 opérations de logements sociaux , une bagatelle !

 

Enfin et surtout, la loi ELAN exige que les petits bailleurs sociaux se regroupent pour atteindre un minimum de 15 000 logements , au motif que cela doit permettre de réduire les frais de gestion.


C'est faux, archi faux : les frais de gestion de la SEM de Maisons-Laffitte sont d'environ 17 % par rapport au budget d'exploitation , alors qu'en moyenne les gros bailleurs sont à 25 %.

 

J'ai interpellé à ce propos le secrétaire d'Etat Julien Denormandie, pur technocrate de Bercy, lors d'une rencontre des EPL le 5 Avril 2018, lui précisant qu'il commettait la même faute qu'en matière de regroupement forcé des hôpitaux. Le Haut conseil pour l'avenir de l'Assurance maladie vient judicieusement d'amener de l'eau à mon moulin et recommande le maintien des petites unités hospitalières, effectuant ainsi un virage à 180 degrés !

 

Gribouille ne ferait pas mieux !

 

Suppression de la Taxe d'Habitation( TH ).

 

Là on atteint un sommet d'amateurisme et d'escroquerie politique.

 

Tout commence par l'annonce démagogique " Je veux supprimer la Taxe d'habitation, un impôt injuste". Vu sous cet angle, qui pourrait ne pas applaudir et se réjouir ? Nombre de nos concitoyens se sont laissés duper par cette alléchante promesse !

 

La réalité est bien loin de cette fallacieuse promesse.

 

Tout d'abord la TH n'est pas aussi injuste que ce que disent certains, car elle est fonction des bases cadastrales qui traduisent la valeur des biens immobiliers, ce qui ne signifie pas qu'il n'y ait pas des injustices; en conséquence la TH est peu ou prou calculée en fonction de la richesse des assujettis et des lieux plus ou moins résidentiels.

 

Mais la TH fournit entre 30 et 35% des recettes de fonctionnement des collectivités. Ô SURPRISE il faut compenser la perte de recettes des collectivités et la note est salée, entre 23 et 26 milliards d'euros.

 

Comment faire quand on a promis à légère ? C'est un casse-tête non résolu à ce jour, dont les propriétaires de maisons secondaires vont faire les frais car ils ne seront pas exonérés de la TH et risquent d'être surtaxés : " Il bien prendre l'argent là où elle est " comme disait le camarade Marchais !

 

Alors ces chers technocrates de la macronie se sont mis à phosphorer et ont inventé le garrot budgétaire pour les collectivités , c'est un véritable coup de génie dans les turpitudes technocratiques : aucune collectivité ne pourra augmenter son budget de fonctionnement de plus de 1,2 % par an INFLATION comprise !

 

Il convient de rappeler qu'aucune commune ou ville ne peut voter son budget en déséquilibre sauf à passer sous le contrôle de la Cour régionale des comptes , ce qui n'est pas le cas pour...l'Etat.

 

Mais cette disposition en cours d'application est récessioniste, car les villes vont être obligées de réduire leurs dépenses en supprimant des services à la population, réduire leur auto-financement et diminuer en conséquence leurs investissements CQFD .

 

Rappelons que 72 % des investissements publics sont effectués par les collectivités territoriales !

 

La loi sur les fausses informations.

 

On se souvient du discours d'André Malraux en Octobre 1966 à la chambre des députés :

" Messieurs, la liberté n'a pas toujours les mains propres, mais il faut cependant y regarder à deux fois avant de la jeter par la fenêtre. "

 

Tout est dit dans ces paroles, cette loi sur les fausses informations est autant inutile qu'inapplicable sauf à vouloir ressusciter la PRAVDA soviétique .

 

L'Histoire peut aussi rattraper les démagogues et, à ce titre, E. Macron n'est pas en reste dans les fausses nouvelles...

En résumé, il est urgent que les Français et les médias ouvrent les yeux sur les prétendues réformes de l'Olympe élyséenne.

 

Aussi est-ce avec espoir que nous avons tous entendu que la cellule d'investigation de France Info, média que je croyais être tombé corps et âme dans la servilité en macronie, a enquêté sans flagornerie sur les cadeaux illégaux effectués par les entreprises au candidat Macron .

 

Tout n'est pas perdu !

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

Le 5 Juin 2018

 

A/S : Iran / diktat américain, où est la France, où est l'Europe ?

 

Jour après jour on apprend que des entreprises françaises travaillant en Iran quittent ce pays par crainte des sanctions américaines décidées par D.Trump.

 

Après Total, c'est au tour de Peugeot dont les intérêts en Iran sont très importants; c'est au demeurant la deuxième fois que Peugeot se retire d'Iran sous la pression américaine - la première fois, ce fut en 2012 lorsque General Motors entra dans son capital et exigea que la société française cesse ses activités dans ce pays.

 

Ces retraits interpellent; les prétentions américaines de menacer les sociétés françaises et européennes de sanctions par le biais de l'application extraterritoriale des lois américaines sont inacceptables au regard du droit international sauf à admettre que le droit international se réduit au droit du plus fort.

 

La question des relations avec D.Trump est bien d'abord une question de rapport de forces. A ce titre, il est étonnant de constater combien la lâcheté semble la qualité la plus partagée en France et en Europe parmi les gouvernants, plus atlantistes les uns que les autres, mais aussi parmi nos concitoyens quadras oeuvrant dans la finance dont les choix de vie n'ont d'yeux que l'Amérique

 

Ils n'oublient qu'une chose, le rapport de forces, ÇA SE CRÉE !

 

La France, tout comme les autres Etats européens, ont les moyens de prendre des contre-mesures à l'égard des intérêts américains mais il leur manque une chose, la volonté politique .

 

Tout est dit, en effet, dans l'appel téléphonique d'hier entre D.Trump et E.Macron - tel qu'il a été rapporté par CNN et repris par les médias français - le Président français qui prétend avoir des relations spéciales avec le Président américain se serait fait vertement sermonné par Trump.

Il est évident que ce comportement est inacceptable mais cela démontre l'amateurisme de la part d' E.Macron :

c'est d'abord une sérieuse erreur d'analyse sur le Président américain dont le brutalité est plus que légendaire; ne pas en tenir compte est surprenant.

 

Mais c'est surtout une faute tactique impardonnable : avant d'appeler Trump ou mieux de reprendre son attache par des canaux diplomatiques pour bien marquer que l'on n'est pas entre copains mais dans des relations d'Etat à Etat , il eût été impératif de prendre au préalable des contre-mesures pour rappeler aux Américains que le monde n'est plus un pâle copie de leurs intérêts.

 

La réciprocité est le début de la sagesse, D.Trump doit l'apprendre !

 

________________________________________

 

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

Membre de la Mission d'information parlementaire sur Rwanda de 1998

 

Le 23 Mai 2018

 

A/S : Visite à Paris de Paul Kagame, Président du Rwanda : la visite de la honte

 

La visite ce jour du Président du Rwanda, Paul Kagame, à Paris et son accueil à l’Elysée par le Président Macron sont proprement scandaleux et inadmissibles.

 

Paul Kagame a du sang sur les mains et sa responsabilité dans le déclenchement du double génocide des Tutsis et des Hutus est indéniable.

 

Nombre d’enquêtes judiciaires, et notamment l’enquête du juge Bruguière établissent sa culpabilité dans de nombreux assassinats pour faire disparaître les témoins gênants.

 

Faire des courbettes à Kagame, le recevoir en grande pompe à Paris en laissant accroire qu’il va nouer des relations apaisées avec la France sont d’une puérilité naïve. Kagame hait la France et tout ce qu’elle représente en Afrique.

 

Cette visite est une faute diplomatique majeure que le Président Macron devra assumer.

 

Il convient de rappeler avec force que la France en 1994 a eu pour seul objectif de faire cesser les massacres et qu'elle n'a pas ménagé ses efforts pour obtenir du Conseil de sécurité des Nations unies la reconnaissance du génocide.

 

Nos soldats qui sont intervenus au Rwanda ont fait leur devoir avec impartialité et les accusations de complicité avec les génocidaires que certains ont portées contre eux sont simplement ignobles !

 

________________________________________

 

Billet d'analyse

de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 16 Mai 2018

 

A/S : Les Etats-Unis, alliés ou adversaires ?

 

Les relations entre la France, les pays européens et les Etats-Unis n'ont jamais été un long fleuve tranquille. Il n'est d'ailleurs pas avéré que la « relation spéciale » que le Royaume-Uni pense avoir avec son ancienne colonie américaine soit sans heurts ni acrimonie et frustration rentrée à Londres

 

S’agissant de la France, les tensions entre le général de Gaulle et le Président Roosevelt sont bien connues et ont largement concouru à une incompréhension réciproque. Il est vrai que la volonté de D. Roosevelt d'administrer la France libérée comme l'Allemagne nazie vaincue avec le fameux Allied Military Government of Occupied Territories (AMGOT) était à cent lieues de la volonté de de Gaulle de restaurer la France dans sa pleine souveraineté.

 

Par la suite, la décision du Président de Gaulle de doter la France d'une force de frappe nucléaire suscita, sinon l'hostilité de Washington, du moins de sérieuses réserves.

A l'époque néanmoins, dans l'esprit de nombreux Français, l'Amérique a "la cote" : son dynamisme économique, son mode de vie, les nouvelles expériences sociétales emportent l’adhésion de nombreuses catégories de la population, à la fois dans les milieux libéraux et chez les jeunes générations désireuses de briser certains codes de la société.

 

Aujourd'hui l’incompréhension, voire l’hostilité prévalent face à une Amérique qui apparaît comme sûre d'elle-même et dominatrice. Washington agit unilatéralement et veut imposer au monde ses décisions, comme le montre le Président Trump en annonçant, notamment, le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire de juillet 2015 avec l'Iran.

 

L'attitude des Etats-Unis met la France au pied du mur car elle heurte non seulement directement ses intérêts économiques et politiques mais surtout elle va à l'encontre de ses conceptions sur l'organisation de la société internationale.

Dans ces conditions comment faire face aux décisions unilatérales américaines et ne pas être entrainé malgré soi dans le processus voulu par Washington ?

 

Pour relever ce défi, il convient de bien connaître l'esprit américain et les ressorts de sa diplomatie ; pour avoir vécu à plusieurs reprises, dans des négociations avec les Américains, des affrontements justement sur les effets de leurs lois extraterritoriales, les choses sont assez simples et sans surprise : les Américains ne respectent que ceux qui sont capables de leur dire NON !

 

C'est bien en ayant à l'esprit cet aspect de la politique américaine que l'on doit construire la réponse appropriée au Président Trump.

 

Cette réponse doit s'articuler selon deux lignes de force principales :

-1) Quel type de relations diplomatiques la France doit entretenir avec les Etats-Unis ?
-2) Comment faire face aux sanctions extraterritoriales de l'Amérique Impériale ?

-1 ) Le premier point sur le type de relations diplomatiques que la France doit entretenir se résume simplement par la phrase de de Gaulle " Les Etats n'ont pas d'amis ".

Les Etats n'ont pas d'amis signifie que chacun doit prendre en compte que toute concession lâchée sera engrangée par l'autre comme un ralliement à ses positions ; cela signifie qu'une seule règle doit prévaloir, la prudence, et qu'il faut se garder de prendre des décisions dans l'immédiateté et l'euphorie des banquets, même d'Etat ...

C'est là une évidence qu’Emmanuel Macron a visiblement perdu de vue lors de sa visite à Washington le 23 avril dernier.

 

La visite d'Etat du Président français à Washington a frisé le ridicule, émaillée d'embrassades, d'étreintes avec le Président Trump, lequel l’a même pris par la main comme s'il conduisait à l'école son enfant. Simagrées bien loin de la solennité d'une visite d'Etat !

 

Les médias américains ont utilisé, pour décrire cette relation étonnante, le concept de " bromance" , forgé à partir de " brother " (frère), et de " romance " , qui dépeint l'amitié entre deux "frères" ; c'est sans commentaire !

En un mot E. Macron n'a pas tenu le rang de la France.

-2 ) L'Amérique impériale : quelle réponse aux menaces de sanctions ?

 

En annonçant le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire avec l'Iran, le Président Trump a également signifié le maintien et la reprise des sanctions contre toutes les sociétés qui oseraient continuer à prospecter le marché iranien.

La prétention américaine n'est pas nouvelle, certes, mais ces dernières années et notamment avec F. Hollande, se sont manifestés tous les stigmates de la résignation qui frôle la lâcheté face aux diktats de Washington.

 

En effet, les Etats-Unis se sont dotés d'une série de lois à portée extraterritoriale dont les effets ont directement frappé nombre d'entreprises françaises et européennes :

- Les lois Helms-Burton et Amato-Kennedy pour sanctionner les " violations " d'embargo ; c'est en application de cette loi que la BNP a dû payer une amende de 8, 974 milliards de dollars pour avoir enfreint l'embargo sur Cuba, ce qui est proprement scandaleux !

- la loi Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) qui réprime les pratiques de corruption. Cette loi a été reprise par la Convention OCDE du 21 Novembre 1997 dont l'article 4 donne une compétence de juridiction particulièrement extensive à un Etat pour justifier des poursuites devant ses tribunaux.


C'est en application de cette loi qu’Alstom a dû payer une amende de 772 millions de dollars et que ce fleuron de notre industrie est passé sous le contrôle de General Electric.

- La loi Foreign Account Tax Compliance Act du 18 Mars 2010 (FATCA) qui oblige tout américain, même né accidentellement aux Etats-Unis, à déclarer ses revenus au fisc américain. C'est le cas d'un enfant qui, né par exemple à Washington, aurait quitté les Etats-Unis à un mois : bien que n’ayant plus aucun lien avec ce pays, il est toujours considéré par les Etats-Unis comme citoyen américain et doit déclarer ses revenus au fisc américain, sic !

 

Outre ces lois, il existe encore des initiatives privées qui menacent de lancer des procédures judiciaires aux Etats-Unis contre les sociétés européennes qui commercent avec l'Iran : ainsi de l'association " United against Nuclear Iran ". Plusieurs entreprises françaises ont reçu des courriers de menaces.

 

Pour ma part, j'ai toujours estimé que les Américains ne comprenaient et ne respectaient que ceux qui leur disent NON !

 

Il est vain de croire que l'on puisse trouver des solutions de temporisation avec leur conception extraterritoriale du droit américain, utilisée à des fins de politique étrangère et géostratégique.


Pis encore, quémander des exemptions de sanctions pour nos sociétés est voué à l’échec car cela nécessiterait un aval législatif du Congrès qui est plus qu’improbable !
La seule solution est celle des contre-mesures ou rétorsions, pour ne pas parler de représailles.

 

Dans le années 1980, la France s’est opposée avec succès à des décisions américaines extraterritoriales ; c'est d'abord une question de volonté politique.

 

La France se doit de prendre des contre-mesures ; mais elle doit le faire sur des bases nationales sans attendre un accord préalable des Etats européens, au risque d'attendre longtemps tel Godot ...

 

En revanche, si la France prend l'initiative de contre-mesures, il est certain que d’autres Européens suivront. 


A ce titre, la France dispose de la possibilité d’enjoindre, par voie de réquisition, aux sociétés françaises de poursuivre leurs relations en Iran. C’est ce que fit le gouvernement français en 1981 pour contrer l’embargo américain visant à empêcher la livraison de compresseurs pour le gazoduc d’Ourengoï. Cette réquisition a été considérée par la Justice américaine comme une excuse légale.


En outre, la France peut contraindre à un arbitrage interétatique les Etats au motif que ses décisions d’embargo sont contraires au droit international.


Rien ne l’empêche non plus de poursuivre pour abus de position dominante des sociétés américaines comme les GAFAM, ainsi que la banque américaine Goldman Sachs qui a aidé la Grèce à maquiller ses comptes, au détriment de tous les autres Etats européens membres de la zone euro.
Il est vrai que, pour agir en ce sens, il ne faut pas être benoîtement atlantiste : c’est le seul hic !

 

La réciprocité est le fondement de la sagesse en matière de relations internationales, il est grand temps que Donald Trump l’apprenne, même à ses dépens !

________________________________________

 

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

Ancien membre de la délégation

parlementaire au renseignement .

 

Le 13 Mai 2018

 

 

A/S : NOUVEL ATTENTAT : COLÈRE !

 

Les attentats succèdent aux attentats dans une sorte d'accoutumance des pouvoirs publics plus qu'inquiétante .

Le Chef de l'Etat E. Macron a notamment gazouillé ( tweeté ) que " La France paye une nouvelle fois le prix du sang mais ne cède pas un pouce aux ennemis de la liberté" est ce là la réponse qu'attendent les Français ?

 

Les Français ne veulent plus se satisfaire de minutes de silence, de recueillement et de commisération pour les familles des victimes, la colère gagne et peut conduire à des actes qu'il sera alors vain de dénoncer si le gouvernement ne s'engage pas dans une réelle politique préventive d'ampleur !

Il est inutile de s'interroger à nouveau pour se dédouaner sur la responsabilité des services de police et de renseignement.

En qualité d'ancien membre de la délégation parlementaire au renseignement pendant deux mandats de député je peux attester de l'engagement, du professionnalisme de nos agents qui traquent sans relâche et au péril de leur vie les terroristes islamistes.

 

Je relève au passage que des attentats semblables ont eu lieu aux Etats-Unis - alors qu'ils ont 16 agences de renseignement et un coordinateur ( DNA ) qui dispose de moyens considérables - et aussi au Royaume-uni, en Allemagne.

Nos services de renseignement ont été renforcés très fortement ainsi que la coopération internationale ; cependant il y aura toujours des terroristes assassins qui passeront sous leur vigilance, c'est inévitable !

 

La lutte contre ces barbares ne peut se limiter à une question de renseignement et de police .

 

C'est désormais une question éminemment politique qui exige de regarder la réalité en face : assez de naïveté " hommiste" !

 

La question est une question de civilisation, deux cultures s'affrontent désormais : la notre et celle des salafistes qui veulent imposer par la violence leur loi, la Charia.

A ce titre les actions de déradicalisation sont illusoires et vouées à l'échec car ces barbares vivent dans une vision eschatologique sectaire .

 

Il n'y a qu'une solution : l'expulsion systématique des salafistes et autres intégristes et cela sans attendre, car chaque jour qui passe voit monter la main mise de cette idéologie mortifère sur des territoires entiers de la République.

 

La fermeture, le contrôle des frontières, l'arrêt des naturalisations laxistes et l'abandon immédiat du droit du sol, la déchéance de nationalité doivent aussi être mis en place ainsi que le retour à l'état d'urgence pour des perquisitions administratives efficaces !

 

Face à cette nouvelle politique, nécessaire pour lutter contre ces barbares, on entend déjà les bien-pensants du politiquement correct pousser des cris d'orfraie; et bien qu'ils s'époumonent et méditent que le premier des droits de l'Homme est de ne pas se faire assassiner à tous les coins de rue !

 

" La fin - notre sécurité, notre liberté- justifie les moyens " disait à juste titre Saint Augustin , il est urgent de mettre en oeuvre cette politique avant que tout ne dérape dans un commun désastre !

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 16 Avril 2018

 

A/S : Frappes en Syrie : analyse critique d'une faute géostratégique !

 

Les forces armées françaises sur ordre du President de la République, chef des Armées, ont effectué des frappes ciblées sur des installations militaires syriennes le 14 avril dernier. Ces frappes sont justifiées, aux dires du gouvernement, "en représailles" à l'utilisation d'armes chimiques à la Ghouta le 7 Avril.

 

Dans sa conférence de " débriefing " du 14 avril, la ministre des Armées a visiblement voulu minorer ces frappes en insistant sur la nécessité de passer à la phase de négociation; c'est d'ailleurs ce qu' E. Macron a confirmé dans la foire d'empoigne avec les deux polémistes hier soir .

 

Malheureusement pour la France les conséquences sont tout autres qu'une simple frappe, et nous allons devoir faire face à des conséquences diplomatiques et géostratégiques néfastes .

 

Pour la première fois, la France a délibérément violé la Charte des Nations Unies qui interdit d'utiliser la force militaire contre un Etat sans un mandat du Conseil de sécurité (Chapitre VI de la Charte) ou sauf cas de légitime défense, individuelle ou collective ( article 51 de la Charte ).

 

L'utilisation unilatérale de la force entre dans le champ d'application de la Cour pénale internationale que la France a ratifiée , c'est un crime de guerre!

 

E. Macron a justifié ces frappes au nom de la théorie reconnue par le droit international des représailles, sauf que les représailles sont tolérées que lorsqu'un Etat est victime d'une attaque elle-même effectuée en violation du droit international et y répond. En l'occurence, la France n'a pas été attaquée par la Syrie !

 

L'utilisation unilatérale de la force par trois Etats membres permanents du Conseil de sécurité est d'ailleurs d'autant plus grave et inadmissible que ces Etats ont plus que tout autre l'obligation de respecter la Charte en raison des privilèges qu'elle leur confère !

 

De plus E. Macron parle de ces trois Etats - France, Etats-Unis et Royaume-Uni - comme représentant la Communauté internationale; c'est là une ineptie qui va faire plaisir au 190 autres Etats membres de l'ONU !

 

La réalité est tout autre, on assiste au retour du concept de la guerre juste et de l'idéologie des néo-conservateurs, mise en avant par les Américains pour intervenir en Irak et y créer le chaos qui dure encore aujourd'hui.

 

E. Macron apparaît sous son vrai visage, celui d'un atlantiste convaincu au mépris des intérêts de la France, son image est désormais fortement détériorée dans de très nombreux pays !

 

E. Macron a violé non seulement la Charte de l'ONU mais ses obligations - moins connues - qui découlent de la Convention de l'interdiction des armes chimiques signée à Paris le 13 Janvier 1993 et entrée en vigueur en Avril 1997.

En effet, cette Convention prévoit tout un dispositif en cas de violation de ses obligations; l'article XII stipule :

" Si la situation est particulièrement grave, la Conference ( des Etats Parties ) porte la question, y compris les informations et les conclusions pertinentes, à l'attention de l'Assemblée générale des Nations Unies et Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies. "

L'une des annexes de la Convention prévoit les modalités des inspections, c'est ce qui en cours maintenant après les frappes...

 

Mais en dehors du droit international délibérément violé par ces Etats qui s'érigent en Gendarmes du monde, se croyant encore à l'époque des canonnières où ils étaient les faiseurs de rois, ils vont devoir faire face aux conséquences géostratégiques de leur action unilatérale.

 

Il est fort à parier que nombre de pays pour se protéger et sanctuariser leur territoire décident de se doter d'armes nucléaires. On se souvient que les dirigeants nord coréens ont clairement dit aux Américains qu'ils voulaient l'arme nucléaire pour ne pas subir le sort de l'Irak de Saddam Hussein !

 

Les frappes sur la Syrie ne sont pas que des frappes techniques; lorsqu'on utilise la force dans les relations entre Etats, il faut savoir en peser toutes les conséquences, certes immédiates, mais surtout à moyen et long termes !

En l'occurrence, elles ne font que commencer !

 

________________________________________

 

MESSAGE

de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 3 AVRIL 2018

 

Madame, Monsieur,

Je prends la liberté de vous signaler la rediffusion sur la chaine LCP de l'Assemblée Nationale dans l'émission Droit de Suite présentée par Jean-Pierre Gratien du film documentaire

 

ALSTOM UNE AFFAIRE D'ETAT

 

réalisé par David Gendreau et Alexandre Leraître (ALONG PRODUCTION) et dans lequel j'ai eu le plaisir d'intervenir.

Deux Rediffusions sont prévues :
- la première le Vendredi 6 Avril à 20 H 30
- la deuxième le Jeudi 12 Avril à 00 H 30 sur LCP

La main mise sur Alstom par General Electric est la conséquence d'une réelle trahison de l'ensemble des décideurs politiques et d'entreprises qui ont failli dans la préservation des intérêts nationaux.

Le film démontre, preuves à l'appui, le rôle néfaste et catastrophique d'Emmanuel Macron dans cette affaire, à ce titre ce documentaire étayé par de nombreux témoignages éclaire parfaitement l'idéologie qui le gouverne au détriment des intérêts nationaux et de l'indépendance de la France !

J'ajoute qu'il est faux de prétendre qu'à l'époque, Alstom rencontrait des difficultés économiques.

Je ne peux que vous recommander très vivement de regarder ce documentaire, sans oublier que la guerre économique que mènent les Etats-Unis contre les entreprises françaises se poursuit plus que jamais !

Vous trouverez de plus ci-dessous une ferme mise au point sur les affirmations de la députée Laure de la Raudière qui lors du débat qui suit le documentaire a tenu des propos ridicules et faux à l'égard de mon action à l'époque des faits.

Très cordialement.

 

BILLET
de
MAUVAISE HUMEUR

de Jacques MYARD

Le 27 septembre 2017

 

A/S : Alstom : Le révisionnisme ordinaire de la députée Laure de la Raudière.

 

J'ai regardé avec grand intérêt le film documentaire sur Alstom diffusé sur la chaine LCP AN le lundi 25 septembre .

Lors du débat qui suivit la diffusion, le journaliste Jean Pierre Gratien posa la question à Laure de la Raudière :

" Pourquoi n'y a-il pas eu de suites à la demande de commission d'enquête formulée par J.Myard ? "

Cette valeureuse députée membre de la Commission des affaires économiques, qui brilla par son absence lors des auditions de Patrick Kron, a eu le culot de répondre en substance - en précisant qu'elle me connaissait bien - que je n'avais pas mobilisé les membres de la commission des affaires économiques, bref que j'aurais jouer solo !

La bonne blague !

C'est oublier que 35 députés ont signé ma demande de création de commission d'enquête de mai 2014,

C'est oublier qu'avec Daniel Fasquellle, j'ai participé aux auditions de Patrick Kron en commission des affaires économiques, lui posant de multiples questions, auditions où Laure de la Raudière fut absente,

C'est oublier que par lettre du 14 janvier 2015, Daniel Fasquelle et moi-même avons saisi François Brottes en lui demandant la constitution d'une commission d'enquête, demande co-signée par 50 députés,

C'est là ce qu'on peut appeler ignorer la commission des affaires économiques de l'Assemblée !

On savait que Laure de la Raudière était devenue "constructive", maintenant on la sait révisionniste !

Au moment où Alstom disparaît corps et biens dans Siemens, ce qui est une capitulation en rase campagne du gouvernement Macron, il y a des contre-vérités historiques qui ne passent pas !

A bon entendeur salut !

 

________________________________________

 

Billet
Terrorisme islamiste : lucide colère

de Jacques MYARD

Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 26 Mars 2018

 

A/S : Billet : Terrorisme islamiste : lucide colère.

 

Un islamiste terroriste a tué de sang-froid à Carcassonne et à Trèbes quatre Français dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui a eu un geste héroïque en prenant la place d’un otage.

 

L’assassin était inscrit au fichier des individus radicalisés (F.S.P.R.T.) et suivi par les services spécialisés, sa compagne aussi.

 

Selon François Molins, Procureur de la République de Paris, rien ne laissait présager qu’il pouvait passer à l’acte.

 

Il convient, à ce stade, de préciser que le F.S.P.R.T, Fichier des Signalements pour la Présomption de Radicalisation à caractère Terroriste, comporte plus de 12 000 noms à charge pour tous les services de la communauté du renseignement et le service du renseignement territorial (le S.R.T), la Gendarmerie, la sécurité publique de la Police Nationale, de surveiller ces radicalisés ; autant dire mission impossible en raison du nombre de radicalisés.

 

L’assassin de Trèbes est donc passé sous les radars tout en étant fiché et suivi par la D.G.S.I.

 

Une situation de ce type, dont des exemples similaires ont eu lieu à l’étranger, était malheureusement prévisible et on ne peut reprocher aux agents des services d’avoir failli.

 

Les instructions du Président de la République à tous les Préfets des départements afin qu’ils redoublent de vigilance dans la coordination des services pour surveiller les radicalisés sont louables mais il faut être lucide et poser le problème autrement qu’en termes de surveillance, toujours faillible.

 

La Constitution a consacré le principe de précaution et en l’occurrence, il faut avoir le courage politique de ne prendre aucun risque avec des radicalisés qui peuvent passer à l’acte d’un jour à l’autre et même à tout instant.

 

La question relève de la seule responsabilité du politique ; elle est simple : doit-on accepter la présence sur le sol national de terroristes potentiels fichés pour leur radicalisation et dont la dangerosité est établie ?

 

Le radicalisé a un comportement en violation de l’ordre public dans toutes ses composantes ; il constitue un danger permanent.

 

En conséquence, le radicalisé se place de lui-même hors la communauté nationale qu’il veut détruire pour lui substituer la charia et ses dogmes.

 

La communauté nationale est en état de légitime défense.

Il appartient aux décideurs politiques d’adopter des règles de droit pour protéger nos concitoyens.

 

Trois cas de figure se présentent :

- l’étranger radicalisé : il doit être expulsé, qu’il ait des attaches en France ou non (enfant né en France).

- le binational radicalisé : déchéance de nationalité, annulation du décret de naturalisation et expulsion.

- le Français radicalisé : placement en rétention administrative s’il est en France, déchéance des droits civiques et si engagement dans une organisation terroriste, type Etat-islamique, application de l’article 23-8 du Code Civil sur la déchéance de nationalité et interdiction d’entrer en France.

 

En outre, il convient de rétablir des contrôles stricts à nos frontières, véritables passoires aujourd’hui.

 

On entend déjà les bien-pensants hurler et s’indigner, autant de preuves de leur naïveté complice et coupable face à ces barbares qui n’ont pas leur place sur le territoire national.

 

 

________________________________________

 

MESSAGE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 24 Mars 2018

 

Vous n'habitez sans doute pas Maisons-Laffitte, mais j'ai pensé que vous pourriez être intéressé par ma prise de position

 

A/S : Assassinat du Colonel Arnaud Beltrame

 

Vous avez tous appris le décès du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame, lâchement assassiné par un islamiste à Trèbes alors qu'il s'est porté volontaire pour remplacer une otage.

 

Nombreuses sont les personnes qui le connaissaient à Maisons-Laffitte. En effet notre ville parraine le 1er Régiment d'infanterie de la Garde Républicaine et il y a quelques années le capitaine Beltrame était l'officier de liaison avec la ville.

 

Il a effectué sa mission avec un total engagement et une joie de vivre forte qui nous a tous conquis, il restera un héros dans nos mémoires.

 

Aussi ai-je décidé de mettre les drapeaux de la ville en berne et j'adresse à Madame Beltrame et à tous ses camarades au nom de tout le conseil municipal nos très vives condoléances.

 

Très cordialement

 

Jacques Myard

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 20 Mars 2018


A/S : Election présidentielle russe : 18 mars 2018 / Mission d’observation

 

A l’invitation du Président de la Douma Viatcheslav Volodine et du Dialogue franco-russe, j’ai effectué avec 26 députés et sénateurs et ex-députés et sénateurs une mission d’observation de l’élection présidentielle russe du 18 mars 2018.

 

Les 26 observateurs ont effectué leur mission dans plusieurs villes : Moscou, Saint-Pétersbourg, Kaluga, et la Crimée où je me suis rendu avec Eric Doligé, ex- sénateur LR, et Jérôme Lambert, député PS.

 

L’élection présidentielle a été précédée de l’affaire de l’empoisonnement de l’ex espion russe en Angleterre dans laquelle Moscou est directement accusé par Londres de cet assassinat, ce qui a provoqué une réelle tension entre la Russie et les Occidentaux.

 

Fallait-il pour autant renoncer à la mission d’observation ? Non, je ne le crois pas. Les relations franco-russes doivent s’inscrire dans la durée, au-delà des avatars, voire des turpitudes des règlements de comptes...

 

En Crimée, nous avons effectué la visite de 7 bureaux de vote, 2 à Yalta et 5 à Simferopol même et dans sa banlieue.

Chaque bureau de vote, soit une école, soit une salle des fêtes, avait entre 2000 et 2800 électeurs inscrits. Devant chaque bureau, on relève la présence de vendeurs des quatre-saisons mais aussi de jeunes adolescents qui chantent dans une sorte de karaoké, le tout dans une ambiance festive qui tranche avec l’austérité de nos élections.

 

Le processus de vote est remarquablement organisé grâce à un nombre de volontaires qui traduit une mobilisation populaire.

 

La liste électorale est scindée en 4 ou 5 segments par ordre alphabétique.

 

L’électeur donne son identité, signe à son nom sur la liste électorale, reçoit le bulletin de vote où figurent les 8 candidats. Il peut dès lors cocher en face du candidat de son choix.

 

En Crimée, les bulletins sont trilingues, le russe, l’ ukrainien et la langue tatar.

 

En règle générale, 4 isoloirs aux armes de la Russie sont disposés dans la salle, avec 2 ou 3 urnes scellées. Certaines urnes sont translucides et laissent voir le choix du vote si l’électeur n’a pas plié son bulletin qui est une longue feuille. Moins de 10% des bulletins de vote non pliés laissent apparaitre le choix de l'électeur.

 

Dans plusieurs bureaux, nous avons pu ainsi voir les votes pour Poutine mais aussi pour Ksenia Sobtchak (36 ans), la seule femme candidate, et pour Pavel Groudinine, le candidat communiste.

 

L’absence d’enveloppes pour le bulletin interpelle l’observateur car il y a un risque de non confidentialité du vote, même si faire connaître son choix serait une tradition. De plus, de très nombreux bulletins sont pliés par l’électeur, préservant la confidentialité. Et les bulletins non pliés , s’ils tombent dans l’urne du côté imprimé, sont rapidement recouverts par d’autres.

 

Cela reste un point qui néanmoins interpelle.

 

Nous avons visité 2 bureaux de vote avec des urnes électroniques non transparentes, et qui ne sont pas en réseau; le bulletin feuille est rentré dans la machine face cachée, la confidentialité du vote est là préservée.

 

L’opération du vote s’effectue en deux minutes, sans attente, il n’y a aucune file d’attente.

 

A 14 heures, on enregistrait dans les bureaux visités une participation supérieure à 50% des inscrits. En règle générale, c’est le tout venant de la population, les familles se déplacent avec les enfants, voire les grands-parents.

 

De ce que nous avons constaté en Crimée et de ce que nos collègues ont pu aussi voir dans d’autres villes, il n’y a eu ni contrainte pour forcer les Russes à voter, ni de fraudes. A ce titre, la diffusion en France d’une vidéo où l’on voit certaines personnes bourrer l’urne sans que l’on sache qui agit laisse perplexe : s’agit-il d’un bourrage en faveur d’un candidat ou d’une provocation préméditée pour être largement diffusée ?

Accuser Poutine d’avoir instauré une dictature et d’être lui-même un dictateur est loin de la réalité ! V. Poutine est certainement un homme à poigne qui a restauré l’Etat et ainsi a gagné la confiance de ses concitoyens. Un dictateur qui tolère 7 candidats contre lui est encore bien loin des pratiques soviétiques, ne l’oublions pas.

 

Nous devons alors nous poser une question.

 

Est-il vrai, comme il nous est revenu de journalistes eux-mêmes, que les rédactions des médias français ont ordonné à leurs journalistes qui couvraient l’élection de ne faire état que des critiques contre Poutine et de parler de fraudes ?

 

Il ne suffit pas de monter en épingle Alexei Navalny qui a été écarté par la commission électorale de l’élection et est devenu la coqueluche des médias occidentaux pour condamner le processus électoral russe.

 

Les médias occidentaux oublient d’ailleurs trop facilement qu’Alexeï Navalny est un extrémiste nationaliste qui tient des propos racistes ; de cela, on ne parle pas...

 

La Russie n’est sans doute pas un modèle de démocratie mais le sommes-nous ?

 

Donner des leçons au monde entier et à la Russie en particulier n’est ni favoriser la nécessaire coopération avec ce pays qui est incontournable pour l’équilibre européen ni défendre nos intérêts diplomatiques, économiques et culturels.

 

Cela doit nous conduire à réexaminer notre politique à l’égard de Moscou. Il ne s’agit pas d’embrasser Poutine sur la bouche, comme le soulignait le général de Gaulle, « les Etats n’ont pas d’amis ».

 

Nous devons être réalistes et regarder les choses en face, sans coller aux positions américaines et aux ultras Européens qui n’ont pas les mêmes intérêts que nous et poursuivent une politique parfois hostile à l’égard de la Russie.

 

Dans ces conditions, notre position de non reconnaissance du retour à la Russie de la Crimée est un non-sens.

 

C’est mettre notre politique dans une impasse pour longtemps ; la Crimée est russophone à 96 %, la Russie ne la lâchera plus pour des raisons historiques, sociologiques et géostratégiques. ; comme le déclarait à juste titre -pour une fois- Laurent Fabius, nous ne ferons pas la guerre pour la Crimée !

 

Dans ces conditions, reconnaissons cette réalité et négocions avec Moscou : la Crimée est russe, mais en contrepartie, vous devez, vous Russes, reconnaître la frontière ukrainienne avec la Russie dans le Donbass et Kiev doit pour sa part accorder l’autonomie à cette région dans un Etat fédéral ukrainien.

A défaut, en campant sur des positions irréalistes, nous reconstruisons un rideau de fer avec Moscou, néfaste pour la Russie mais aussi pour la France et tous les pays d’Europe.

 

________________________________________

 

BILLET D'HUMEUR
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 13 MARS 2018

 

A/S : Mortelle démocratie !

 

Xi Jinping est en passe de devenir le nouvel empereur de Chine, en obtenant des 2964 députés la levée de l’interdiction constitutionnelle d’exercer plus de deux mandats présidentiels.

 

Après une spectaculaire ouverture au libéralisme économique dans les années 1990, la Chine ne s’ouvre pas à la démocratie politique et opte résolument pour un régime fort et personnalisé.

 

La Chine est, certes, un Etat où la démocratie jugée à l’aune des critères occidentaux n’a jamais été vraiment d’actualité ; on pourrait être enclin à se dire que ce grand pays d’Asie emprunte une voie propre et ne peut être un modèle pour le genre humain.

 

Certains experts défendent l’analyse que la Chine doit justement son succès à l’alliance de la créativité des marchés capitalistes avec le pouvoir fort du parti qui ne lâche rien. « Vous avez, bon peuple, la liberté de vous enrichir mais ne vous mêlez pas de politique, c’est notre mission ! »

 

La Chine est loin, et personne ne peut penser que le nouveau timonier Xi Jinping puisse inspirer Macron-Jupiter. Honni soit qui mal y pense !

 

Toutefois la réforme de la Constitution qu’entend mener l’actuel Président de la République ne peut que susciter interrogations et colère.

 

. Limiter l’élection possible à trois mandats au motif qu’il faille renouveler la classe politique relève d’une totale incompréhension du travail de l’élu face à la complexité de plus en plus forte des matières qu’il doit maîtriser pour contrôler le gouvernement, plus exactement l’Administration.

Il faut un minimum de deux mandats pour que l’élu soit vraiment performant et à la fin du troisième, exit ! C’est ainsi assurer la suprématie de l’Administration sur l’ élu.

. Réduire le nombre des députés d’un tiers pour ramener leur nombre à trois cents, c’est faire élire un député sur des circonscriptions – si le scrutin uninominal demeure – d’au moins 300 000 habitants. Autant dire que le député sera pour chaque citoyen un concept lointain, une abstraction, et ce d’autant plus que le roi François Hollande l’a coupé de toute fonction territoriale au nom du non-cumul.

Ajoutez à cela la proportionnelle, vous obtiendrez un pays ingouvernable... par ses élus.

. Le pays sera alors dans la main des technocrates, permanents de l’Administration qui, de surcroît, veulent priver ces députés choisis par les appareils politiques, d’exercer la plénitude de leur droit d’amendement dans la discussion parlementaire qui prend trop de temps, ce qui irrite Jupiter.

. Mais là ne s’arrête pas la mise au pas du député ; désormais, il doit rendre des comptes sur toutes ses dépenses au nom de la nouvelle religion de « la transparence » sous le contrôle des fouineurs qui veulent tout savoir de ces élus, gibiers de mise en examen qui sont présumés corrompus et coupables.

Il ne s’agit pas de défendre les quelques élus qui ont mis les doigts dans la confiture, mais ce strip-tease permanent est une atteinte directe à la liberté d’action du député qui, par sa liberté, défend aussi la liberté de chaque citoyen.

Placer le député sous le contrôle permanent du tribunal médiatique et du soupçon, c’est instituer la dictature.

. La mise sous tutelle de l’élu se renforce encore par la chape de plomb qu’elle fait peser de plus en plus lourdement sur les esprits soumis au règne du « politiquement correct » qui voue aux gémonies tout dérapage verbal. Malheur à celui qui s’écarte de la bien-pensance ! Il sera lynché sur les réseaux sociaux qui ont remplacé les fameuses tricoteuses de la Convention qui vociféraient « à mort, à mort ! ». C’est le retour au Moyen-âge où celui qui était accusé de fornication était placé sur la pierre de honte à l’entrée du village.

. Ne soyons pas aveugles, nous entrons de plain-pied dans l’ère des technocrates, les nouveaux sachants, qui, pour la plupart, sont incapables de gagner une élection et veulent néanmoins exercer le pouvoir. Ils distillent leur vérité bien-pensante et imposent leur idéologie.

 

Platon avait raison – dans la République – la démocratie comme tous les régimes politiques est mortelle, c’est d’ailleurs déjà fait !

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 7 MARS 2018

 

A/S : Réforme de la S.N.C.F : rapport Spinetta, analyse critique

 

Le rapport de Jean-Cyril Spinetta intitulé « L’avenir du transport ferroviaire » comporte une somme d’informations sur la S.N.C.F qui éclaire le passé sans illuminer pour autant l’avenir.


Personne ne peut croire que ses recommandations soient orientées : Honni soit qui mal y pense !

 

Le constat

- la gouvernance et les financements restent opaques (p.7)
- le transport ferroviaire est écologique, un voyageur en T.G.V émet 50 fois moins de C02 par km qu’en voiture (p.16)
- le réseau est en mauvais état en raison d’un sous-investissement massif depuis 1970, les investissements ont été arbitrés en faveur du TG.V (p.18)
- un coût annuel de 10,5 + 3,2 milliards d’euros pour la collectivité et le système demeure déficitaire de 3 milliards d’euros par an (p.23)
- 45 milliards d’euros de dette fin 2016 (p.27)

- succès des Trains Express Régionaux + 50 % de trafic depuis 1997 pour 4 milliards de charges d’exploitation dont 3 de subvention, 1 seulement de recettes commerciales (p.30)
- l’usager du Transilien ne paye que 25 % de son pass navigo (p.31)


A l’évidence, le transport ferroviaire est massivement subventionné pour des raisons sociales. La gouvernance s’est compliquée en application des directives européennes qui veulent mettre fin au monopole en établissant une séparation entre le réseau-infrastructure et le transport des voyageurs ou du fret afin d’ouvrir le marché ferroviaire à la concurrence (réforme de 2014).
- Selon les termes mêmes du rapport, les petites lignes peu utilisées, héritées d’un temps révolu (p.48) aggravent le déficit, leur coût serait de 1,7 milliard d’euros par an pour 2 % de voyageurs (p.51).


Personne ne peut donc prétendre que la S.N.C.F se porte bien. Des mesures de redressement sont nécessaires, même si l’entreprise a dégagé un résultat net récurrent en 2017 de 679 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 33,5 milliards d’euros, selon les déclarations du Président G. Pépy.

 

L’ouverture à la concurrence est-elle pour autant une réelle opportunité pour le système ferroviaire ?

 

C’est l’objectif du 4ème paquet ferroviaire voulu par la directive européenne qui précise la fin du monopole de la S.N.C.F et de manière progressive, de de 2019 au 25 décembre 2023..


La lecture du rapport ne peut que susciter doutes et interrogations.


La séparation de la gestion du réseau et du transport nécessite une multitude d’opérations que le rapport décrit :
- transfert des personnels dont les modalités sont complexes et seraient coûteuses
Relevons que focaliser l’attention de l’opinion publique sur le statut des cheminots est non seulement une faute politique dans la conjoncture sociale mais la suppression de leur statut n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Ce statut a d’ailleurs été largement réformé à plusieurs reprises, il n’est plus exorbitant du droit commun, à quelques exceptions près.
- le transfert des matériels roulants
- la question de la billetterie et la distribution

 

Les conséquences prévisibles

 

L’ouverture à la concurrence ressemble fort à la mise en place d’une gigantesque usine à gaz dont les coûts d’exploitation sont loin d’être identifiés et appréciés et dont les effets en termes d’aménagement du territoire doivent être sérieusement pris en compte.


La réalité est simple, l’ouverture à la concurrence va entraîner de nombreux coûts supplémentaires et surtout exiger la rémunération substantielle des adjudicataires des appels d’offres qui l’exigeront logiquement alors qu’ils devront investir fortement.


Qui va payer ? la réponse est simple, l’utilisateur, pardon le client, vous, moi !


L’ouverture à la concurrence va entraîner une augmentation forte des tarifs.


Rappelons qu’à Londres les sujets de sa Majesté payent trois fois plus qu’à Paris pour leur transport de banlieue. De plus, l’ouverture à la concurrence va entraîner la balkanisation du réseau ferroviaire et une rupture totale d’égalité : Paris/Lyon, un tarif par Km, Paris/Bordeaux, un autre tarif par Km, dès lors que ces lignes sont confiées à des sociétés différentes, ce sera le retour à une situation d’avant-guerre.


L’ouverture à la concurrence répond à une vision du « tout concurrence » de l’économie qui peut répondre aux besoins du trafic aérien ou du réseau téléphonique.


Elle est tout simplement inadaptée au trafic ferroviaire, les expériences étrangères le prouvent même si certaines privatisations ont été réussies, d’autres ont provoqué la colère de nombreux usagers, en Angleterre notamment.

 

L’immobilisme n’est certes pas la solution mais le big bang par ordonnance risque fort de se terminer en boomerang pour le gouvernement et les usagers.

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 5 MARS 2018

 

A/S : ELECTIONS ITALIENNES : Ô SURPRISE MAUDITS PEUPLES !

 

Les résultats des élections italiennes suscitent de multiples commentaires qui soulignent l'impasse politique dans laquelle l'Italie serait désormais.

 

La situation est certes très compliquée et la composition d'un nouveau gouvernement va se révéler difficile, c'est certain.

Néanmoins les commentaires sont d'autant plus acerbes et sévères que les thuriféraires de l'Europe fédérale réalisent que leurs conceptions, une fois de plus, sont rejetées: maudits peuples !

 

Cette attitude est non seulement une insulte à la démocratie qui rappelle l'ironique remarque de Bertold Brecht :" le peuple s'est trompé , changeons le peuple" , mais surtout elle traduit une totale incompréhension de la réalité de la crise actuelle de l'Europe de la part des eurobéats qui veulent aller à marche forcée vers une Europe fédérale; ils nagent en pleine utopie!

 

Au lieu de tirer des plans sur la comète comme le fait Macron Jupiter, ces européistes devraient comprendre que le temps du réalisme est venu : l'Union européenne doit être refondée sur la coopération entre les nations qui refusent de disparaître dans des constructions artificielles.

 

Toute autre politique sera une fuite en avant qui n'aboutira qu'au rejet de l'idée européenne, si nécessaire par ailleurs !

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 20 Février 2018

 

A/S : Privatisation de la Française des jeux : un projet à hauts risques

 

Voudrez bien trouver ci-dessous le lien de mon article publié par l'hebdomadaire Valeurs Actuelles sur le projet du gouvernement de privatiser la Française des Jeux

 

Bonne lecture

 

Très cordialement

 

https://www.valeursactuelles.com/economie/francaise-des-jeux-une-privatisation-haut-risque-93365

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 13 Février 2018

 

A/S : Dysfonctionnements de la distribution du courrier par la Poste : Un scandale d'Etat !

 

Le 2 février dernier, j’ai interrogé par courriel les habitants de Maisons-Laffitte, du Mesnil-Le-Roi, de Montesson, de Sartrouville et du Vésinet pour savoir s’ils avaient à déplorer des dysfonctionnements dans la distribution du courrier par la Poste.

 

Les très nombreux retours - plusieurs centaines de personnes - sont affligeants et témoignent d’un dysfonctionnement total dans la distribution du courrier.

Les types de dysfonctionnement sont les suivants :
- retard du courrier allant jusqu’à 5 jours ou absence de courriers pendant des semaines, les quotidiens qui devraient être distribués le jour même le sont avec plusieurs jours de retard
- perte de colis et de lettres y compris pour des envois effectués en recommandés, par Chronopost ou Colissimo
- très nombreuses erreurs de distribution
- vols de courriers, certains plis arrivant à destination après avoir été ouverts et étant vides

 

Il est frappant de constater que cette situation perdure et que les retards enregistrés dans la distribution sont répétés et constants.

 

Tout cela illustre un grave dysfonctionnement de la Poste qui ne peut être attribué aux intempéries que nous venons de connaître. Il s'agit d'un dysfonctionnement structurel d’une entreprise publique qui a oublié le sens du service public.

 

J’en ai saisi le Préfet des Yvelines et j’estime que nos députés et sénateurs doivent interpeller le Gouvernement.
De mémoire d’élu, je n’ai jamais connu une telle désorganisation.

 

Il s’agit là d’un véritable scandale d’Etat qui appelle des sanctions.


Il urgent de rétablir un service dont les dysfonctionnements portent atteinte au quotidien des Français et à l'activité des entreprises !

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 8 février 2018

 

Madame, Monsieur,

 

J'ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon dernier ouvrage "Marabout à L'Elysée" publié par les éditions l'Harmattan.

 

Soutenez un "jeune auteur à l'esprit critique" en vous procurant cet ouvrage un tantinet insolent, en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp…

Très bonne lecture,

 

Très cordialement,

 

Jacques Myard

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du

Cercle Nation et République

 

Le 26 janvier 2018

 

A/S : DAVOS : « La place où ne pas être » ...en français

 

On nous en rebat les oreilles ; Davos Sommet Economique Mondial serait donc le lieu où le monde entier devrait se retrouver sauf à être considéré comme une personnalité de seconde zone...


Tous s’y précipitent, tels des moutons de Panurge, raquettes de neige aux pieds, pour affronter la dureté climatique de la station des Grisons ; quel courage !


On assiste alors à une logorrhée verbale sur les états d’âme du monde, une réelle foire de monologues, chaque chef d’Etat soliloquant et déclamant ses panacées.


Que reste-t-il ensuite de tout cela ? Comme le disait Shakespeare ; « des mots, des mots et toujours des mots »
En dehors du tiroir-caisse de l’organisateur Klaus Schawb, qui doit se réjouir de son bon coup médiatique et empocher de quoi garantir ses vieux jours, Davos n’a réellement pas d’intérêt !


C’est bien la place, où pour être considéré, résister au politiquement correct et éviter d’être noyé dans la foire des monologues, il ne faut pas être.


Au lieu de créer des liens de solidarité entre les riches, de plus en plus riches, et les pauvres, de plus en plus pauvres, Davos opère la démonstration que c’est le fric qui fait toujours tourner le monde, comme le chantait si bien Lisa Minelli dans « Cabaret ».

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 24 janvier 2018

 

A/S : LE FRANÇAIS EST-IL UNE LANGUE MORTE ?


« Ma patrie, c’est la langue française » disait Albert Camus. La langue est, en effet, un logiciel qui structure non seulement le langage mais la pensée et qui, de siècle en siècle, construit une culture.


Nier sa langue, c’est nier sa propre culture, sa propre existence ; en pratiquant systématiquement un idiome étranger, on sert non seulement une influence étrangère mais petit à petit on place sa culture sous le joug d’une culture dominante.


En Afrique, le Président de la République vante les mérites de la langue française auprès de nombreux peuples africains et fait l’éloge de la francophonie comme outil de libération.


Récemment encore, il propose même de faire de Villers-Cotterêts, là où François 1er avait fait adopter l’ordonnance du 5 août 1539 qui consacre la français comme langue officielle dans les tribunaux et administrations, un haut lieu de la francophonie, Pour ma part, j’avais rédigé une proposition de loi le 15 décembre 2009 qui formulait exactement la même idée.


Mais qui peut comprendre que, paradoxalement, ce même Président de la République utilise systématiquement l’idiome du « globish », incarnation d’une mondialisation débridée, à Versailles ou à Davos pour s’adresser à ces apatrides que sont les multinationales sans rivage ni ancrage. C’est là une faute sans appel.


Le Président de la République peut-il comprendre qu’une langue n’est pas simplement un véhicule pour vendre des cacahuètes mais un portail qui ouvre, pour celui qui la possède et la maîtrise, sur de multiples domaines ? C’est une ouverture sur le monde culturel, économique mais aussi le système juridique d’un peuple qui traduit et illustre son identité collective.


Privilégier une langue, comme le « globish », au détriment des autres est une faute car cet idiome, largement répandu, ne peut être l’unique prisme pour comprendre le monde. Pire, il en donne une interprétation biaisée et réductrice.


En conséquence, défendre, promouvoir, utiliser partout, tant en France que dans les cénacles internationaux, la langue française, c’est défendre, promouvoir un atout économique, politique et diplomatique sans pareil.


Y renoncer et utiliser tels des salonnards à la cervelle lavée, le « globish », c’est donner un coup de poignard à la francophonie, en commettant une faute géostratégique majeure car défendre la francophonie, c’est aussi défendre la diversité culturelle du monde et la pluralité des cultures.


Il ne sert à rien de se mettre en position de vassal pour ne récolter que le mépris amusé du puissant qui foulera au pied notre servitude volontaire, telle une piétaille !

__________________________________________________

BILLET D'AMBIANCE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République


Le 18 janvier 2018

 

A/S :  Charivari en perspective
 
Les bien–pensants, les médias célèbrent avec gourmandise l’activité tous azimuts de Macron-Jupiter, soulignant sa volonté de faire ce qu’il a dit, de faire bouger les choses et de surmonter les blocages de la France.

 

En fait, Macron ne fait pas bouger les choses, il les agite. On est très loin des solutions pérennes, et l’opinion publique risque fort de vouer aux gémonies le roi de la « com » quand elle se sera rendu compte d’une réalité bien éloignée des promesses.

 

Le président de la République a adopté une politique risquée, consistant à vouloir résoudre « en même temps » :

-         L’apprentissage
-         L’indemnisation du chômage élargie aux professions libérales, sans avoir de financements
-         La suppression de la taxe d’habitation (TH), sans avoir le début du financement pour compenser les ressources des collectivités privées de cette taxe ; une ministre annonce la création d’un nouvel impôt mais dès le lendemain, Bruno Le Maire dit le contraire...
-         La suppression des APL dont le coût est supporté par les bailleurs sociaux qui se retrouvent en équilibre précaire, ce qui va engendrer  une baisse de production des logements sociaux. Belle politique de Gribouille !
-         La réforme territoriale en région parisienne qui provoque critiques sur critiques, quelle que soit la solution envisagée
-         La réforme de la carte judiciaire, sujet très sensible pour les avocats de province qui tirent souvent le diable par la queue
-         Le défi des migrants illégaux qu’il promet d’expulser alors qu’il est quasi impossible de le faire en raison de la complexité des lois française et européenne
-         Les prisons et la colère des gardiens face aux intégristes islamistes qu’il faudrait expulser
-         Les zadistes qui veulent en découdre, forts de leur victoire à Notre-Dame-des-Landes suite à la capitulation en rase campagne de l’Etat-Macron. Il fallait sauver l’icône Hulot ! Cette décision est catastrophique car elle consacre le non respect de la loi.
-         La mise au pas de la presse  «  qui doit être tenue à distance » et la limitation de la liberté d’expression au nom des « fausses nouvelles » ; est-ce une autocritique d’E. Macron ?
-         Les travailleurs détachés dont la question reste entière malgré les cris de victoire car elle ne peut se résoudre dans le cadre des Traités qui consacrent la libre circulation des travailleurs au sein de l’Union européenne. Macron-Jupiter va-t-il avaler son chapeau de l’euro-béatitude ?
-         En visite en Afrique, E. Macron bat la coulpe de la repentance et qualifie à nouveau la colonisation de crime contre l’Humanité. Et de flatter son auditoire en prônant le retour des  œuvres d’art africaines, ouvrant ainsi , en totale irresponsabilité, et au grand dam des conservateurs de musées, la boîte de Pandore.
 
Le prétendu nouveau Monde de Macron se déchire au contact rugueux des réalités malgré une «  com » sans entraves. Mais Macron-Jupiter, toujours dans les nuages de l’Olympe, affirme sans rire qu’il détient sa légitimité de son peuple. Oye bonnes gens, braves sujets, réjouissez-vous d’avoir un tel monarque !

Macron-Jupiter tombera de son piédestal et les Français se rendront compte que la Macronmania est une maladie mortelle, dont ils guériront, en s’en mordant les doigts, dans un beau charivari.

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
DE
JACQUES MYARD
Membre honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 1er janvier 2018

 

A/S : Voeux pour 2018

 

Hier soir nous avons tous entendu le Président de la République présenter ses voeux aux Français.

 

Il a énuméré de multiples sujets et j'ai eu le sentiment d'une énumération "à la Prévert". Mais surtout il s'est bien gardé de nous donner le modus operandi ou mode opératoire de sa politique. Les Français jugeront sur pièces, je leur fais confiance et ils ne se satisferont pas longtemps de la politique de la "Com" !


Pour ma part je souhaite ardemment que la France relève deux défis majeurs :

-Les dérives communautaristes 

-Les flux migratoires

-Le communautarisme est la ruine de la Nation et de la paix civile, il doit être combattu avec fermeté.

Le communautarisme salafiste est incompatible avec les us et coutumes de la France, il n'y a aucune raison de le tolérer , toute faiblesse à son égard sera interprétée par les salafistes comme une victoire. Cette idéologie religieuse intégriste constitue le terreau du fanatisme et du terrorisme.


Le salafisme ne veut pas le pouvoir, il veut la société et imposer sa loi, la charia qui nie l'égalité des sexes , le droit de chacun d'avoir la religion de son choix ou d'être libre penseur.


-Les flux migratoires constituent le défi majeur de ce siècle, jamais l'Humanité n'a connu un tel déséquilibre démographique.

 

La France doit changer radicalement de politique et ne doit plus créer d'appel à l'émigration :

"Les droits de l'Homme, on est tous pour, mais ce n'est pas une explication du monde" disait à juste titre Max Gallo.

C'est pourquoi toutes les annonces médiatisées d'accueil des migrants ne feront qu'entretenir le processus des flux migratoires.

Il faut agir sur les causes et mettre en place une politique de contrôle des naissances afin de maîtriser la croissance démographique en Afrique, envoyer les jeunes filles africaines à l'école est nécessaire mais ce n'est plus à la hauteur du défi !


A ce titre toute l'aide publique française et européenne doit être maintenue mais subordonnée à des programmes de maîtrise démographique, à défaut l'Afrique ne connaîtra que des affrontements et ne pourra pas satisfaire les besoins de sa population. 

 

Je sais que mes propos vont susciter des réactions hostiles des bien-pensants, par avance je leur dis avec sérénité que l'angélisme n'a jamais été la réponse aux désordres du monde.

 

Bonne et Heureuse année à tous !

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE

DE PRESSE

de Jacques MYARD

Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons- Laffitte

Président du Cercle Nation et République


Le 11 DÉCEMBRE 2017

 

A/S :  Election de L.Wauquiez : première étape politique pour la reconquête !


En dépit des sarcasmes et critiques médiatiques des bien-pensants, l'élection de Laurent Wauquiez à la présidence des Républicains ( LR ) constitue une événement majeur dans la situation politique nationale, elle est aussi une étape dans le processus de rééquilibrage entre la majorité présidentielle et l'opposition parlementaire.

 

L.Wauquiez a été élu avec 75% des suffrages exprimés et une participation fort honorable; sa légitimité ne peut être contestée !

 

Cette élection est la meilleure preuve que Les Républicains ne sont pas sortis du champ politique contrairement aux billevesées distillées à l'envi par quelques transfuges qui courent à la gamelle des postes ministériels ou autres.

 

La prétendue recomposition politique du ni droite ni gauche du nouveau monde est une imposture destinée à créer la confusion, elle ne correspond pas aux réalités structurelles de la France.

 

Mais soyons lucides, l'élection de Laurent Wauquiez n'est qu'une étape dans la voie du renouveau qui passe obligatoirement par l'élaboration d'un projet national cohérent qui réponde aux attentes des Français et notamment :

-La France est une Nation fière de son histoire, y compris coloniale, elle n'est pas un simple territoire ouvert à tous les vents, elle doit contrôler ses frontières et lutter contre les dérives communautaristes salafistes,

Elle doit :

-Réaffirmer l'unité nationale face aux dérives régionalistes,

-Maîtriser les flux migratoires est une impérative nécessité, c'est l'enjeu majeur de ce siècle; tout immigré clandestin doit être expulsé,

-Relancer l'économie par une politique fiscale qui favorise les investissements et qui ne casse pas la consommation avec une CSG injuste,

-Rétablir une politique familiale universelle pour assurer l'avenir de la Nation,

-Défendre les classes moyennes et populaires maltraitées fiscalement,

-Tolérance zéro pour les délinquants et expulsions de tous les étrangers condamnés,

-Maintien des communes, lieux naturels de la démocratie de proximité, remise à plat des intercommunalités sur des choix volontaires et non imposées par des oukases technocratiques,

-Refonder l'Union européenne sur une coopération entre les Etats-Nations en appliquant la subsidiarité ; gardons-nous des chimères fédérales, comme le propose aujourd'hui le Président de la République,

-Maintenir une politique étrangère indépendante soutenue par une défense forte et crédible.

C'est sur ces bases essentielles et cohérentes que les Français retrouveront le sens du collectif et la confiance dans leurs élus.

 

Pour ma part, j'apporte mon soutien actif à Laurent Wauquiez et l'appuierai par mon travail et mon expérience.

________________________________________

 

 

COMMUNIQUE de
Jacques Myard
Membre honoraire du parlement
Maire de Maisons-Laffitte

 

Le 28 Novembre 2017

 


A/S : Oui agissons pour respirer un air pur mais soyons lucides sur toutes les causes de la pollution !

 

Le 15 Novembre dernier j'ai reçu un courrier circulaire du Préfet de région ,Michel Cadot et co-signé par le Préfet de police ,Préfet de la zone de défense et de sécurité de Paris, Michel Delpuech, concernant le projet de révision du Plan de Protection de l'Atmosphère d'Ile de France (PPA).

J'ai pris la liberté d'y répondre dans une lettre adressée en termes identiques aux deux Préfets dont vous pouvez prendre connaissance ci-après

 

 

VILLE de MAISONS-LAFFITTE

 


CABINET DU MAIRE Le 27 Novembre 2017
Réf. : JM/ BM/031

Monsieur Michel CADOT
Préfet de la Région d’Ile de France
Préfecture Région Paris Ile de France
5 rue Leblanc
75015 PARIS


Monsieur le Préfet,

 

Je vous remercie de votre lettre circulaire du 20 octobre 2017 relative à la prolongation de l’enquête publique sur le projet de révision du Plan de Protection de l’Atmosphère d’Ile-de-France (P.P.A).


Je souhaite néanmoins porter à votre attention quelques remarques :

- En premier lieu, votre courrier du 20 octobre 2017 informant les élus de la décision de la Présidente de la Commission d’enquête de prolonger l’enquête publique jusqu’au 15 novembre 2017 est précisément arrivé à cette date en Mairie de Maisons-Laffitte, par lettre suivie de la poste du 14 Novembre 2017.

Visiblement, les services de l’Etat n’ont pas agi avec zèle !

- Sur le fond du problème de la pollution de l’air :

Il est indéniable que nous devons tous faire des progrès pour améliorer la qualité de l’air que nous respirons.

 

A ce titre, l’arrêt du Conseil d’Etat du 12 juillet 2017, sur requête des Amis de la Terre France, énonce clairement qu’il ne suffit pas d’adopter des plans relatifs à la qualité de l’air pour chaque agglomération donnée – en l’occurrence Paris/Ile-de- France, encore faut-il prendre des mesures pour que la période de pollution soit la plus courte possible.

A ce titre, qu’il me soit permis d’appeler votre attention sur des oublis fâcheux.

 

En effet, dans deux brochures jointes à votre courrier du 20 octobre, parvenu le 15 novembre, l’une intitulée « quel rôle pour les collectivités », l’autre «  Moi citoyen : j’agis pour la qualité de l’air », brochures établies par la Direction Régionale de l’Environnement et de l’Energie, vous omettez de mentionner certaines sources de pollution pour Paris et l’Ile-de-France :

- Pas un mot sur les mesures absurdes de la ville de Paris qui supprime les voies sur berges – au mépris des banlieusards – et provoque de ce fait des embouteillages monstres sur les quais et l’avenue de Saint-Germain qui amplifient considérablement la pollution de l’air.

- Pas un mot sur l’importation des particules fines importées d’Allemagne et d’autres pays européens produites par les centrales de lignite ou de charbon, importation qui représenterait, selon les experts, près de la moitié de la pollution en particules fines en Région Ile-de-France.

 

A ce titre, j’ai posé au Gouvernement une question écrite alors que j’étais Député, le 13 décembre 2016, dont vous trouverez le texte ci-après ; question qui est restée sans réponse... je vous rassure.

 

Dans ces conditions, il me paraît urgent d’agir sur les sources principales de pollution et de cesser de fustiger le pauvre automobiliste banlieusard.

 

Il faut relire à cet égard la fable de La Fontaine «  les animaux malades de la peste ».

 

En conséquence, Monsieur le Préfet ;

- Quand allez-vous rappeler au bon sens élémentaire, Madame le Maire de Paris, toujours interdite de séjour à Maisons-Laffitte, par arrêté municipal, tant qu’elle ne rapportera pas ses décisions ineptes ?

- Quand allez-vous inviter le Gouvernement à présenter au Gouvernement allemand et aux gouvernements des Pays de l’Est, la facture de la pollution en Ile-de- France provoquée par les centrales à charbon d’Outre-Rhin ?

Je suis certain que vous serez sensible à mes argumentations au nom de la réalité et de l’intérêt général, loin de l’hypocrisie idéologique.

 

Je vous en remercie et vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma haute considération républicaine.

 

Jacques MYARD
Maire
Membre honoraire du Parlement


texte de la question écrite N°101216 posée au gouvernement en 2016 publiée au JO le 13 décembre 2016 page 10220


M. Jacques Myard appelle l'attention de Mme la ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, sur les causes réelles de la pollution à Paris et en région parisienne ainsi que les régimes de dérogation à la circulation alternée. Tout en approuvant la décision d'instaurer la circulation alternée, il lui demande si la pollution est principalement imputable aux automobiles ou si elle ne provient pas plutôt des émissions de particules fines des centrales à charbon allemandes ou belges ! Il est curieux, en effet, de constater que l'Allemagne critique le programme nucléaire français et empoisonne ses voisins avec ses centrales électriques à charbon ! En outre, il lui demande pourquoi les journalistes sont dispensés de respecter la circulation alternée alors que de très nombreuses professions nécessaires à la société y sont astreintes. La corporation des journalistes apparaît ainsi comme une profession privilégiée. On n'ose penser que cette exemption serait prise par démagogie électoraliste. Si la lutte contre la pollution est indispensable, il importe donc d'en revoir les conditions d'application ! Il lui demande le bilan de la circulation alternée sur la diminution de la pollution et son impact parmi d'autres causes de pollution identifiées telle l'émission de particules fines en provenance de nos voisins. Il lui demande, à ce titre, si elle compte demander à l'Allemagne des compensations financières. Enfin, il souhaite connaître les raisons du traitement privilégié dont bénéficient les journalistes exonérés du respect des règles de la circulation alternée.

________________________________________

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
Président du Cercle Nation et République


Le 13 novembre 2017,

 

A/S : Emmanuel Macron ou le romantisme européen : analyse critique

 

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a tenu deux discours sur l’Europe, deux discours programmes qui méritent une analyse critique.

 

1. Macron veut faire de l’Europe un axe majeur de son quinquennat.

 

Il convient tout d’abord de relever les lieux de ces discours. Le premier à Athènes sur la colline de la Pnyx, devant l’Acropole, le 7 septembre 2017, haut lieu de la Grèce antique où l’Ecclésia, l’assemblée des citoyens, votait à main levée. Le second est prononcé le 26 septembre 2017 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

 

Ces choix, symboliques, incarnent la culture française et européenne ; on ne saurait les rejeter, ils appartiennent à l’histoire et bien au-delà à l’histoire de l’Humanité. Ces choix sont donc judicieux même si certains les ont jugés ostentatoires.

 

1. Macron a abordé pour exprimer sa vision de la refondation de l’Europe les thèmes suivants :


I L’Europe-puissance.

 

Dans son discours d’Athènes, il critique vertement les souverainistes et les accuse de  « recroquevillement ». Pour lui, la souveraineté « se construit dans et par l’Europe » et consiste à « conjuguer nos forces pour bâtir ensemble une puissance européenne » ; et d’ajouter  « nos défis ne sont plus à l’échelle de nos Nations (...), la bonne échelle est l’échelle européenne ».

 

Que les choses soient claires : le souverainisme n’est en rien un « recroquevillement », un repli sur soi, bien au contraire. Il exprime la volonté du peuple de garder la maîtrise de ses décisions afin de participer au concert des Nations en toute liberté et de ne pas subir les décisions prises par les autres. Emmanuel Macron est en réalité dans la pure polémique vis-à-vis des souverainistes.

 

1. Macron plaide pour « l’Europe-puissance », qui deviendrait un nouveau bloc ; je me souviens d’une affiche dans les années soixante où l’on voyait un Européen musclé écarter le bloc soviétique et le bloc américain...

 

C’est là une époque révolue, utopique. Le monde ne fonctionne plus en blocs, nous sommes dans l’ère des puissances relatives, un monde mouvant où les coalitions se font et se défont en fonction des sujets et des enjeux. En réalité, il n’y a plus de superpuissances ou d’hyper puissances, tel que l’avait analysé Hubert Védrine, qui puissent mettre à sa botte le reste des pays du globe. Si une grande puissance frappée d’hubris entre dans le délire impérialiste, elle coalisera le monde entier contre elle.

 

De surcroît, penser que vingt-huit Nations puissent se sublimer et se fondre dans un super- Etat relève de la pure utopie.

 

Je me souviens des paroles prononcées par Jacques Delors en Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale : « Il n’y aura jamais de politique étrangère commune. L’Europe puissance est une utopie du Quai d’Orsay. »

 

1. Macron est dans cette utopie contre laquelle les peuples, de plus en plus nombreux, se rebellent : en témoignent le rejet du Traité constitutionnel en 2005 en France et aux Pays-Bas, le Brexit aujourd’hui. De plus, nombre d’experts estiment que s’il y avait eu un référendum en Allemagne, le résultat eût été le même.

 

La Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe le 30 juin 2009 réaffirme avec force en substance : «  Il n’y a pas de peuple européen, il y a un peuple français, un peuple italien, un peuple néerlandais... un peuple allemand et en cas de modifications des Traités pour l’Allemagne, le dernier mot doit appartenir à la Diète fédérale ».

 

A l’heure du village planétaire, la notion d’Europe puissance apparaît comme un concept obsolète car, pour la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la plupart des pays européens, les intérêts ne sont pas seulement et exclusivement européens mais mondiaux. La mondialisation, par sa nature même, transcende l’Europe ; ce qui ne signifie pas qu’il y ait intérêt à abandonner toutes
coopérations européennes mais ces dernières ne sauraient être exclusives : d’autres coopérations hors Europe peuvent être bénéfiques pour les pays européens pris individuellement.

Emmanuel Macron, en parlant d’Europe puissance, est en pleine chimère.

 

II La sécurité

 

Prenons des extraits du discours de la Sorbonne : « Nous devons créer un espace de sécurité et de justice commun... En matière de défense, notre objectif doit être la capacité d’action autonome de l’Europe, en complément de l’OTAN... Ce qui manque le plus à l’Europe aujourd’hui, c’est une culture stratégique commune... L’Europe devra se doter d’une force commune d’intervention, d’un budget de défense commun et d’une doctrine commune pour agir. Je souhaite une Académie européenne du renseignement... »

 

Avoir une défense européenne avec un budget de défense commun et surtout une doctrine commune présuppose un pouvoir politique supranational européen, lequel n’existe pas et n’est pas près d’exister. Proposer aux Etats européens de tels projets n’est pas sérieux ; ce sont des propos d’avenir et qui le resteront longtemps.

 

Relevons que nos partenaires sont tous inféodés à l’OTAN, sauf l’Irlande, et qu’aucun, même après l’élection de Donald Trump, n’a manifesté la moindre velléité d’en sortir.

 

Les termes de l’article 42-7 alinéa 2 du Traité sur l’Union européenne adopté à Lisbonne  sont limpides :

«  Les engagements et la coopération dans ce domaine (politique de sécurité et de défense) demeurent conformes aux engagements souscrits au sein de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, qui reste, pour les Etats qui en sont membres, le fondement de leur défense collective et l’instance de sa mise en œuvre. »

 

Le Brexit ne change rien à cette disposition. Ni les Etats baltes, ni la Pologne, ni la Roumanie ne renonceront à l’OTAN. La Roumanie, qui accueille une grande base américaine, a d’abord adhéré à l’Alliance atlantique avant de rejoindre l’Union européenne.

 

Cela étant, les Etats européens, s’ils veulent exister en matière de défense, doivent commencer à augmenter leurs budgets nationaux, comme les Américains leur ont souvent répété. En matière de projets d’équipements militaires européens, ils devraient privilégier des coopérations entre entreprises européennes, ce qu’ils ne font pas : nombreux sont ceux qui ont succombé aux illusions d’une coopération avec les Etats-Unis et ont perdu la maîtrise de leur industrie d’armement. C’est le cas de la coopération sur le JSF – F35 proposé par les Américains aux Européens. Ces derniers payent, pour 8 milliards de dollars, sans retours technologiques !

 

Sans chauvinisme ni orgueil déplacé, la défense européenne s’appelle l’indépendance militaire de la France, seule puissance européenne qui dispose encore de sa libre décision. Sacrifier cette indépendance dans une hypothétique défense européenne, c’est lâcher la proie pour l’ombre !

 

A ce titre, gardons à l’esprit l’échec auquel aboutit le syllogisme de Nicolas Sarkozy au moment où il prit la décision de rallier l’OTAN. Son raisonnement était en substance le suivant : « Je suis pour une défense européenne. Mes partenaires sont pour l’OTAN. Je rallie l’OTAN pour rallier mes partenaires européens à la défense européenne. »

1. macron devrait méditer cet échec.

 

III La maîtrise de nos frontières

 

« La crise migratoire n’est pas une crise, c’est un défi qui durera longtemps... ce n’est qu’avec l’Europe que nous pourrons efficacement protéger nos frontières, accueillir dignement ceux qui ont droit à l’asile, les intégrer réellement, et dans le même temps renvoyer rapidement ceux qui ne sont pas éligibles à cette protection ».

 

E.Macron propose la création d’un office européen de l’asile, une police des frontières européennes, un large programme de formation et d’intégration pour les réfugiés, un partenariat avec l’Afrique, éléments de la refonte du projet européen.

Il est vrai, nul ne peut le contester, la crise migratoire est un défi majeur pour la France et les Etats d’Europe.

 

En revanche, pour avoir un office européen de l’asile, un programme de formation pour les réfugiés, un partenariat avec l’Afrique, il faut élaborer une politique commune. Les divergences sont nombreuses, et même antagonistes, entre les Etats européens.

 

Le temps n’est guère éloigné où des Etats refuseront  tout accueil de réfugiés et fermeront complètement leurs frontières en raison de la croissance des flux de migrants et de l’impossibilité politique de les intégrer économiquement et surtout culturellement. Les ONG qui prétendent le contraire commettent une erreur stratégique.

 

IV Le partenariat avec l’Afrique

 

Il est une  partie prenante, pour E. Macron, de la souveraineté européenne.

 

Je considère que l’Afrique a des potentialités immenses mais que son explosion démographique incontrôlée est une menace pour elle-même, la France et l’Europe.

La stabilisation de ce continent ne se réalisera pas au moyen d’aides classiques,  l’éducation, la santé, l’énergie comme le prône Emmanuel Macron, mais par des programmes drastiques de contrôle des naissances.

 

V Sur une transition écologique efficace et équitable,

 

E. Macron fait état de sa foi dans l’Europe qui « doit être à l’avant-garde ». Il plaide pour un prix de carbone à la tonne « significatif qui permette des réorientations profondes de nos économies ... de 25 à 30 euros »  ainsi que l’ouverture d’un marché européen de l’énergie. 

 

Relevons que l’élaboration d’un marché européen de l’énergie ne se réalisera qu’avec l’accord des Etats dont les intérêts ne coïncident pas. L’Allemagne, en ayant décidé de fermer toutes ses centrales nucléaires, s’oppose à la France.

 

VI La souveraineté alimentaire


« Est-ce que notre politique agricole commune protège bien nos agriculteurs et nos consommateurs ? » ; « La PAC doit protéger face aux aléas du marché et aux grandes crises. »

On ne peut qu’être d’accord avec E. Macron sur ce sujet, mais observons que ce sont nos partenaires européens qui ont exigé de modifier la PAC qui, à leurs yeux, coûtait trop cher.

 

VII La souveraineté numérique


« Nous devons tout faire pour avoir ces champions du numérique. Créons dans les 2 ans qui viennent une agence européenne pour l’association de rupture à l’instar des Etats-Unis avec la DARPA. »« Nous devons défendre nos droits d’auteur. » « Je souhaite taxer la valeur créée... »


Je partage ces objectifs mais pour cela, encore faut-il élaborer une politique industrielle européenne et prendre ses distances avec le « tout concurrence » dogme de la Commission européenne. Quant à la taxation de la valeur créée, elle tombe sous le sens.

 

VIII Union économique et monétaire

 

« C’est à partir de cette union économique et monétaire.... que nous pourrons créer le cœur d’une Europe intégrée... » « comment nous arriverons à faire de cette zone une puissance économique concurrente de la Chine et des Etats-Unis... »

« Nous avons besoin d’un budget plus fort au cœur de l’Europe, au cœur de la zone euro.Un budget ne peut aller qu’avec un pilotage politique fort par un Ministre commun et un contrôle parlementaire. »

 

1. Macron est toujours dans la logique des blocs et ce faisant, il rêve d’une Europe puissance, qui se révèle une chimère.

La question de la survie de l’Euro reste entière, car sans création d’une union de transferts, où les pays riches, soit l’Allemagne, et les pays du Nord de l’Europe payent pour les pauvres, il n’y a pas d’avenir pour la zone euro ;  Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie, l’a parfaitement démontré.

Quant à avoir un budget fort piloté par un ministre de la zone, c’est un projet fédéral qui n’a pas l’assentiment de nos partenaires, y compris et surtout de l’Allemagne qui se refuse à payer pour les autres.

 

IX La solidarité

 

« Comme le disait Jacques Delors,  la concurrence qui stimule, la coopération qui renforce et la solidarité qui unit ». « C’est le sens du combat que je mène pour réviser la Directive sur la travail détaché... » ; « Nous devons accéder à l’harmonisation des bases de l’impôt sur les sociétés. »

« Nous devons définir une fourchette de taux (de l’IS)... Le respect de cette fourchette conditionnerait l’accès aux fonds européens... Nous puissions définir une vraie convergence sociale et rapprocher progressivement nos modèles sociaux... »

Salut aux chercheurs d’aventures !

 

L’harmonisation des bases de l’impôt sur les sociétés serait un premier pas pour assurer une concurrence non faussée. Cependant, l’harmonisation des taux n’est pas souhaitable dans la mesure où les conditions de production ne sont pas les mêmes dans les Etats de l’Union.

 

Quant à la convergence sociale, c’est une idée d’avenir promise à le demeurer. Nombreux sont les Etats européens qui veulent garder un avantage concurrentiel économique avec un niveau bas de prestations sociales.

 

Pour ce qui est de la directive sur les travailleurs détachés, en dehors d’une limitation théorique de la durée de détachement, un an plus six mois, Emmanuel Macron n’a pu en modifier la structure même : les cotisations seront toujours payées dans le pays d’origine. De plus, le contrôle et la sortie de France des travailleurs détachés demeurent un défi permanent. La remise en question du travail détaché est en réalité la remise en question de la liberté de circulation des travailleurs qui est au cœur des libertés des Traités ; c’est une mission impossible sauf à remettre en cause la libre circulation des travailleurs. Relevons de surcroît que le transport est laissé hors le champ des 18 mois de durée du détachement.

 

X La culture

 

« Le ciment le plus fort de l’Union sera toujours la culture et le savoir» ; » Parcourir le continent pour apprendre d’autres langues» ; « Chaque étudiant devra parler au moins deux langues européennes avant 25 ans passés.  « au moins six mois dans un autre pays européen. » « Je propose la création d’universités européennes. »

 

Oui, la seule Europe est bien celle de la culture et elle a existé bien avant la démultiplication débridée des règlements et directives de l’Union européenne.

 

Quant à l’apprentissage des langues, on ne peut qu’applaudir à la condition de ne pas parler le globish à l’université Humboldt, à Berlin, mais le français...

 

XI Les «intraduisibles»

 

« Je veux imaginer Sisyphe heureux» ; « Nous n’avons pas eu raison de faire avancer l’Europe malgré les peuples» ; « Nous devons refonder le projet européen par et avec le peuple.» ; « Je souhaite que nous passions par des conventions démocratiques pour 2019 (aux élections européennes). » ; « Je souhaite que la moitié du Parlement européen soit élue sur ces listes transnationales. »

 

Les propos d’Emmanuel Macron sont un oxymore ; d’un côté, il affirme que pour refonder le projet européen, il faut le faire avec et par le peuple,  de l’autre, il propose des listes transnationales qui ne représentent pas le peuple.

 

Par ailleurs, soumettra-t-il son projet à référendum et renoncera-t-il à organiser une deuxième consultation si le résultat est Non, comme on l’a vu pour l’Irlande ?

 

XII Le marché unique et les institutions

 

« Le marché unique doit réunir cet espace de convergence plus que de concurrence... Pour fonctionner, cette Union européenne ne pourra échapper à la question de ses institutions. Une commission de 15 membres devra être notre horizon, que les grands pays renoncent à leurs commissaires pour commencer. Nous donnerons l’exemple. L’Union devra s’ouvrir aux Balkans. L’Union permettra des différenciations plus grandes.

 

Je propose à l’Allemagne un partenariat nouveau : pourquoi ne pas se donner l’objectif d’intégrer totalement nos marchés en appliquant les mêmes règles à nos entreprises du droit des affaires au droit des faillites ?

 

Refaisons un Traité de l’Elysée le 22 janvier prochain.

Je proposerai de lancer... un groupe de la refondation européenne. »

 

A ce stade, on n’est plus au stade du rêve mais du nirvana et de la fuite en avant !

 

Qui peut encore croire que l’Allemagne abandonnera son représentant à la Commission européenne ? Quant à lui proposer un nouveau traité de l’Elysée, c’est rappeler aux Allemands des précédents fâcheux.

 

Proposer l’élargissement aux Balkans diluera davantage encore l’Union européenne.

 

1. Macron commet une faute avec l’Allemagne en la mettant, comme beaucoup en France, au cœur de la refondation de l’Europe. Cet amour immodéré de la France pour l’Allemagne et la promotion tous azimuts de l’axe franco-allemand sont une faute. Pierre Manent a raison de dénoncer « la transe amoureuse envers l’Allemagne ».

 

Conclusion 

 

Emmanuel Macron s’installe résolument dans l’utopie et la chimère pour l’Europe. Son projet est totalement décalé par rapport à la nouvelle donne européenne qui veut que les Etats reprennent la main sur une construction qui leur échappe et une technocratie européenne avide de tout contrôler.


Il est symptomatique qu’Emmanuel Macron ne prononce jamais, dans son lyrisme et l’euro béatitude qui l’habite, le mot de « subsidiarité » qui est pourtant la clef de la refondation de l’Europe. L’Europe s’est élargie, elle doit s’amaigrir et s’en tenir à l’essentiel. Telle est la condition fondamentale pour réconcilier l’Europe et ses peuples.

En définitive, ce n’est pas en jouant le cabri de l’Europe que l’on fera avancer la nécessaire refondation de l’Europe. Emmanuel Macron lui tourne le dos.

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

de Jacques MYARD
Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
Président du Cercle Nation et République

 

Le 9 NOVEMBRE 2017

 

A/S : Paradise papiers : réflexions sur la jungle financière planétaire

 

Les divulgations égrainées désormais quotidiennement par les fameux "Paradise papers" ne sont pas une simple révélation de fraude fiscale . En réalité il n'est pas certain que l'on puisse qualifier ces gigantesques opérations financières de simple optimisation fiscale à l'échelle de la planète.

 

Nombre d'analystes vont d'ailleurs immédiatement ajouter qu'il n'y aurait pas de paradis fiscaux s'il n'existait pas d'enfers fiscaux. Il est vrai que dans ce cas le concours Lépine du moindre prélèvement fiscal peut tendre vers zéro et on ne voit pas comment les Etats structurés pourraient s'en sortir .

En réalité cette affaire pose une question fondamentale , c'est l'abdication des Etats face à la nouvelle Internationale de la finance qui aujourd'hui dispose d'une totale liberté planétaire.

L'Union européenne garantit pour son marché intérieur 4 libertés, à savoir:
1. la libre circulation des biens,
2. la libre circulation des capitaux,
3. la libre circulation des services
4. la libre circulation des personnes.

et le Traité de Maastricht a interdit toutes les restrictions aux mouvements de capitaux et aux paiements entre les Etats membres ainsi qu'entre les Etats membres et les pays tiers, article 63 du traité FUE dans sa version du Traité de Lisbonne.

 

Il est paradoxal de relever qu'aucune des trois autres libertés n'est aussi large que celle des capitaux, les trois autres libertés sont circonscrites aux territoires des Etats de l'Union; en revanche le terrain de jeu des capitaux est la planète.

Dans ces conditions et en raison de l'absence de règles communes mondiales- il n'existe pas et il n'existera jamais de zone fiscale optimale sur le modèle de la zone économique optimale chère à Robert Mundel- les acteurs bénéficient d'une totale liberté, ils agiront toujours en fonction de leurs seuls intérêts fiscaux profitant de la balkanisation fiscale mondiale .

 

En conséquence les choses sont binaires et très simples:

-les Etats européens continuent de respecter la totale liberté de mouvement des capitaux, tout en essayant de colmater les brèches, autant se faire que peut, par des conventions d'échanges de renseignements entre administrations fiscales, mais il y aura toujours des lacunes dans le système

-ou les Etats européens reprennent la main et contrôlent intelligemment par des alertes informatiques les mouvements de capitaux hors d'Europe, sans les interdire pour autant !

 

On entend déjà les ultras libéraux hurler contre cette proposition qu'ils vont qualifier de retour en arrière et contraire au sens de l'histoire. Je tiens à les rassurer il n'existe pas de sens de l'histoire et à chaque fois qu'il est invoqué, ça c'est mal terminé !

 

Ces ultras devraient se rendre compte que les multiples turpitudes révélées par les "Paradise papers" sont dévastatrices dans l'opinion publique et nourrissent des solutions extrêmes !

 

Il est urgent que les Etats reprennent la main et imposent des règles à la jungle financière avant que tous les Français et tous les Européens ne prennent leurs cartes... à la CGT ! :)
________________________________________

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
Président du Cercle Nation et République

 

Le 30 Octobre 2017

 

A/S : LE FINANCEMENT DU TERRORISME : COLLOQUE DE MADRID


A l’invitation de l’association de presse européenne pour le monde arabe (A.P.E.M.A), je suis intervenu le 25 octobre 2017 au colloque sur le financement du terrorisme à Madrid au siège de la délégation de l’union européenne.
(Voir la liste des participants in fine).


I – Concept du terrorisme


Avant d’examiner les modalités de financement du terrorisme, il est utile d’essayer de définir le concept même du terrorisme.
Le mot vient du latin «  terror » qui traduit une peur terrible.
Le concept a fait son apparition au moment de la Révolution française en 1793. La Convention nationale a voulu imposer par la manière forte la République.
Il s’agissait alors d’un terrorisme d’Etat.
A la fin du 19èmesiècle, les mouvements anarchistes et nihilistes russes sont qualifiés de terroristes.
Lors de la 2èmeguerre mondiale, les nazis occupent la France et qualifient de terroristes les actions de la résistance française.


Le code pénal français définit dans son article 421-1 le terrorisme de la manière suivante :
«  Constituent des actes de terrorisme, lorsqu’elles sont intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public pas l’intimidation ou la terreur, les infractions suivantes :
1°) Les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l’intégrité de la personne, l’enlèvement et la séquestration, ainsi que le détournement d’aéronef, de navire ou de tout autre moyen de transport, définis par le livre II du présent code ;
2°) Les vols, les extorsions, les destructions, dégradations et détériorations, ainsi que les infractions en matière informatique définis par e livre III du présent code ;
3°) Les infractions en matière de groupes de combat et de mouvements dissous définies par les articles 431-13 à 431-17 et les infractions définies par les articles 433-6 et 441-2 à 441-5 ;
4°) Les infractions en matière d’armes, de produits explosifs ou de matières nucléaires définies par le I de l’article L 1333-9 et suivantes du code de la défense ;
5°) Le recel du produit de l’une des infractions prévues aux 1° et 4° ci-dessus ;
6°) Les infractions de blanchiment prévues au chapitre IV du titre II du livre III du présent code ;
7°) Les délits d’initié prévus à l’article L.465-1 du code monétaire et financier.».


Cette définition de la loi pénale française est la plus objective possible. Elle prend acte de la volonté des terroristes de vouloir renverser l’ordre public existant par la violence.
Si la définition française du Code pénal part des faits : l’emploi de la force pour renverser l’ordre existant, force est de constater qu’il n’existe aucune définition universelle du terrorisme.


On en recense plus d’une centaine mais il y a un caractère permanent qui réside dans la guerre asymétrique du faible radicalisé face à l’ordre établi.


Sans vouloir jouer la provocation, le terroriste n’a qu’un défaut celui d’échouer, s’il réussit il devient alors un mouvement de résistance qui a réussi.


Nelson Mandela, Menahem Begin, Yasser Arafat ne sont-ils pas d’anciens terroristes qui ont « réussi » ? Même si certaines personnes pensent qu'ils ne l'ont jamais été au nom de la cause défendue.
On ne peut qu’être d’accord avec François Bernard Huygue : «  le terrorisme en soi n’existe pas : ce n’est pas un système d’idées comme le marxisme ou la capitalisme mais une méthode de combat. C’est une stratégie. »
Une stratégie asymétrique de combat du faible au fort.

 

II - Le terrorisme de l’Etat islamique

 

Nous faisons face aujourd’hui au terrorisme de l’Etat islamique connu sous l’acronyme arabe de Daesch. Mais il n’est pas le seul et al Qaïda, organisation terroriste concurrente de Daesch est toujours active.
Le 29 juin 2014, à Mossoul, Abou Bakr el-Baghdadi se proclame Calife dans la ligne du prophète et crée ainsi une sorte de proto-Etat.


Il convient de rappeler que le Califat avait été aboli le 3 juin 1924 avec la fin de l’empire Ottoman.
Le Califat ou proto-Etat a régné sur plus de 70 000 M2 de territoire en Syrie et en Irak. Les experts ont estimé son budget à environ 2 milliards d’euros.


Ses ressources sont celles d’une autorité qui contrôle un territoire, des habitants, des ressources naturelles. L’Etat islamique a mis en place un système fiscal avec une véritable administration pour lever des impôts, taxes, redevances.
Ses ressources internes sont aussi constituées de la prise de guerre des dépôts de la banque centrale en Irak, à Mossoul de l’ordre de 450 à 500 millions de dollars. Puis l’Etat islamique a commercialisé du pétrole avec un prix de baril défiant toute concurrence à 15-20 dollars le baril, le trafic annuel a été estimé entre 250 à 600 millions de dollars, comme pour le gaz, 350 millions de dollars, ainsi que la vente d’un certain nombre de produits agricoles et notamment céréaliers.


Mais au-delà de ce trafic des ressources naturelles, l’Etat islamique a aussi utilisé les prises d’otages pour obtenir des rançons et le trafic d’œuvres d’arts, même si dans ce domaine il n’est pas le seul trafiquant du Proche et Moyen-Orient.


Mais, Daesh ne tire pas ses revenus que de ressources internes. On estime en effet qu’il a reçu des aides directes de certaines grandes familles du Proche et du Moyen-Orient, des pays du Golfe et des fonds collectés par des candidats au Jihad. Il a bénéficié de multiples micro-flux de dons obtenus par de nombreux moyens, y compris des envois par Western union et système de l’Hawala, cet ancêtre de la lettre de change des banquiers génois ; des cartes prépayées dont certaines aux Etats Unis peuvent stocker jusqu’à un million de dollars.


Sur tous ces points on peut lire avec intérêt le rapport d’information de l’Assemblée nationale n° 3964 de J.F Poisson et Kader Arif ( juillet 2016) , auquel j’ai participé.
Le système de financement d’al Qaïda – en dehors des ressources internes propres au Califat de Daesch – est très similaire et a bénéficié de nombreux soutiens et dons de familles des pays du Golfe.

 

III – Le terrorisme de voisinage

 

Mais aujourd’hui le financement du terrorisme change de nature avec ce que l’on doit appeler le terrorisme de voisinage qui ne fait plus l’objet d’opérations complexes préparées avec soin à travers de multiples relais.


On assiste en effet à la naissance d’un nouveau terrorisme animé de la même idéologie bénéficiant de soutiens en réseau – il n’existe pas de loup solitaire - mais agissant avec des moyens « modestes ». C’est la location d’un simple camion ou voiture (Nice, Berlin, Londres), ou l’utilisation d’un simple couteau de cuisine d’un assassin qui frappe au hasard dans la rue comme à Marseille.


La question du financement ne se pose malheureusement plus à ce niveau de mobilisation de moyens rudimentaires, c’est le terrorisme de la 5ème colonne.
Dans ce cas, on constate que des individus peuvent se radicaliser et passer à l’acte en l’espace de quelques semaines, et échapper à la vigilance des services spécialisés.


IV - Comment lutter contre les réseaux de financement


Le terrorisme organisé, planifié par Daesch représente toujours malgré ses revers sur le terrain en Irak et en Syrie un réel danger, tout comme Al Qaïda. Les Etats occidentaux ont mis en place de nouveaux moyens pour identifier des mouvements de flux financiers suspects.

 

Tracfin


En France notamment, la loi du 3 juin 2016 contre le crime organisé et le terrorisme a renforcé les moyens de Tracfin. Tracfin a été créé par la loi du 12 juillet 1990, à la suite du G7 de juillet 1989.


Tracfin signifie : Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins. Sa mission est de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du crime organisé dont le terrorisme.


Tracfin agissait jusqu’alors sur des signalements des banques qui ont l’obligation d’informer Tracfin des mouvements douteux.


Désormais, Tracfin peut signaler aux banques de surveiller tel ou tel profil d’individu ou de société.
Il met ainsi en place une surveillance des personnes à risques.

 

Les paiements anonymes
- la loi a abaissé de 3000 à 1000 euros le paiement en espèce pour les résidents français
- l’opération de change anonyme a été abaissée de 8000 à 1000 euros
- tout retrait ou dépôt de plus de 10000 euros par mois est signalé à Tracfin
- tout dépôt de 50 000 euros doit justifier sa provenance

Les cartes prépayées
La loi française du 3 juin 2016 a limité la capacité d’une carte prépayée à 250 euros et elle ne peut plus être alimentée en espèces.
Malheureusement, ces règles rigoureuses ne sont pas toujours adoptées par d’autres Etats, notamment aux Etats-Unis.


V - La lutte contre le financement du terrorisme, ressources internes et externes , ne suffit pas.


Il faut aussi lutter contre la diffusion de l’idéologie qui est une idéologie mortifère, eschatologique, et totalitaire.
L’Etat islamique a su notamment parfaitement s’adapter aux nouveaux moyens de communication en réseau tel internet, grâce à la diffusion de magazines , en une dizaine de langues, très structurés comme Dabic, Dar Al Islam, en langue française.


De la même manière, les réseaux comme Twitter et Facebook ne réagissent pas toujours assez rapidement aux diffusions de vidéos mis en ligne par Daesh qui maîtrise leur utilisation pour sa propagande.


Il a fallu plus de 11 heures à Facebook pour supprimer la vidéo des massacres perpétrés par les terroristes à Paris au Bataclan le 13 novembre 2015.


De surcroît, les Etats-Unis répugnent à fermer les sites hébergeurs installés chez eux au nom du 1er amendement qui garantit la liberté d’expression.


Néanmoins, la loi française du 13 novembre 2014 sanctionne lourdement toute apologie du terrorisme sur internet, 7 ans de prison et 100 000 euros d’amendes.


De surcroît , Daesh maîtrise également la communication cryptée et donne des conseils bien précis à ses adeptes et recommande l’utilisation du logiciel «  Telegram » qui semble pour l’instant incassable aux services spécialisés.


Conclusion

 

La question du financement du terrorisme reste une question d’importance pour lutter contre un mouvement criminel qui veut imposer la charia , mais son idéologie franchisée et diffusée par des fanatiques prosélytes dépasse très largement aujourd’hui la question du financement. Il s’agit bien de livrer bataille sur le plan idéologique à ce qui apparaît être une véritable secte islamique.


Relevons enfin que les programmes de déradicalisation sont loin d’être efficaces en revanche l’action individuelle et personnalisée mais surtout préventive peut permettre d’enrayer la radicalisation elle-même.
Je vous remercie.
* *
*
DEBAT

 

Les diverses interventions ont permis un échange nourri avec la salle, certains participants ont estimé que la cause principale de la radicalisation de nombre de musulmans était liée à leur grandes difficultés économiques.
Malheureusement cette explication est loin d’être suffisante car toutes les personnes en difficultés économiques ne se radicalisent pas.


De plus, même si on constate aujourd’hui qu’il existe un lien entre des fanatiques radicalisés et le monde de la délinquance, on ne peut pas oublier que l’attentat des tours de New-York le 11 septembre 2001 a été pensé, exécuté par des ingénieurs, parfaitement intégrés dans leurs pays respectifs. On ne peut que constater que leur la vision eschatologique, de type sectaire est leur principale motivation et l’a emporté sur toute réflexion rationnelle.

* *
*

PARTICIPANTS

 

Le colloque sur le financement des groupes islamistes organisé par l’association de presser européenne pour le monde arabe (A.P.E.M.A) s’est tenu au siège de la délégation de la commission européenne à Madrid le 25 octobre 2017
Sont intervenus à ce colloque :
- Nidal Shoukeir, Président de l’A.P.E.M.A,
- Anna Surra, députée espagnole, porte-parole du Comité sur la Coopération et le Développement International,
- José Cepeda, Sénateur espagnol, membre de la l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe,
- Jacques Myard, Membre honoraire du Parlement (1993-2017), ancien membre de la Commission des affaires étrangères,
- Albert Carames, coordinateur européen de l’Observatoire pour la Prévention et l’extrémisme violent (OPEV),
- Mohamed Ahsissene, Secrétaire général de la Commission de la communication du Parti socialiste de Catalogne
- Karim Ifrak, islamologue, membre fondateur de la Fédération des Musulmans républicains de France,
- Koen Metsu, député belge, Président du Comité parlementaire pour combattre le terrorisme.

__________________________________________

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
Président du Cercle Nation et République

 

Le 4 Octobre 2017

 

A/S : CATALOGNE : L' UNION EUROPÉENNE N' A-T-ELLE PAS JOUE LES APPRENTIS SORCIERS ?

 

Personne ne peut nier que les enjeux provinciaux espagnols sont anciens et spécifiques. Le conflit basque est dans toutes les mémoires .

 

L'Espagne a toujours connu des forces centrifuges provinciales, mais elles ont aujourd'hui d'autant plus d'échos que la démocratie leur garantit la liberté d'expression qu'elles utilisent avec gourmandise.

 

Mais l'Union européenne n'a-t-elle pas joué les apprentis sorciers dans ce processus ?

 

La question doit être posée .

 

Le Traité de Maastricht a institué en 1992 le Comité des régions qui est désormais un organe consultatif de l'Union et qui peut être saisi par le Parlement européen, le Conseil ou par la Commission, pratiquement sur tout sujet " où l'une de ces institutions le juge opportun" , article 307 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, Traité de Lisbonne du 13 décembre 2007.

 

Mais surtout la Commission n'a eu de cesse et n'a de cesse de contourner les Etats pour traiter directement avec les régions, acceptant de les recevoir à Bruxelles pour évoquer et traiter leurs demandes de crédits des fonds de cohésion européens , le tout "enveloppé" dans un discours de simplification et d'efficacité administratives qui justifieraient de court-circuiter les Etats, dont certains par faiblesse comme la France laissent faire !

 

Ajoutons à cela les bureaux des régions à Bruxelles auprès de l'Union européenne qui apparaissent être de véritables ambassades qui défendent leurs intérêts auprès de l'Union et cela pas toujours en cohérence avec l'Etat .

 

De nombreux politiques ont souvent dénoncé ce mouvement dont le processus peut conduire à la remise en cause des Etats. Les Etats qui sont, pour certains euro-fanatiques de la Commission, des ennemis à abattre. Ces technocrates rêvent d'une Europe morcelée en régions sur le modèle du Saint-Empire romain germanique des Habsbourg afin de régner en maître !

 

L'Histoire va-t-elle nous repasser ses plats ? C'est possible !

Le Président Pompidou nous avait prévenus " Le régionalisme, c'est le retour du Moyen âge ! "
et l'Union européenne y aura contribué !

________________________________________

 

MESSAGE
de Jacques MYARD
Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
Président du Cercle Nation et République


Le 2 octobre 2017

 

AFFAIRE ALSTOM


Madame, Monsieur,

Je prends la liberté de vous adresser ci -dessous le lien de l'émission de LCP , Droit de Suite : Affaire ALSTOM une affaire d'Etat ? dans laquelle je suis intervenu, et qui a été diffusée le 25 septembre dernier.

 

http://www.lcp.fr/emissions/droit-de-suite/283004-alstom-une-affaire-detat

 

Ayant été mis en cause par Laure de la Raudière dans le débat qui suivit le film documentaire de David Gendreau et de Alexandre Leraitre, je vous invite à prendre connaissance de mon billet d'humeur ci-après.

Très cordialement

 

Jacques Myard

 

BILLET
de
MAUVAISE HUMEUR

de Jacques MYARD
Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
Président du Cercle Nation et République

 

Le 27 septembre 2017

 

A/S : Alstom : Le révisionnisme ordinaire de la députée Laure de la Raudière.

 

J'ai regardé avec grand intérêt le film documentaire sur Alstom diffusé sur la chaine LCP AN le lundi 25 septembre .

Lors du débat qui suivit la diffusion, le journaliste Jean Pierre Gratien posa la question à Laure de la Raudière :

" Pourquoi n'y a-il pas eu de suites à la demande de commission d'enquête formulée par J.Myard ? "

 

Cette valeureuse députée membre de la Commission des affaires économiques, qui brilla par son absence lors des auditions de Patrick Kron, a eu le culot de répondre en substance - en précisant qu'elle me connaissait bien - que je n'avais pas mobilisé les membres de la commission des affaires économiques, bref que j'aurais jouer solo !

 

La bonne blague !

 

C'est oublier que 35 députés ont signé ma demande de création de commission d'enquête de mai 2014,

C'est oublier qu'avec Daniel Fasquellle, j'ai participé aux auditions de Patrick Kron en commission des affaires économiques, lui posant de multiples questions, auditions où Laure de la Raudière fut absente,

C'est oublier que par lettre du 14 janvier 2015, Daniel Fasquelle et moi-même avons saisi François Brottes en lui demandant la constitution d'une commission d'enquête, demande co-signée par 50 députés,

C'est là ce qu'on peut appeler ignorer la commission des affaires économiques de l'Assemblée !

 

On savait que Laure de la Raudière était devenue "constructive", maintenant on la sait révisionniste !

 

Au moment où Alstom disparaît corps et biens dans Siemens, ce qui est une capitulation en rase campagne du gouvernement Macron, il y a des contre-vérités historiques qui ne passent pas !

 

A bon entendeur salut !

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE

de Jacques MYARD

Maire de Maisons-Laffitte

Membre Honoraire du Parlement

Président du Cercle Nation et République

 

Le 25 septembre 2017

 

A/S : Réflexions sur les élections sénatoriales en Yvelines .

 

Le suffrage des élus pour les sénatoriales est sans appel et je salue la victoire de Gérard Larcher.

 

Je la salue d'autant plus qu'elle est celle d'un travail de terrain qu'il a effectué avec constance et méthode depuis des années que pour ma part j'affectionne. Je n'ai pas pu faire ce travail de travail de terrain par manque de temps, ma campagne n'ayant démarré que 3 semaines avant le scrutin.

A l'évidence la République en marche a subi un échec cinglant, certains experts avisés avait prédit 4 sièges pour G. Larcher et 2 pour LREM.

 

Les élus socialistes ont fait défaut à LREM , ce qui démontre qui le "ni droite ni gauche" de Maron-Jupiter qui lui a permis d'être élu est conjoncturel et n'est pas une donnée structurelle .

Même si je n'arrive qu'en 4ème position sur les 11 listes concurrentes avec 146 voix, j'estime que c'est un score honorable en raison de la brièveté de ma campagne et de l'implantation forte des autres candidats.

 

Je remercie vivement les élus qui m'ont fait confiance ainsi que les nombreux amis qui ont appuyé "ma liste".

Je remercie du fond du coeur mes colistiers dont le travail a été constant à mes cotés.

 

Cette campagne a été pour moi très riche :

-J'ai fortement ressenti que les conceptions que j'ai exprimées étaient partagées par de nombreux élus même si ces mêmes élus me confiaient voter pour G.Larcher par fidélité, c'est notamment le cas lorsque j'exprimais mon opposition ferme et résolue au gouvernement Macron.

-Sur ce point l'attitude future de G.Larcher si elle est conciliante vis-à-vis du gouvernement sera vivement critiquée !

-De très fortes tensions traverses les intercommunalités imposées par la loi NOTRe et vont provoquer des crises institutionnelles certaines si cette loi n'est pas révisée pour créer des intercommunalités voulues dans des bassins de vie reconnus.

La nouvelle majorité sénatoriale devra oeuvrer en ce sens même si certains hobereaux locaux veulent conserver leur pouvoir !

-La fusion du département des Yvelines avec les Hauts de Seine est rejetée par de très nombreux élus.

Lors de cette courte campagne , j'ai défendu mes convictions dans la ligne de mon engagement politique constant et reconnu et si c'était à refaire je le referai !

D'autres combats vont venir et notamment celle de la ligne politique des Républicains , j'entends y participer en totale cohérence avec ma ligne politique.

Je suis plus que jamais Macron incompatible !

________________________________________

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement
Président du Cercle Nation et République

 

Le 23 septembre 2017

 

A/S : ALSTOM / SIEMENS : EXIGEONS UNE COMMISSION D'ENQUETE !

 

L'annonce du rachat de Alstom par Siemens est pour le moins fort étonnante , elle scelle la mort totale de ce fleuron de l'industrie française qui survient après le dépeçage de son département énergie au profit du groupe américain General Electrique avec la bénédiction du ministre de l'époque Emmanuel Macron , le tout au grand dam des parlementaires comme Daniel Fasquel et Jacques Myard qui avaient demandé en vain une commission d'enquête en mai 2014 !

 

A l'époque la solution d'une fusion avec Siemens apparaissait inappropriée en raison de la totale concurrence entre les 2 sociétés . Il est clair aujourd'hui que le rachat prévu par Siemens aboutira inéluctablement à la disparition de Alstom.

A l'évidence E.Macron joue la carte de la vassalisation à l'égard de l'Allemagne avec l'illusion que Berlin rendra la monnaie sur d'autres dossiers comme celui de la gestion de l'euro !

 

Cette politique conduit à un affaiblissement durable de la France , elle n'est pas acceptable !

 

En conséquence il faut que les Parlementaires exigent une commission d'enquête sur ce dossier qui inquiète nombre d'industriels français et illustre une singulière politique d'abandon du nouveau gouvernement !

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE

de Jacques MYARD

Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte

Président du Cercle Nation et République


Le 30 Août 2017

 

A/S :  Migrants : Gestion calamiteuse du gouvernement !

 

En matière de contrôle budgétaire, on connaissait la méthode "rabot" qui effectue des coupes de manière aveugle dans les budgets des ministères et provoque une unanimité de réprobations: l'actuel gouvernement vient d'en connaitre les mérites...

 

Mais sous l'impulsion de Macron Jupiter, les Français découvrent la méthode " Je sème à tout vent" les migrants !

C'est ainsi que nombre de communes - notamment dans les Yvelines - voient arriver des centaines de migrants que le gouvernement installe après réquisition dans des hôtels ou résidences, après les avoir priés de force de quitter les lieux de la Porte de la Chapelle à Paris !

 

Arrivés dans les villes, livrés à eux-mêmes en attente d'examen de leur condition juridique au regard d'une éventuelle et longue demande d'asile ils s'égaient dans la nature et retournent à Paris où le processus va pouvoir recommencer ...

 

Cette politique calamiteuse est une politique de l'autruche , le gouvernement est idéologiquement installé dans une lâcheté aveugle !

 

Cette politique crée toute les conditions de l'appel permanent , chaque évacuation de la porte de la Chapelle est connue de tous les candidats aux migrations, ils savent qu'après une période difficile ils seront relogés et ne repartiront pas !

La première mesure est de proclamer haut et fort que tout migrant sera reconduit à la frontière,

La deuxième est d'organiser avec une grande publicité le retour par avion dans un pays donné d'une centaine de migrants afin de mettre un terme à l'appel que les ONG ont sciemment entretenu au nom de leur idéologie irresponsable,
La troisième mesure est de regrouper dans des zones de rétention fermement contrôlées les migrants aujourd'hui entrés illégalement afin d'organiser leur retour de manière progressive !

 

Cette nouvelle politique - à coupler à une aide forte pour les pays d'émigration -est la seule capable d'enrayer ce processus qui commence à provoquer de sérieux affrontements locaux .

" Je sème à tout vent " est la devise du Larousse , ce n'est pas une méthode pour maîtriser les flux de migrants, sauf à être irresponsable comme ce gouvernement !

________________________________________


COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Maire de Maisons-Laffitte
Membre Honoraire du Parlement

ancien membre de la commission des Affaires étrangères
et de la commission des affaires européennes

Président du Cercle Nation et République

 

Le 24 août 2017


A/S :Travailleurs détachés / Macron-Jupiter joue la diplomatie en direct : Attention au boomerang !

 

On pourrait se réjouir de l'initiative du Président Macron de mettre un terme aux abus de la directive sur les travailleurs détachés ( directive No 96/71/CE du 16 décembre 1996 )

On peut se dire que c'est là un virage à 180 degrés de la part du ministre Macron qui n'a jamais émis de doutes sur le dogme du "tout concurrence" de Bruxelles que le ministre d'alors a toujours affectionné .

 

C'est une douce hypocrisie de sa part quand il dénonce que cette directive est une "trahison de l'esprit européen" ; on croit rêver car l'esprit de cette directive est dans la droite ligne de la concurrence dans le domaine du moins disant social ; et la France a joué à fond cette possibilité de ce nouvel esclavage:
-pour la construction du paquebot Queen Mary
-pour la préparation de la Cop 21

ce sont là autant d'exemples parmi bien d'autres où les travailleurs détachés ont été exploités en France !

J'ai été l'un des rares députés à déposer le 9 décembre 2015 sur le bureau de l'Assemblée nationale une proposition de loi No 3324 rectifié ( PPL ) pour "déclarer d'ordre public le versement des cotisations sociales en France pour les travailleurs détachés" . 30 des députés Les Républicains l'ont co-signée avec moi .

Cette PPL n'avait pas la prétention de tout régler car le système de cette directive est incontrôlable : il est quasi impossible de savoir quand ces travailleurs arrivent en France et en repartent et surtout combien d'heures de travail ils effectuent !

 

Cette directive illustre parfaitement la quadrature du cercle de l'économie de l'Union européenne et surtout de la zone euro.

 

L'alternative est simple :

soit la libre circulation des travailleurs est remise en cause et alors l'économie française perd des dizaines de milliers de postes de travailleurs sous payés au grand bénéfice des entreprises !

 

soit on oblige les pays fournisseurs de main d'oeuvre à augmenter leurs prestations sociales au niveau de la France,

sans oublier la question du dumping monétaire euro / monnaies nationales de ces pays dont la disparité va de un à huit ou dix en faveur de ces pays !

 

Ajoutons à ces questions structurelles du système de la directive les modalités de sa modification qui relève de la majorité qualifiée mise en place par le Traité de Lisbonne et qui est une véritable usine à gaz , la procédure de modification est une question d'avenir et qui le restera longtemps...


Pour toutes ces raisons Macron-Jupiter s'est engagé dans un pari très risqué , voué à un échec certain.
Il commet une faute lourde en croyant que lui Jupiter va convaincre ses partenaires de se rallier à ses vues ;
il pratique la diplomatie en direct, c'est un risque majeur car le Président est exposé en première ligne , après lui il y a la crise en cas d'échec.


C'est là une faute de méthode car le Président doit d'abord faire jouer ses ministres et ses ambassadeurs , il ne doit intervenir que lorsque le dossier est instruit et en passe d'aboutir !

 

Macron-Jupiter démontre dans cette affaire une nouvelle fois sa une conception verticale du pouvoir , il joue très risqué non seulement pour lui mais pour les intérêts de la France, ce qui est beaucoup plus grave !

 

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE

de Jacques MYARD

Membre Honoraire du Parlement

Président du Cercle Nation et République


Le 17 août 2017

 

 A/S : Projet du Gouvernement d’alléger les Quotas de logements sociaux : Réalisme ou Appât politique ?


Le Gouvernement serait prêt à envisager d’assouplir la loi SRU - loi GAYSSOT modifiée et aggravée par la loi DUFLOT- et s’apprêterait à saisir les acteurs du logement social pour «  suggérer à titre exploratoire »   des modifications notamment de l’article 55 de la loi qui fixe à 25 % le nombre de logements sociaux dans chaque commune de plus 3500 habitants d’ici 2025 .

 

On pourrait se réjouir de cette initiative qui pourrait traduire une prise en compte de la réalité. En effet cette loi SRU est totalement décalée par rapport aux réalités objectives du terrain et dans de très nombreuses villes elle est irréaliste et impossible à mettre en œuvre sauf à détruire des zones pavillonnaires, en raison de l’absence de terrains constructibles.

 

Rappelons que les communes qui sont dites carencées et lourdement sanctionnées par retard de constructions de logement sociaux , ne le sont pas par mauvaise volonté mais elles sont dans l’impossibilité de construire : le cas de la ville de Maisons-Laffitte est exemplaire à ce titre , les obligations de la ville sont passées par périodes triennales de 162 en 2011 à 372 en 2014 et à 451 en 2017 pour atteindre 25 % en 2025 , ce qui est rigoureusement impossible. Dans chaque période la ville a construit , mais l’absence de terrains rend les objectifs irréalistes !


Néanmoins la réjouissance doit être rapidement tempérée car l’annonce gouvernementale est Ô combien floue et imprécise ; de plus interroger les associations, c’est à coup sûr s’attirer une réponse négative, car elles sont devenues trop souvent des activistes de cette politique dogmatique notamment en Région Parisienne, ignorant qu’il existe des centaines de milliers de logements sociaux vacants en Province. 

 

Où est l’aménagement du territoire ?

 

Mais surtout on ne peut que se demander si cette annonce fort imprécise n’est pas en réalité « un appât  politique »  à la veille des élections sénatoriales pour calmer et adoucir la colère des élus grands électeurs qui n’ont pas digéré l’annonce de la suppression de la taxe d’habitation qui est une totale escroquerie et qui met en péril les recettes des communes dont celles qui sont particulièrement « punies » par la loi SRU .

 

La manœuvre est évidente surtout quand le gouvernement annonce qu’une communication sera faite sur ce sujet au conseil des ministres le 13 Septembre prochain à 11 jours des élections sénatoriales du 24 Septembre .

 

Chat échaudé craint l’eau froide et encore plus les promesses de Macron Jupiter !

COMMUNIQUE DE PRESSE

de Jacques MYARD

Maire de Maisons-Laffitte

Membre Honoraire du Parlement

Président du Cercle Nation et République

 

Le 17 JUILLET 2017


A/S   Emmanuel Macron versus Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) : recadrage ? Non, une affaire d’Etat !

 

On connaît le scénario : le général de Villiers, CEMA, apprenant que le budget des armées sera amputé de 850 Millions d’euros, déclare en Commission de la défense devant l’Assemblée nationale que cette nouvelle baisse de crédits met en péril l’outil militaire :
« le grand écart entre les objectifs assignés à nos forces  et les moyens alloués n’est plus tenable. »

 

Le CEMA est parfaitement dans son rôle en alertant la Représentation nationale sur les conséquences d’une telle diminution, en sa qualité de «  responsable de l’emploi opérationnel des forces » et du « commandement des opérations militaires » conformément au code de la Défense ( R 3121-1).

 

Aurait-il gardé le silence qu’il aurait trahi sa mission, celle pour laquelle il a été nommé, et telle que le Président  et le Gouvernement de la République lui assignent.

 

A la réception du ministère de la défense, le 13 juillet dernier, de manière ostentatoire et publique, le Président de la République, chef des armées, fait part à l’ensemble des militaires de sa colère sur les propos du général de Villiers  et déclare notamment : «  je suis votre chef ».

 

Ce recadrage a étonné l’ensemble des observateurs avertis de la sensibilité de l’institution militaire et des conséquences qu’une telle manifestation d’autoritarisme introduit dans les relations entre le pouvoir politique et l’institution militaire.

 

Mais s’agit-il d’un simple recadrage ?

 

C’est en réalité une affaire d’Etat, qui concerne au premier chef le Président de la République lui-même.

 

A l’évidence,  on ne demande pas au Président de la République de réciter les articles de la Constitution, entre autres l'article 15 qui fait de lui le chef des armées !

 

Mais son hyper–réaction  lors de la réception traditionnelle du ministère de la défense à la veille de la fête nationale révèle une faille psychologique de l’homme, déjà perceptible à plusieurs reprises,  qui ne supporte pas la critique et a une conception, comme il le dit lui-même, verticale et jupitérienne du pouvoir.

 

Cette faille est attestée par la distance qu’il entend entretenir avec les journalistes mais aussi à travers sa volonté affirmée de juguler tous les contre-pouvoirs comme le Parlement, voire les collectivités territoriales dont il veut réduire les recettes financières avec la suppression, par exemple, de la taxe d’habitation.

 

Le nouveau Président de la République devrait se souvenir que le vrai Jupiter « rend fous ceux qu’il veut perdre » !
________________________________________


COMMUNIQUE DE PRESSE

de Jacques MYARD

Maire de Maisons-Laffitte

Membre Honoraire du Parlement

Président du Cercle Nation et République

 

Le 12 JUILLET 2017

 


A/S : Politique économique et fiscale de Macron-Jupiter et de son collaborateur Edouard Philippe : Ou le retour du Sapeur Camember !

 

C'était dit et bien dit, du haut de la tribune de l'Assemblée nationale Edouard Philippe présentement Premier Ministre avait renvoyé aux calendes grecques toutes les mesures phares de baisse des impôts, ISF et Taxe d'Habitation, au motif que l'insincérité du budget Hollande masquait un trou de 8 milliards d'euros !

 

Mais Macron-Jupiter "roi de la com" a entendu la grogne du bon peuple et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire a ordonné à son valet de Premier ministre de" rétropédaler " .

 

L'ISF ne concernera désormais que l'immobilier et la Taxe d'habitation sera supprimée pour 80% des Français dès 2018.

Du jamais vu dans la volte-face , mais bien réel !

 

Et le petit comptable Darmanin de se saisir de son rabot pour proposer de tailler, comme Hollande, dans la dépense publique; les gnomes de Bercy toujours prêts à tailler dans les budgets des autres lui ont apporté 4,5 milliards d'euros de crédits à supprimer.

 

Certains vont se réjouir de ces "économies" au nom de la vulgate populaire bien connue de la réduction du déficit et du respect de nos engagements envers l'Union européenne : la parole de la France c'est sacrée ! Fermez le ban !

 

Malheureusement cette politique de purge qui poursuit celle de Hollande depuis plus de 5 ans nous conduit à la catastrophe.

 

Certes il faut faire des économies ,mais seule des économies de structure seront de nature à avoir l'efficacité nécessaire pour redresser nos comptes publics , le rabot ne fera que mettre en péril la faible croissance qui semble timidement revenir, sans parler des coupes dans les ministères régaliens : défense, intérieur , justice qui sont purement irresponsables en raison de la situation nationale et internationale.

De plus les baisses d'impôts sont illusoires:
-l'exclusion de l'assiette de l'ISF des actions pour inciter les Français à investir dans les entreprises va dans le bon sens, mais le maintien de l'ISF sur l'immobilier, qui serait une rente qui dort, va peser directement sur le bâtiment et sa relance.C'est une politique de gribouille, l'ISF doit être supprimé totalement ! Il y a aussi le risque que le taux d'imposition pour l'immobilier augmente.

 

-la suppression de la taxe d'habitation est tout simplement une escroquerie, car l'Etat devra compenser les communes dont les recettes vont être durement amputées ; comment seront-elles compensées? mystère à ce stade , certainement par une augmentation des impôts de l'Etat.

 

La CSG pour tous est bien en revanche toujours là, soit une ponction de 21 milliards d'euros sur le pouvoir d'achat des Français !

En réalité, ce gouvernement fait preuve d'aveuglement et toutes les mesures qu'il annonce et s'apprête à mettre en oeuvre sont DEFLATIONNISTES et conduisent à un ralentissement économique au nom du respect de 3% du déficit exigé par l'Union européenne .

 

La clé du problème est bien à Bruxelles et à Berlin qui considèrent que la politique économique doit être enserrée dans des carcans idéologiques immuables alors que la conduite économique doit être pragmatique et s'adapter aux nécessités du moment.

 

Rappelons qu'en droit international, on doit respecter ses engagements conformément à la règle "Pacta sunt servanda" lesquels nous lient pour autant que les conditions qui nous ont conduit à les souscrire sont toujours les mêmes c'est le principe "Rebus sic standibus".

 

Mais pour sortir de ce carcan kafkaïen il faut ouvrir les yeux sur la réalité de la politique économique de Bruxelles et avoir surtout le courage de dire non à la Commission et à Berlin!

 

A défaut Macron-Jupiter adoubé par les hautes instances européennes continuera à travailler pour le Roi de Prusse !

 

Petit rappel pour celles et ceux qui auraient oublié les exploits du Sapeur Camember

 

"Un gradé exige du Sapeur Camember qu’il fasse disparaître de la cour un tas d’ordures. Camember creuse donc un trou pour les y enfouir. Mais que faire de la terre extraite du trou qui, maintenant, pollue la cour ? «Que vous êtes donc plus hermétiquement bouché qu’une bouteille de limonade, sapeur !, fulmine le gradé. Creusez un autre trou !... » Pas bête. Evidemment, le deuxième trou produit aussi de la terre. « Sergent ! réitère Camember, ... ousque j’vas la mettre celle-ci ? – S’pèce de double mulet cornu ! m’ferez quatre jours pour n’avoir pas creusé le deuxième trou assez grand pour pouvoir y mettre la terre avec celle du premier trou.»

 

Toute similitude avec la politique économique du gouvernement ne serait bien sûr que fortuite et l'oeuvre d'un mauvais esprit...
________________________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD

Maire de Maisons-Laffitte

Membre Honoraire du Parlement

Président du Cercle Nation et République

 

Le 7 juillet 2017


 A/S : Migrants : la politique de l’autruche
 

L’opération en cours à la porte de la Chapelle qui consiste à réduire un campement sauvage de migrants en les répartissant dans de multiples sites de la région parisienne peut se comprendre sur le plan de la santé publique, de l’hygiène et du traitement digne des êtres humains mais cette opération est porteuse de graves conséquences.

 

En effet, elle sera interprétée une nouvelle fois par les candidats à l’immigration comme étant un appel, puisque la France et les autres Etats européens les accueillent , contraints de mettre un terme aux campements sauvages ou à la jungle de Calais.

 

C’est exactement ce qu’il ne faut pas faire ; il est fort à parier que dans quelques semaines, voire quelques mois, un campement sauvage au même endroit se reconstituera.

 

C’est un processus sans fin qui s’auto-alimente par l’importance des candidats à l’émigration.


Une autre politique s’impose afin d’éviter des affrontements et la montée de la xénophobie préjudiciable à la paix civile.

 

Sauver des êtres en mer est une obligation mais les sauver pour les ramener au sud de l’Italie et dans toute l’Europe, c’est se faire complice des mouvements mafieux qui règnent en Libye avec la bénédiction d’un certain nombre d’ONG dont les motivations et les objectifs sont plus que douteuses.

 

Il est impératif que les sauvetages en mer ramènent ces candidats à l’émigration en Libye au besoin avec une intervention militaire pour forcer les autorités libyennes à cesser ce petit jeu, contrôler les frontières, éliminer les mouvements mafieux.
 
Cette politique du retour doit être clairement annoncée, urbi et orbi, seul moyen de mettre un terme à ce processus sans fin.

 

Quant à l’opération de démantèlement du camp porte de la Chapelle et l’envoi des migrants dans de multiples sites de la région parisienne, elle est le meilleur moyen pour qu’ils s’égarent dans la nature et ne puissent plus être contrôlés.

 

C’est donc une faute.

 

La seule solution eût été de les maintenir dans un camp de rétention, d’examiner rapidement leur situation et de les renvoyer systématiquement dans leur pays d’origine.

 

Cette décision est la seule responsable, même si nombre d’associations qui se prétendent défenseurs des migrants pousseront des cris d’orfraie.

 

Ces associations ne sont, en réalité, que des apprentis sorciers qui exploitent à des fins idéologiques la misère humaine, elles ne concourent pas à résoudre ce problème majeur dont la solution est un plan Marshall d’aide aux pays d’émigration pour stabiliser leurs populations.

 

Il est urgent de changer radicalement de politique au nom de la paix civile.
__________
_____________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD

Maire de Maisons-Laffitte

Membre Honoraire du Parlement

Président du Cercle Nation et République

 

Le 4 juillet 2017

 

A/S : Gouvernement Edouard Philippe II : le grand écart avant le claquage !

 

Beaucoup de passages de la déclaration de politique générale du Premier Ministres peuvent recueillir a priori l'approbation de tous les responsables politiques qui ont à coeur de servir leur pays.

C'est le cas de
-de l'accès au soin pour tous
-la lutte contre les déserts médicaux
-l'accueil des handicapés
-l'égalité homme-femme
-la défense de la laïcité
-la lutte contre le terrorisme.

 

Mais comment financer ce programme? On est stupéfait des déclarations du Premier ministre sur la gravité du trou budgétaire qu'il connaissait comme E.Macron alors ministre de l'économie.

 

Le Premier ministre est dans une contradiction totale: il veut faire des économies et en même temps relancer la croissance mais les augmentations d'impôts vont peser sur l'activité économique !


C'est ainsi que l'annonce maintenue de la hausse de la CSG - coût : 21 milliards d'euros- va aboutir à une baisse de pouvoir d'achat pour une majorité de Français , donc de l'activité entérinant une baisse des rentrées fiscales !

 

De même, les agents publics demeurent au régime sec ,les familles oubliées , les retraités et les professions libérales tous durement maltraités , le risque est de faire face à une crise sociale majeure: leur pouvoir d'achat diminuera encore !

Toutes les baisses d'impôts sont renvoyées aux calendes grecques, sauf la suppression de la Taxe d'Habitation qui va pénaliser les collectivités locales et en conséquence réduire leurs investissements qui représentent 72 % des investissements publics du pays, sale coup pour les entreprises !

 

De la même manière, le maintien de l'ISF et sa concentration sur l'immobilier, avec l'augmentation probable de son taux, va peser lourdement sur la construction.

 

Cette politique économique ne peut pas relancer la croissance !

Enfin et surtout, la volonté réaffirmée par le Premier ministre d'imposer des plans d'urbanisme intercommunaux ( PLUI ) afin d'obliger les villes à construire des logements sociaux va provoquer le bouleversement de l'urbanisme de nombreuses villes résidentielles, notamment dans les Yvelines, en densifiant à outrance !

 

C'est un recul total de la démocratie locale qui doit être fondée sur la proximité avec nos concitoyens, dans un domaine aussi important que leur cadre de vie; les Maires perdent une compétence fondamentale pour leur ville.

 

Edouard Philippe II est en réalité dans une contradiction structurelle, il fait le grand écart , il va terminer par un claquage , l'échec est certain !

________________________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 9 juin 2017

 

 

A/S : Sylvie Goulard, Ministre des Armées ou le retour de l'atlantisme et des illusions européennes.
 

Les récentes déclaration à Prague ce jour de la nouvelle ministre des armées( modem ) laissent pantois et sèment le doute sur l'indépendance de la France en matière de défense et sur sa détermination à conserver une industrie nationale de défense.

 

A l'évidence l'arrivée de Sylvie Goulard à la tête des armées sonne le retour des cabris eurolâtres aux affaires de défense.

Loin de la posture gaulo-mitterandienne organisée en dehors du commandement intégré de l'OTAN, bras armé des Etats-Unis en Europe, et autour de la force de frappe nationale, garante de l'indépendance nationale, Sylvie Goulard vient de tenir des propos indignes d'un ministre français des armées qui remettent en cause toute notre posture stratégique. 
 
Sylvie Goulard a prôné à Prague la  "souveraineté partagée" en Europe en matière de défense, ce n'est plus la souveraineté, mais la vassalité; cela signifie que notre force de force de frappe sans souveraineté intégrale, protection ultime, serait à la merci de Bruxelles et de Berlin, faux-nez de Washington;

Cela signifie que notre industrie d'armement aux mains européennes n'est plus un outil d'indépendance nationale, mais une délocalisation sciemment organisée au profit d'intérêts étrangers du meilleur savoir-faire national issu de 50 ans d'investissements nationaux, payés par les contribuables nationaux et au service des besoins des armées françaises...L'exemple d'Airbus est aveuglant. 

 

Pire encore elle déclare en substance au Figaro de ce jour qu'elle prête à sacrifier les intérêts industriels français au nom de son idéologie européenne.

 

Les folles idées de Sylvie Goulard sont en contradiction totale avec celles du Président Macron, qui, durant la campagne, avait souligné son attachement à la force de frappe et aux intérêts nationaux dans l'industrie de défense .


Qu'en pense Jean-Yves Le Drian lui qui connait bien ces questions et sait que le meilleur moyen de faire échouer un projet c'est de le confier à l'Europe ?

 

Il est urgent que le Président intime à sa ministre, visiblement hors de contrôle, de cesser de sauter sur sa chaise en criant "Europe, Europe, Europe". Comme le disait si bien le général de Gaulle, "cela ne signifie rien et cela n'aboutit à rien". La réalité européenne ne peut se construire que sur les réalités nationales. 

 

Loin de relever d'un amateurisme les idées et les positions de Sylvie Goulard confinent clairement à la forfaiture car elles sont pensées et, pour reprendre son expression, "assumées".

 C'est là une fuite en avant d'une idéologue, l'illustration d'une incompétence reconnue !

 

Sylvie Goulard avec de tels propos -si manifestement contraires aux réalités et à nos intérêts industriels- ne peut pas rester au gouvernement !

 

 

Suivez moi sur :

https://www.facebook.com/Jacques-MYARD-532814636848757/?fref=ts

 

https://twitter.com/jacquesmyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

_____________________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 23 mai 2017

 

 

A/S : Terrorisme, politique étrangère : et si on ouvrait les yeux !
 
Nous sommes tous révoltés devant les lâches attentats qui après Kaboul, Bagdad, Beyrouth, Bamako... frappent l’Europe,  dont l’attentat de Manchester est la triste répétition.

Néanmoins, on doit s’interroger si nous avons la bonne réponse pour combattre ces assassins.

 

En premier lieu, il n’y a plus de doute à avoir : ces terroristes salafistes vivent parmi nous dans l’ombre et telle une 5ème colonne frappent quand ils veulent.

 

Force est de constater que les pouvoirs publics n’ont pas pris les mesures préventives contre les salafistes dont le seul objectif est l’instauration de la charia et le jihad armé pour y parvenir.

 

Les islamistes n’ont pas leur place dans nos sociétés démocratiques, leur idéologie doit être interdite, leurs mosquées fermées, leurs prédicateurs de haine et leurs soutiens avérés expulsés.

Relevons au passage que nos amis anglais qui vantaient leur modèle de société multiculturelle se sont lourdement trompés et ont laissé se développer des  « Londonistans » qui sont autant de bombes à retardement.

 

En second lieu, avons– nous la bonne réponse en politique étrangère ?

 

F. Hollande a suivi aveuglément la politique américaine au Proche et Moyen-Orient et a fait du zèle contre la Russie.
A l’évidence, le nouveau Président de la République est toujours sur cette ligne, à un moment où le président Donald Trump soutient l’Arabie Saoudite contre l’Iran.
C’est proprement stupéfiant !

 

L’Arabie Saoudite avec d’autres pays comme le Qatar et la Turquie ont apporté une aide directe et indirecte  aux islamistes en Syrie, leur fournissant armes et financements. Et ce sont ces mouvements terroristes et leurs franchisés idéologiques qui commettent des attentats en Europe.

L’Iran n’y est pour rien.

 

Les Américains et plus particulièrement le Pentagone, veulent en réalité contrer la Russie au Proche et au Moyen-Orient car ils estiment  que c’est leur zone d’influence.

Ils jouent les apprentis-sorciers au mépris des réalités terroristes.

 

Il est urgent que la France retrouve son indépendance pour défendre ses intérêts.

 

Malheureusement, on risque d’attendre encore longtemps avec le Président Macron !

________________________________________

 

 

A/S: Un gouvernement d'opportunistes et d'idéologues !

 

La composition du gouvernement Macron / Philippe est

l'illustration de l'incohérence et des contradictions inhérentes à la ligne politique du Président de la République.
En dehors de quelques ministres républicains comme Jean-Yves Le Drian et Gérard Collomb dont les qualités sont reconnues , ce gouvernement est un gouvernement d'opportunistes et d'idéologues !

 

Le ralliement d'Edouard Philippe , de Bruno Le Maire et de Gérald Darmanin est à inscrire dans l'ambition forcenée des intéressés qui ne pensent qu'à leur carrière, en étant prêts à toutes les trahisons , à tous les reniements ! C'est sans doute là la nouvelle morale politique voulue par le Président.Ce n'est pas la mienne!


Un seul point positif, on y verra plus clair au sein des Républicains, enfin sans eux !

 

Quant au camp des idéologues, on y trouve surtout des tenants de l'eurobéatitude, la nouvelle religion, ils détiennent la vérité et sont prêts à changer le peuple qui a l'insolence de ne pas voter comme ils l'ont décidé selon le fameux adage de Brecht !

 

Un point particulier pour Sylvie Goulard qui me confiait dans notre parcours commun au ministère des Affaires étrangères " Je ne sens pas française " et c'est cette personne qui est placée au ministère de la Défense rebaptisé ministère des Armées, ça promet !!!

 

Quant au sieur Bayrou le poussin du jour, bien connu pour son immobilisme lorsqu'il fut ministre de l'Education nationale , on est rassuré d'avance sur la fermeté qu'il va mettre en oeuvre au ministère de la justice pour combattre la délinquance!

 

Ce gouvernement formé de personnalités aussi disparates et en complète opposition nous réserve un concert de couacs , c'est une certitude !

________________________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 16 Avril 2017


A/S : Recep Erdogan : nouveau Calife ottoman ?


La victoire annoncée du " oui " - même d'une courte tête - au référendum turc ne sera pas sans conséquence sur l'équilibre méditerranéen et en Europe.

Recep Erdogan renforce singulièrement son pouvoir non seulement en Turquie où il vient de faire une purge importante contre ses opposants gülenistes mais aussi dans le monde arabo-musulman où il apparait comme l'homme fort et le défenseur d'un Islam conservateur pétri de l'idéologie des Frères musulmans.

Il est probable qu'il utilise ce succès pour peser de tout son poids sur les communautés turques installées en Europe, il leur a déjà demandé à plusieurs reprises de refuser toute intégration et assimilation et de rester turques.

Il y a là un véritable défi qui est porteur de tensions fortes et qui exige des positions fermes et claires de notre part :

-Refuser fermement toute activité politique du gouvernement turc sur le territoire national au nom de notre souveraineté, ce que l'actuel gouvernement socialiste n'a pas eu le courage de faire à la différence des autorités allemandes et hollandaises,

-Faire respecter fermement l'égalité Homme Femme dans toutes les manifestations turques politiques ou non, on se souvient qu'y compris des journalistes françaises avaient été priées de s'asseoir coté femme dans des réunions organisées par des mouvements turcs pro Erdogan

-Interdire toute propagande à connotation politico-religieuse des associations étrangères qui enfreingnent nos principes républicains.

 

Il ne s'agit pas de méconnaitre la réalité turque, la Turquie est une puissance importante qui participe à l'équilibre de la Méditerranée mais Recep Erdogan qui conserve une nostalgie forte pour feu l'Empire Ottoman doit savoir et comprendre que son nouveau califat ne peut pas étendre ses prétentions à sa guise !

________________________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 7 avril 2017
 

A/S : Syrie : TRUMP est -il un BUSH III ?

 
Personne ne peut admettre l’utilisation d’armes chimiques dans des conflits, et on peut parfaitement comprendre la vive émotion provoquée par l’utilisation de gaz sarin à Khan-Cheikhoun, en Syrie.

 

Il est possible que le gouvernement américain ait la certitude que cette attaque au gaz sarin ait été effectuée par le gouvernement de Damas.

Néanmoins, l’expérience  que nous avons du conflit en Syrie et en Irak nous a largement démontré qu’il y a malheureusement de très nombreuses manipulations et actes de désinformation de la part de tous les belligérants.

Nous avons tous en mémoire le discours prononcé par le Secrétaire d’Etat américain, Colin Powell, au Conseil de Sécurité des Nations unies, le 5 février 2003 et les preuves falsifiées qu’il produisit sur ordre pour justifier l’intervention en Irak.

On ne peut non plus oublier la bavure de l’aviation américaine qui a bombardé le 17 septembre 2016  par une « erreur » programmée une unité de l’armée syrienne à Al-Tharda, près de Deir Ez-Zor.

Le Pentagone a délibérément agi pour saborder la politique de John Kerry, secrétaire d’Etat d’Obama. Il faut donc être conscient que le Pentagone poursuit ses propres objectifs de politique étrangère.

On sait, en outre, que conformément aux conclusions des rapports d’enquête de l’ONU, l’utilisation de gaz est le fait du régime syrien comme des islamistes terroristes.

La frappe de cette nuit par des missiles Tomahawk détruisant une  base de l’armée de l’aviation syrienne, unilatérale, est de nature à avoir des conséquences bien au-delà de la volonté de punir Bachar Al Assad.

En effet :
-  Elle intervient en violation du droit international que la France défend de manière constante, seul le Conseil de Sécurité peut dans le cadre du chapitre VII de la Charte des Nations unies  la justifier.
- Qu’on le veuille ou non, c’est un retour aux actions unilatérales défendues par l’administration BUSH II.

Les conséquences sur le monde arabo-musulman sont de nature à accroître les tensions au Proche et Moyen-Orient, à renforcer la volonté de certains Etats comme la Corée du Nord à se doter de moyens, y compris nucléaire pour résister à plus fort qu’eux dans une relation asymétrique.

On se souvient des déclarations de Pyongyang à Washington : «  on veut la bombe car on ne veut pas que vous nous fassiez ce que vous avez fait à l’Irak ! »

 

La frappe américaine, que de nombreux Etats approuvent, est donc de nature à relancer de multiples tensions dans le monde.

 

A l’évidence, les Etats Unis se considèrent toujours comme le shérif international.

 

Il est de l’intérêt de la France, tout en condamnant l’utilisation d’armes chimiques, d’ouvrir les yeux et de ne pas applaudir frénétiquement aux frappes américaines car le monde vient de franchir un seuil dangereux pour sa stabilité.

________________________________________

Communique de presse
de Jacques Myard
Député des Yvelines –
Vice-président de la Délégation parlementaire au renseignement

Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 
 
Paris, le 4 avril 2017

 


A/S  Délégation parlementaire au renseignement/ Rapport d’activité 2016

 

La Délégation parlementaire au renseignement (DPR) a remis le 4 avril au Président de la République son rapport d’activité pour 2016.

 

La DPR a été instituée par la loi du 9 octobre 2007. Elle est composée de quatre députés et quatre sénateurs.


Ses pouvoirs ont été renforcés  par la loi du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire 2014-2019. Elle exerce désormais « le contrôle parlementaire de l’action du Gouvernement en matière de renseignement et l’évaluation de la politique publique en ce domaine. »

 

La Commission de Vérification des Fonds Spéciaux (CVFS) qui est composée de 2 députés et 2 sénateurs membres de la Délégation fait partie de la DPR.

 

La loi du 24 juillet 2015 relative au renseignement a rendu la DPR compétente sur l’ensemble des services exerçant des activités de renseignement au-delà des 6 services du premier cercle.

 

Dans son rapport, la DPR souligne le caractère de service public de la politique du renseignement.

 

Dans le monde actuel où les turbulences internationales sont permanentes et ont des répercussions directes sur la situation intérieure du pays, il ne serait pas concevable que le chef de l’Etat, chef des armées, ne puisse pas bénéficier en toute indépendance de renseignements nationaux autonomes et fiables avant toute décision.

 

La politique de renseignement concourt directement à notre indépendance nationale. Elle doit être maintenue au-delà de tous les choix politiques partisans.

 

La DPR a établi des relations de confiance avec les agents des services dont l’engagement et le sens de l’intérêt national doivent être salués.

 

Vous pouvez prendre connaissance du rapport public de la DPR, expurgé des informations classifiées, en consultant le lien suivant :
 
http://www2.assemblee-nationale.fr/static/14/DPR/i4573.pdf

________________________________________

MESSAGE

de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

Le 22 Mars 2017
 
 

Madame, Monsieur,

Chers Amis,
 
                Vous trouverez ci-dessous ma préface au livre de Pierre de Lauzun, " Euro : vers la fin de la monnaie unique?"  publié par Terramare ( contact@edition-terramare.com).

                Pierre de Lauzun, après de nombreuses années à la Direction du Trésor où il a travaillé avec Jean-Claude Trichet, ancien directeur général délégué de la Fédération bancaire française, est actuellement délégué général de l'Association française des Marchés Financiers (AMAFI).
                                                                                            
Très cordialement
 
 
 
                                        Préface
                                        

 début de citation:

 

En 120 pages, Pierre de Lauzun nous explique avec clarté, précision et une totale objectivité le rôle de la monnaie dans l’économie.

 

Celle ou celui qui n’est pas expert en la matière peut ainsi comprendre l’importance d’avoir une monnaie adaptée pour conduire la politique économique et permettre la croissance. C’est à ce titre que Pierre de Lauzun pose la question de l’euro. Fallait-il créer l’euro ? L’euro a–t-il atteint ses objectifs ? L’euro peut-il être réformé ? Peut-on sortir de l’euro ?

A chaque question, Pierre de Lauzun apporte des éléments de poids qui obligent tout esprit honnête à la réflexion pour dépasser le « politiquement correct ». Oui, la création de l’euro a été une décision politique et une erreur au regard des réalités économiques, en raison de l’absence de zone économique optimale, la zone euro étant formée d’économies de plus en plus divergentes. L’euro a, cependant, fait illusion dans un premier temps. Il a été jusqu’à la crise de 2010 une sorte d’anesthésiant, masquant le dysfonctionnement de la zone caractérisée par l’impossibilité de conduire une politique monétaire adaptée : elle n’a pas été assez restrictive pour les pays d’Europe du Sud qui fabriquaient des bulles immobilières et pour l’Allemagne, sa santé industrielle lui a permis d’accroître ses réserves à la suite des réformes du Chancelier Schroeder.

 

Puis vient la crise en 2010 dans le sillage de la crise américaine de 2008 qui révèle au grand jour ce que signifie l’absence de zone économique optimale. Les obligations assimilables du Trésor (OAT) grecques ne sont pas les OAT allemandes ou françaises, les taux des pays du Sud s’envolent, ces Etats sont pris au piège et ce, d’autant qu’il y a une grande absente dans la zone euro : la solidarité.

Toute union monétaire, en effet, construite sur une zone  économique divergente ne peut survivre que si elle se transforme en union de transferts, les riches payant pour les pauvres, comme le souligne le professeur Stiglitz dans son dernier ouvrage. Or l’Allemagne qui a fait ses comptes dit non. Il ne reste alors pour les pays du Sud, qui ne peuvent dévaluer pour retrouver leur compétitivité, que la dévaluation interne, véritable purge où les salaires, les retraites sont diminués afin de réduire la dépense publique, purge qui se poursuit encore aujourd’hui, 6 ans après la crise.

Une autre solution eût été la sortie de l’euro, ce que le ministre allemand Schäuble souhaitait fortement pour la Grèce et ce que Tsipras refusa par volonté de rester dans l’euro.  Je me souviens que Valéry Giscard d’Estaing  avait dit à notre ambassadeur à Athènes qui doutait que la Grèce puisse entrer dans l’Union européenne en raison de ses difficultés économiques : « On ne fait pas jouer Platon en deuxième division. » Exemple de pure idéologie comme pour l’euro.

 

Mais que va devenir l’euro ? Peut-on en sortir ? Va-t-on poursuivre la politique d’aujourd’hui ? Peut-il survivre ?

Hors de toute idéologie ou desiderata politique, avec une précision de chirurgien qui manie le scalpel, Pierre de Lauzun analyse toutes les options.

 

Franchir un cap et opter résolument pour une fédération ? Cette solution est irréaliste car elle exige un budget fédéral très important pour opérer des transferts tout aussi importants et Berlin n’en veut pas !

 

Doit-on sortir de l’euro ? La question est posée mais elle est délicate sur le plan technique, elle ne soulève pas de problème juridique majeur pour la dette française qui, de droit français à plus de 99 %, serait transformée en franc-euro. Mais si la France est seule à sortir de l’euro, il y a un risque de sortie de capitaux et de spéculations. Agir par surprise ? Il n’est pas sûr que cela soit possible. Dissoudre la zone euro d’un commun accord, cela serait envisageable mais exige une décision à 18...

 

Par honnêteté intellectuelle, Pierre de Lauzun ne croit pas que cette sortie de l’euro soit envisageable du moins dans les circonstances actuelles  tout en appelant à des réformes structurelles pour la France de façon à atténuer notre perte de compétitivité et retrouver plus d’autonomie dans la définition de notre destin.


Il est certain que l’euro est devenu un problème pour l’Europe; la question de sa survie est posée et il n’est pas à l’abri d’un accident politique.

 

J’en terminerai par une anecdote lors d’une rencontre avec le président de la BCE Mario Draghi à l’Assemblée Nationale. Je l’ai félicité sur son courage d’être à la tête du Titanic puis je lui ai demandé combien de monnaies uniques se sont disloquées. « Depuis Jésus-Christ, me dit-il, beaucoup ». « Non, Monsieur le Président, lui-ai-je répondu, depuis un siècle seulement, une cinquantaine »...

A suivre, mais surtout à lire !
 
Jacques Myard
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République "

 

fin de citation


Suivez moi sur :

https://www.facebook.com/Jacques-MYARD-532814636848757/?fref=ts

 

https://twitter.com/jacquesmyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République
Membre de la commission des affaires étrangères et européenne


12 Mars 2017


A/S : Qui commande en France Paris ou Ankara ?

 

Le 9 Mars dernier je marquais mon étonnement dans un communiqué reproduit ce dessous, du silence des Etats européens qui restaient sans voix alors que le sieur Erdogan traitait l'Allemagne de Nazie, certaines communes allemandes ayant interdit des réunions politiques présidées par des ministres turcs.

 

L'affaire se reproduit quelques jours plus tard cette fois-ci avec les Pays-bas qui refuse d'accueillir le ministre turc des affaires étrangères, ce qui suscite les mêmes accusations de nazisme de Recep Erdogan.

 

Mais l'affaire ne s'arrête pas à cette nouvelle salve d'insultes parfaitement inadmissibles et scandaleuses, les Français apprennent avec stupéfaction que le-dit ministre turc refusé d'accès aux Pays-Bas s'est posé à Metz où il a tenu sa réunion : incroyable mais vrai !

 

Paris en autorisant cette réunion commet une triple faute :

 

1) Le gouvernement foule au pied la plus élémentaire solidarité à l'égard de l'un de nos alliés et partenaires européens alors même que le tandem Hollande Cazeneuve nous rabâche leur sempiternel pathos pro-européen : belle hypocrisie !

 

2) La réunion politique turque est une violation directe de la souveraineté de la France en ce qu'elle est un acte d'une puissance publique étrangère effectué sur le territoire national. Si le droit international public autorise des étrangers à voter pour des élections nationales la France encadre ce droit rigoureusement afin d'éviter les dérives politiques et débordements: en réponse à ma question écrite que je lui ai posée, le ministre de l'intérieur m'indique au JORF le 7 Octobre 2014 notamment :

" Tout Etat étranger qui souhaite organiser en France une élection nationale se voit rappeler de façon systématique l'interdiction : d'afficher en dehors des locaux diplomatiques et consulaires ; de réunion dans des lieux publics ouverts ; de distribution de tracts, profession de foi.."

La réponse souligne aussi l'exigence de réciprocité......A ce titre on peut se montrer un peu curieux....

Dans ces conditions la liberté d'expression évoquée par le secrétaire général de la Préfecture, sans doute sur ordre, est un argument hors de propos car ce qui est en jeux c'est le respect de notre souveraineté qui doit conduire un Etat étranger à la retenue !

 

3) Mais le gouvernement en s'écartant des principes réaffirmés en 2014 et en lâchant la bride à un homme qui n'en restera pas là - ce dernier a parfaitement compris la lâcheté d'un gouvernement à bout de course - a commis une faute diplomatique qu'il sera très difficile de corriger sauf au prix d'une crise majeure .

 

La diplomatie demande du courage et surtout de la lucidité !

 

Suivez moi sur twitter : @JacquesMyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République
Membre de la commission des affaires étrangères et européenne
 
Le 9 mars 2017
 
 
A/S : La Turquie n’est plus la Sublime Porte !
 
Les péripéties de notre élection présidentielle nous font parfois oublier les enjeux réels du monde dont les conséquences peuvent être beaucoup plus dramatiques sur notre destin que nos querelles internes.
 
La radicalisation islamique de la Turquie est, à l’évidence, une tendance structurelle, de fond, qui est en passe d’éradiquer toutes les forces laïques.
 
Plus graves encore sont les prétentions arrogantes du régime de diffuser sa propagande en Europe auprès de ses expatriés en violation de la souveraineté des Etats où ils se trouvent.
 
En application de la souveraineté de chaque Etat, le droit international public interdit à un Etat étranger de conduire des actions politiques auprès de ses nationaux expatriés.
 
Erdogan viole ce principe et, en accusant l’Allemagne de nazisme, il insulte notre voisin alors que des communes décident de refuser que des Ministres turcs viennent faire campagne pour la gloire du régime turc.
 
Il n’est pas admissible qu’il n’y ait eu aucune protestation des Etats européens au motif qu’il ne faut pas « froisser » Ankara en raison de son rôle dans la question des migrants.
 
C’est là une lâcheté sans pareille, que nous allons payer cher, car Erdogan a bien l’intention de pousser son avantage et d’utiliser les diasporas turques à des fins politiques pour peser sur les choix des Européens dans tous les domaines, internes et externes.
 
Il sera alors trop tard, mais nous aurons été prévenus !
 
 
Suivez moi sur twitter : @JacquesMyard
 
Sur mon site : www.jacques-myard.org
________________________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 2 mars 2017

 

A/S : Programme Macron ou l’art de l’enfumage
 

Le discours d’Emmanuel Macron sur son projet est un chef-d’œuvre de verbiage, de plagiats, de démagogie, d’ignorances, de contradictions, de fuite en avant et de connivence.

 

-          Verbiage : il refuse de faire des réformes mais il veut transformer le pays, comprenne qui pourra !

-          Plagiat sur l’autonomie des universités, il n’a sans doute pas entendu parler des réformes Sarkozy Pécresse.

-          Démagogie : il entend supprimer un tiers des députés pour faire des économies, pourquoi pas 50 % ? L’antiparlementarisme est toujours un fonds de commerce, mais ce n’est pas avec ce genre de propositions que l’on fera des  économies. En revanche, rien sur le dix-mille feuilles territorial, machine à dépenses publiques !

-          Ignorance : il propose de multiplier les commissions d’enquête du Parlement. Il devrait se renseigner, il n’y en a jamais eu autant à l’Assemblée nationale ces dernières années : 17 commissions d’enquêtes, 24 missions d’informations communes, 20 rapports du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques, 9 Missions d’évaluation et de contrôle sans compter tous les travaux de l’Office d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.

-          Contradictions : il veut supprimer la taxe d’habitation, impôt librement fixé par la commune, qui serait compensé par l’Etat. Mais il continue de vanter l’autonomie fiscale des communes alors qu’elles seront sous la tutelle de l’Etat : sic !

-          Il enfonce des portes ouvertes lorsqu’il affirme que la France doit renforcer ses services de renseignement, processus en cours depuis deux quinquennats !

-          Fuite en  avant sur l’Europe : il prône la solidarité dans la zone euro alors que l’Allemagne la refuse catégoriquement.

-          Connivence : il concentre le paiement de l’ISF sur les propriétaires fonciers mais exclut le patrimoine financier, en bon serviteur des banques et groupes qu’il connaît bien...


Rien ou presque sur la politique étrangère et le rôle de la France dans le monde,

Rien sur le financement de ce beau projet d’enfumage, aucun chiffrage de toutes ces dépenses.
 

C’est du grand art à la sauce Hollande, son mentor ; les Français ne s’y laisseront pas prendre !

 

Suivez moi sur :

https://www.facebook.com/Jacques-MYARD-532814636848757/


twitter

https://twitter.com/jacquesmyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 


Le 15 février 2017

 

A/S Brexit

 

Jacques Myard a participé très activement aux travaux de la mission d’information sur le Brexit présidée par Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale.

 

Le rapport constitue un travail important qui liste de manière précise les questions à résoudre, de la notification (article 50 du Traité) sur la sortie, aux accords à conclure entre l’Union européenne et le Royaume-Uni (article 216-218) pour réglementer les relations entre les deux Parties.

 

A ce titre, le rapport préconise de garder des liens forts avec le Royaume-Uni afin de préserver nos intérêts commerciaux, de préserver l’avenir en matière de Défense, notamment.

 

De la même manière, il défend l’idée que le Royaume-Uni pourrait garder des liens avec certaines agences européennes comme Europol et estime, à juste titre, nécessaire de régler en priorité le statut des personnes présentes de part et d’autre de la Manche.

 

Le rapport souligne aussi la nécessité d’associer fortement le Parlement au suivi des négociations.

 

Mais le rapport omet un point majeur :

 

Le Brexit est un révélateur de la crise de l’Union européenne qui recèle bien d’autres causes comme la paralysie de la gouvernance, la crise de l’euro, le contrôle des frontières, par exemple.

 

Le rapport donne l’impression – et ce n’est pas qu’une simple impression
- que l’Europe est une forteresse assiégée qui poursuit sa route conformément à son logiciel intégrateur qui a conduit à la crise actuelle.


Le rapport souligne à plusieurs reprises la téléologie de l’Union, concept très cher à la Cour de Justice et qui lui a permis de prendre de véritables arrêts de règlement au-delà de la lettre des Traités.

 

Il ne sert à rien d’invoquer le « rêve européen » qui ne saurait masquer les réalités de dysfonctionnement de l’Union européenne.

 

Une refondation de l’Union européenne est incontournable, le rapport ne le souligne pas !

 

Vous trouverez, ci-dessous, ma contribution au rapport sur les suites du référendum britannique et le suivi des négociations : 


Contribution de Jacques Myard au rapport sur le Brexit 
Brexit : soyons lucides !

 

Le 23 juin 2016, les Britanniques se sont prononcés par Référendum en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.


Ce résultat redouté a provoqué la consternation chez les thuriféraires de l’actuel projet européen, consternation doublée parfois d’une volonté de punir ces maudits Anglais coupables de crime de lèse-Europe, pour ne pas dire de lèse-utopie.


Comme toujours, il convient de raison garder et surtout d’éviter la politique du pire au regard de nos intérêts nationaux bien compris qui ne s’identifient pas toujours à ceux de nos partenaires européens, voire aux principes défendus par l’Union européenne.

 

1) Le Brexit, un révélateur

 

Les raisons du Brexit sont multiples et il convient d’être prudent pour ne pas privilégier une cause par rapport aux autres.


De nombreux analystes pensent que la question des travailleurs venant des pays de l’Est (Pologne) a été l’un des facteurs déterminants, alors même que la liberté de circulation des personnes est l’une des quatre libertés de l’Union européenne.


En réalité, les raisons du Brexit doivent être recherchées dans un ensemble d’éléments qui relève de la conscience collective des Britanniques qui perçoivent dans l’Union européenne un processus aliénateur et captateur de leur souveraineté démocratique, voire de leur identité.


Or, il serait vain de feindre qu’ils sont les seuls à avoir ce jugement sur l’Union européenne.

 

Bien au contraire, nombre de peuples européens ont le sentiment d’être entraînés dans un projet intégriste qui ne se justifie pas. Le rejet en France et aux Pays-Bas du Traité Constitutionnel en 2005 l’atteste.


Le Brexit est bien un révélateur de la crise de l’Union européenne, un rappel aux réalités pour les utopistes.

 

De plus, si le Royaume-Uni a décidé de quitter l’Union européenne qui est une organisation internationale prévoyant expressément qu’un Etat puisse se retirer de l’Union (article 50 du Traité), le Royaume-Uni est toujours en Europe. La géographie reste une donnée intangible.

Comme le rappelait à juste titre Talleyrand, on fait toujours la politique étrangère de notre géographie, ne l’oublions pas au nom de nos intérêts bien compris.

 

2) Les enjeux économiques

 

Ils sont de deux ordres :
. les enjeux commerciaux
. les enjeux financiers : le passeport européen

 

Les enjeux commerciaux relèvent de l’Union douanière et de la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. Le Marché commun est à l’origine du projet européen, il est au fondement même de l’Union européenne.

La France a un excédent commercial avec le Royaume-Uni de plus de 12 Milliards d’Euros qui représente le plus important excédent commercial de la France. De plus, la France est le quatrième investisseur au Royaume-Uni, le Royaume-Uni est le troisième investisseur en France.
48 000 Français travaillent à Londres et représentent 2% des employés de la Cité dans les banques d’investissement et opérations de marchés.


Notre objectif doit être clair, maintenir cet avantage et faire adopter dans le futur accord l’absence de droit de douanes avec le Royaume-Uni.

 

Les enjeux financiers : le passeport européen

 

Dans le cadre de la législation européenne actuelle, une entreprise, notamment financière, installée à la Cité de Londres, peut agir sur tout l’espace de l’Union européenne sans discrimination ; c’est le passeport européen.


L’expérience des banquiers de la Cité, leur expertise internationale, donne à cette place financière une force redoutable avec le concours de jeunes et brillants mathématiciens français... La Cité a tiré un immense avantage des possibilités d’action, on comprend dès lors pourquoi elle s’est opposée au Brexit.

 

Il ne saurait être question que la Cité puisse toujours bénéficier du passeport européen pour des montages financiers.


Si un accord de reconnaissance mutuelle dans le domaine financier est possible, il ne doit être que sectoriel et sur une base précaire afin qu’en cas de nouvelle législation dans le domaine financier de l’Union européenne, il puisse être vérifié si elle est appliquée par le Royaume-Uni.


Mais surtout, la sortie de la Cité des dispositions du « passeport européen » nécessite des efforts d’adaptation de la France pour recevoir les entreprises financières qui souhaiteraient s’établir sur le continent.


Paris doit, à ce titre, établir un statut de l’impatrié afin d’être concurrentiel face à d’autres places européennes. Il est urgent d’agir !

 

Le statut des personnes, acteurs économiques

 

Réglons aussi dans le meilleur esprit le sort des milliers de nationaux de part et d’autre de la Manche qui apportent chacun en ce qui le concerne, une valeur ajoutée à leur pays de résidence. Ils ne doivent pas être pris en otage.

 

3) Les enjeux géostratégiques

 

Le Royaume-Uni est notre allié et le demeure plus que jamais.


Membre permanent du Conseil de Sécurité, membre de l’Alliance atlantique, il est avec la France le seul pays à disposer en Europe occidentale de forces armées crédibles, même si sa force de frappe nucléaire ne bénéficie pas d’une totale indépendance en raison d’équipements américains, à la différence de la France.


La France entretient avec le Royaume-Uni une étroite coopération militaire depuis les Traités de Lancaster House de 2010 : mutualisation des matériels et équipements, utilisation des porte-avions, entretien mutuel de l’ A 400M, recherche commune en matière industrielle.

 

En matière de lutte contre le terrorisme islamique, la coopération est très étroite entre les services compétents.

 

Conclusion 


Tout en défendant fermement nos intérêts, rien ne sert de courir « sus à l’Anglais » !


Nos intérêts diplomatiques, politiques et économiques sont étroits et mutuels avec le Royaume-Uni.


Toute volonté de vouloir punir Londres au nom d’un projet européen en question aujourd’hui et rejeté par les peuples, serait contre-productive et vouée à l’échec.


L’Europe doit être refondée non sur des utopies mais sur la réalité des Nations.


Nous devons, en conséquence, trouver des solutions de compromis dans nos relations avec le Royaume-Uni et dépasser le stade du ressentiment.


Nous pourrons alors en toute sérénité continuer à dire du mal de nos chers amis Anglais, ce qui reste un sport national !


* *
*

 

Le rapport sera prochainement consultable sur le site de l’Assemblée nationale

 


jmyard@assemblee-nationale.fr

3, rue Aristide Briand - 75007 Paris - Tel: 01.40.63.91.20 - Télécopie: 01.40.63.91.32

 

 

Suivez moi sur :

https://www.facebook.com/Jacques-MYARD-532814636848757/


twitter

https://twitter.com/jacquesmyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 10 Février 2017

 

Le SIAAP et la ville de Maisons-Laffitte s’engagent pour la valorisation des fumiers équins et des boues d’épuration

 

 Le vendredi 10 février 2017, le SIAAP et la ville de Maisons-Laffitte ont signé un accord-cadre de partenariat afin d’assurer la valorisation des ressources organiques issues des fumiers équins et des boues d’épuration. 

 

La cérémonie s’est déroulée sur l’usine du SIAAP, Seine aval située dans les Yvelines, en présence de Belaïde BEDREDDINE, Président du SIAAP, Jacques MYARD, Député-Maire de Maisons-Laffitte, Philippe LIEGEOIS, Conseiller municipal de Maisons-Laffitte, Délégué au Développement durable. Plusieurs élus et représentants institutionnels et associatifs ont participé à cet évènement en présence également de M. Stéphane GRAUVOGEL, SousPréfet de Saint-Germain-en-Laye, qui représentait le préfet des Yvelines. 

 

Ce partenariat entre le Syndicat d’assainissement francilien et la ville de Maisons-Laffitte résulte d’une volonté commune de créer des synergies à l’échelle du territoire afin d’être en mesure de répondre dès aujourd’hui aux défis environnementaux. 

 

Cette démarche s’inscrit également dans la continuité des objectifs définis par le plan stratégique « SIAAP 2030 », dans lequel le SIAAP renouvelle son engagement en faveur du développement d’un service public de l’assainissement efficient et durable en Ile-de-France. 

 

La valorisation du fumier équin favorise l’indépendance énergétique des territoires 

 

La capacité à valoriser, en circuit court, les ressources issues de l’activité des territoires, s’inscrit dans une logique de maîtrise de l’empreinte énergétique et dans une dynamique d’économie circulaire. 

 

Le SIAAP procède d’ores et déjà à la méthanisation des boues sur son usine Seine aval depuis 1940, et traite chaque année plus de 130 000 tonnes de boues d’épuration. Ces boues produisent du biogaz qui représente une énergie renouvelable de plus de 400 Giga Watt heure par an. La valorisation de ces boues permet ainsi à l’usine d’être autonome énergétiquement à plus de 60 %. 

 

Dans la continuité de ces processus de valorisation en circuits courts, le SIAAP et la ville de Maisons-Laffitte ont décidé de capitaliser sur leur proximité géographique et leurs ressources communes, pour initier un partenariat inédit, visant à valoriser au sein de Seine aval, les fumiers équins produits par le site hippique de Maisons-Laffitte (environ 20 000 tonnes par an)

 

En transformant les ressources organiques issues des boues et des déchets équins en biogaz, voire en biométhane, réinjecté directement au réseau local ou valorisé sous d’autres formes, le SIAAP et la ville de Maisons-Laffitte inscrivent leur action dans la continuité de la loi relative à la transition énergétique et réaffirment le rôle essentiel des acteurs du territoire dans la lutte contre le réchauffement climatique ainsi que la pertinence des partenariats et synergies entre acteurs publics.

 

 Un partenariat expérimental fondé sur des travaux de recherche innovants et opérationnel dès 2019 

 

Dans le cadre de cette Convention de partenariat, plusieurs phases successives ont été prévues afin d’étudier, de partager et de tester des technologies innovantes de méthanisation de ces ressources organiques sur le site Seine aval : 

 

• Durant l’année 2017, des tests seront effectués dans les laboratoires du SIAAP afin d’étudier le pouvoir méthanogène du fumier équin et sa complémentarité avec les boues ; 

 

• Puis, la possibilité de participer au partenariat d’innovation initié par le SIAAP et le SYCTOM (l’agence métropolitaine des déchets ménagers) visant à favoriser la cométhanisation des ordures ménagères sera étudiée par les partenaires. Ils s’associeront également au programme de recherche du SIAAP, Mocopée http://www.mocopee.fr qui démarre un axe de recherche sur ces problématiques, en partenariat avec des équipes scientifiques pluridisciplinaires publiques ;

 

 • L’année 2018 permettra d’avancer dans la définition de pilotes industriels ; 

 

• En 2019, la réalisation du pilote à grande échelle devra permettre d’aboutir à de premiers essais opérationnels début 2020.

 

Suivez moi sur :

https://www.facebook.com/Jacques-MYARD-532814636848757/


twitter

https://twitter.com/jacquesmyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République
Membre du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC)

 

Le 8 février 2017,


A/S  Politique des jeux : rapport de Jacques Myard et Régis Juanico  au nom du Comité d’Evaluation et de Contrôle (CEC) de l’Assemblée Nationale
 
A la demande du groupe politique L.R. de Jacques Myard, le Comité d’Evaluation et de Contrôle des politiques publiques de l’Assemblée Nationale (CEC) s’est saisi  de la question de la régulation des jeux d’argent et de hasard. Jacques Myard et son collègue Régis Juanico viennent de rendre public, au nom du CEC, les conclusions de leur rapport sur l’« Evaluation de la régulation des jeux d’argent et de hasard » en France.  Procédant à une vingtaine d’auditions avec les parties prenantes à la politique des jeux, les rapporteurs ont confronté leur analyse aux conclusions du rapport du Président de la Cour des comptes, D. Migaud, présenté devant le CEC le 19 octobre 2016.

 

Les auteurs du rapport ont concentré leur attention sur deux acteurs majeurs, la Française des Jeux (FDJ) et l’institution des courses.

 

Conscients de l’importance de ce secteur économique spécifique, pourvoyeur d’emplois en particulier à travers la filière hippique et de recettes fiscales pour l’Etat, ils ont relevé également les insuffisances de la politique de régulation au regard des objectifs de la loi du 12 mai  2010 sur l’ouverture  à la concurrence des jeux en ligne, qu’il s’agisse de l’équilibre entre les catégories de jeu, la lutte contre la fraude ou le blanchiment, la prévention du jeu excessif, l’intégrité des opérations de jeux.

 

Jacques Myard et son co-rapporteur font le constat, largement partagé, de l’absence d’une véritable politique des jeux dans notre pays au regard des objectifs prévus par la loi de 2010. Ils appellent d’urgence à modifier la loi : une refondation complète de la régulation des jeux s’impose avec, notamment, la création d’un régulateur unique.

 

Si les rapporteurs reprennent l’essentiel des conclusions de la Cour des Comptes, ils s’en démarquent cependant sur plusieurs points. Le rapport formule  à cet effet 16 propositions.


**


Les rapporteurs insistent sur la nécessité de recentrer la politique des jeux sur les objectifs de la loi de 2010.
 
A/ Le développement équilibré des différents types de jeu
 
Les différentes catégories de jeux n’ont pas atteint un équilibre économique satisfaisant.
1/ Il convient de rééquilibrer la relation de concurrence entre les deux titulaires historiques du monopole, la FDJ et le PMU.  
La filière équine, dont les activités sont financées par les paris hippiques, est au pied du mur ; les sociétés mères Le Galop et le Trot accusent un déficit imposant (+ 60 Mds € pour 2017), les recettes du PMU sont en baisse continue. Si les auteurs du rapport ne reprennent pas à leur compte l’analyse de la Cour des Comptes sur « l’effet d’aubaine » dont aurait bénéficié la filière, ils relèvent, en revanche, que le dynamisme des paris sportifs en dur a cannibalisé les paris hippiques - sans méconnaître d’autres causes tendancielles, de nature culturelle par exemple.
Ils proposent :-
-  d’évaluer l’impact des paris événementiels en points de vente expérimentés en 2017 par la FDJ
- de réexaminer la séparation des masses des enjeux des paris  hippiques en dur et en ligne, en garantissant la concurrence
-  de développer l’activité des parieurs professionnels résidant à l’étranger, relais important de croissance, en maintenant un contrôle étroit dans le respect des clauses contractuelles.
 
Pour réformer l’institution des courses, il importe d’accompagner les efforts entrepris par la plan PMU 2020 pour, d’une part,  optimiser le programme et le calendrier des courses proposés aux parieurs et, d’autre part, améliorer la gestion interne, en fusionnant les fonctions support des sociétés-mères et du PMU.


Néanmoins, chacune des sociétés-mères doit garder la compétence sur l’élaboration du programme des courses en ce qui la concerne, sous l’autorité des tutelles.


Jacques Myard rappelle que la Cour des Comptes procède actuellement à un contrôle de la gestion interne des sociétés mères qui devrait permettre des progrès en la matière. En tout état de cause, un partenariat renouvelé avec l’Etat est nécessaire.
 
2/ Les casinos, au rôle important pour l’animation des villes, ont dû fortement investir mais demeurent dans une situation de redressement fragile. Il faut favoriser l’expérimentation de nouveaux jeux de casino ou de nouvelles formes de jeu existant, en accélérant le traitement des demandes.
 
3/ Les opérateurs en ligne ont été entendus par les rapporteurs au cours d’une table ronde. Les 16 sociétés bénéficiaires de 27 agréments souffrent d’une rentabilité faible, contrairement aux attentes initiales.
La fiscalité appliquée au secteur a freiné son développement sans réelle justification et au détriment de l’attractivité de l’offre légale. Il apparaît dès lors nécessaire de substituer le PBJ aux mises sur le poker en ligne, particulièrement pénalisé par ce type de prélèvement, et d’étudier la portée globale de cette mesure fiscale pour  l’ensemble des jeux.
 
B /       La lutte contre le blanchiment
 
Les obligations de lutte contre le blanchiment sont légitimes car les jeux d’argent sont un vecteur privilégié pour les organisations criminelles. En accord avec l’analyse de  la Cour des Comptes, ils proposent le renforcement du contrôle  des opérateurs :
En termes d’agrément, - en soumettant à une autorisation administrative préalable une évolution de la répartition du capital social et de contrôle des sociétés gérant un casino, - en soumettant les points de vente de la FDJ à une enquête administrative, comme cela existe pour les points de vente PMU.
En termes de traçabilité financière des opérations et de connaissance des clients, une harmonisation des règles et souhaitable mais ne saurait être mise en place à brève échéance ; le rapport qui exprime ainsi ses doutes sur la généralisation de la carte joueur préconise l’ installation de bornes scannant les pièces d’identité chez les détaillants FDJ et PMU, ce qui permet aussi de vérifier l’interdiction de jeux aux mineurs et, chez les casinos, l’adoption d’ une conception non pas stricte mais souple pour la relation d’affaires.
Concernant les seuils de paiement en espèces, le rapport constate une grande diversité dans l’application des directives européennes selon les opérateurs. La volonté des pouvoirs publics de généraliser les mises et les paiements électroniques pose l’épineuse question du pouvoir libératoire des billets de banque, et au-delà une question de liberté politique non négligeable.
 
C /  Le jeu excessif
 
  Le jeu excessif et pathologique, qu’il faut prévenir et traiter, reste un phénomène peu identifié. 56 millions de Français  joueraient occasionnellement, chiffre en progression par rapport à 2010 : les auteurs préconisent - une étude scientifique sur le coût social du jeu problématique - l’extension de la consultation du fichier des interdits de jeu au réseau des points de vente physique PMU et FDJ
 
D /  L’intégrité du jeu
 
L’essor des paris qui draine des sommes considérables impose d’accroître la vigilance sur l’intégrité des opérations de jeu. Cela étant, le rapport nuance fortement le jugement  de la Cour des Comptes sur les fraudes dans les courses hippique et l’extension des possibilités de conflit d’intérêts pour les acteurs de la filière (propriétaires) : le jeu lui-même (la forme mutuelle des paris par exemple), le contrôle antidopage des courses parmi le plus performant d’Europe, les sanctions internes tout comme les sanctions prévues par le ministère de l’intérieur limitent la fraude.
S’agissant des manipulations sportives, les rapporteurs considèrent que la loi du 1er février 2012 sur l’éthique sportive a permis des avancées et approuvent la proposition sénatoriale en cours d’examen parlementaire qui vise à la renforcer. Le rapport propose d’interdire les prises de pari sur les compétitions sportives à risque.
 
E /   Quelle gouvernance ?
 
Point majeur du rapport, le dispositif actuel de la gouvernance des jeux dont les rapporteurs relèvent le caractère archaïque, appelle une réforme profonde du cadre institué en 2010.
Jacques Myard et son collègue se rallient à l’analyse de la Cour des Comptes. Ils dénoncent une organisation segmentée, complexe (pas moins de 17 organismes de tutelle et de contrôle pour le PMU !), génératrice de lourdeurs, de manque de réactivité et d’incohérences, de plus en plus injustifiée dans un contexte d’accélération de la révolution technologique.
Ils soulignent également la prépotence de la Direction du budget avec le désengagement des autres ministères, santé et agriculture notamment, et une priorité accordée à la rentabilité fiscale ( les jeux rapportent 4,8 Mds €) sur les autres enjeux.
L’heure n’est plus aux changements cosmétiques.
Ils proposent
- de créer un Comité interministériel pour la définition de la politique publique des jeux
- de confier la régulation des jeux d’argent et de hasard, en dur et en ligne, à une Autorité Administrative Indépendante,  regroupant l’ARJEL, la COJEX et la CCJCC,  et prévoyant  la présence d’un représentant de l’Etat et de deux parlementaires.
--------------------------
 
Le rapport est disponible en ligne actuellement sous forme de synthèse sur le lien suivant :
http://www2.assemblee-nationale.fr/14/les-delegations-comite-et-office-parlementaire/comite-d-evaluation-et-de-controle-des-politiques-publiques/secretariat/a-la-une/examen-du-rapport-sur-la-regulation-des-jeux-d-argent-et-de-hasard

 

Suivez moi sur :

https://www.facebook.com/Jacques-MYARD-532814636848757/


twitter

https://twitter.com/jacquesmyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

                                     Le 3 Février 2017

 

 

A/S : L’élection présidentielle doit appartenir aux seuls Français !

 

L’élection du Président de la République aura lieu dans moins de trois mois.

 

Une question fondamentale se pose aujourd’hui : qui va voter lors de ces élections, les Français, les médias accusateurs à l’envi ou les procureurs ?


Il ne s’agit pas là d’une question incongrue mais d’une interrogation fondamentale suscitée par l’assassinat politique du candidat François Fillon.

 

François Fillon a –t-il commis une faute au regard de l’emploi de sa femme voire de ses enfants comme assistants parlementaires ?

 

C’est possible et je comprends parfaitement le ressentiment voire la déception de nombreux Français.

 

Mais cette faute éventuelle est-elle de nature à effacer le choix des primaires et à voler l’élection présidentielle à 4 millions de Français qui l’ont choisi pour porter et défendre leurs convictions ?

 

La réponse est non.

 

L’arbre de la faute ne saurait cacher la forêt qui est l’enjeu majeur de redresser la France.

 

Ni les hurlements médiatiques savamment organisés ni le zèle judiciaire ne peuvent se substituer au seul jugement qui vaille, celui des Français.

 

De plus, il n’existe aucun plan B crédible sauf à aller à un échec assuré.

 

Dans ces conditions, rien ne doit arrêter François Fillon dans sa campagne, ni les cris d’orfraie des manipulateurs qui canardent sur ordre, pour faire oublier leur échec total du quinquennat, ni l’irruption des procureurs.

 

Les Français ne peuvent se faire voler cette élection présidentielle : A trois mois de l’échéance le processus constitutionnel de l’élection présidentielle est enclenché. Les Français doivent être les seuls juges du candidat François Fillon qui porte au-delà des péripéties, le projet de renouveau pour le France face aux candidats de « l’aventure ».


A lui d’affronter le jugement des Français.

Les seuls combats perdus d’avance sont ceux qui ne pas livrés !

_________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 23 janvier 2017


Madame, Monsieur,

 

Vous trouverez ci-dessous ma tribune parue dans la revue Valeurs Actuelles sur la recherche d'une politique étrangère pour la France.

 

Cordialement

Jacques Myard

Suivez moi sur :

 

https://www.facebook.com/Jacques-MYARD-532814636848757/?fref=ts

 

twitter @JacquesMyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 17 janvier 2017


A/S : Tromelin, une faute évitée de justesse !
 
Le Gouvernement, sous la forte pression des députés de l’opposition, a retiré de l’ordre du jour de l’Assemblée nationale le projet de loi approuvant l’accord-cadre entre la France et la République de Maurice.
Cet accord prévoyait notamment la cogestion économique, scientifique et environnementale sur l’île de Tromelin et ses espaces maritimes environnants.
 
Il s’agissait-là, ni plus ni moins, du début d’un abandon total de la souveraineté française sur cette île, et notamment à terme l’abandon de ses droits souverains sur la zone économique exclusive (ZEE) de 280 000 km2 au profit de Maurice qui réclame le rattachement de cette île et la ZEE à son territoire.
 
C’était là une faute majeure, créant un précédent, alors que la France a de nombreuses possessions de par le monde et possède 11 millions de km2 de ZEE qui recèlent de multiples richesses minières et halieutiques que nous devons exploiter.
 
Il est nécessaire maintenant que la France se mette en position  de mettre en valeur ces gigantesques richesses et protège ses droits sur ces zones maritimes,  en dotant notamment la marine nationale des moyens indispensables comme des frégates rapides d’intervention, qui lui font défaut aujourd’hui
 
Il faut espérer que la question de Tromelin réveille les consciences  sur les atouts que constituent ces zones maritimes pour la France  et la nécessité impérieuse de protéger nos droits souverains.

 

 

Suivez moi sur :
 

Twitter : @JacquesMyard

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 14 décembre 2016


A/S :  Alep et état d’urgence

 

Au moment où la France, à juste titre, renouvelle jusqu’en juillet 2017 l’état d’urgence, Alep-Est, prisonnière des factions islamistes directement liées à Al Qaïda, telles Fateh al Cham, et les salafistes d’Ahrar al Cham, est reprise  par les forces syriennes soutenues par ses alliés russes et les milices chiites.

Il est indéniable que les civils innocents y payent un lourd tribut et subissent les bombardements aériens des forces citées mais aussi les exactions des islamistes.

 

Il serait pour le moins étonnant d’oublier que ces islamistes, tous inféodés à Al Qaida, ont constamment bombardé Alep ouest où vit 1,5 millions de personnes et ciblé particulièrement les chrétiens sans que cela émeuve particulièrement la communauté internationale ou les médias.

 

De plus, ces islamistes ont systématiquement exécuté les civils qui tentaient de fuir leur réduit. La prétendue Armée Syrienne Libre (ASL), dite des insurgés modérés, relève du mythe et de la propagande, elle n’existe essentiellement que dans les grands Hôtels européens !

 

Dans ces conditions, la présentation unilatérale trop souvent faite en faveur des insurgés contre Damas est manichéiste et aveugle aux réalités du terrain. Cette guerre civile, aggravée et amplifiée par de multiples interactions étrangères, est une tragédie pour le peuple syrien.

 

Mais ce n’est pas le gouvernement de Damas  qui a commis les attentats en France mais bien ces islamistes de tous bords, de toutes nationalités, d’Alep et d’ailleurs.

 

Il est urgent que la France sorte de ses postures idéologiques et prenne en compte les réalités dans son propre intérêt de lutte contre les terroristes islamistes, à défaut de retrouver une influence d’une solution politique en Syrie et au Proche-Orient

 

A se tromper d’ennemi, la lutte sera d’autant plus longue.

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le7 décembre 2016

 

A/S : Pollution, circulation alternée : causes réelles et discriminations ?
 

Jacques Myard interroge la ministre de l’environnement Ségolène Royal par question écrite  sur les causes réelles de la pollution à Paris et en région parisienne  ainsi que les régimes de dérogation à la circulation alternée.

 

Tout en approuvant la décision d’instaurer la circulation alternée, il lui demande si la pollution est principalement imputable aux automobiles  ou si elle ne provient pas plutôt des émissions de particules fines des centrales à charbon allemandes ou belges ! Il est curieux, en effet, de constater que l’Allemagne critique le programme nucléaire français et empoisonne ses voisins avec ses centrales à charbon ! Le Gouvernement français va–t-il demander à l’Allemagne des compensations financières ?

 

En outre, il lui demande pourquoi les journalistes sont dispensées de respecter la circulation alternée alors que de très nombreuses professions nécessaires à la société y sont astreintes. La corporation des journalistes est-elle une profession privilégiée ? Cette exemption aurait-elle été prise par démagogie électoraliste ?

 

Si la lutte contre la pollution est indispensable, il importe d’en revoir les conditions d’application !

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République


Le 1er décembre 2016

 

A/S :  François Hollande : lucidité de l'échec, une leçon pour toute la gauche !

 

L'annonce de ce soir de François Hollande de l'Elysée est un d'abord l'aveu de l'échec de son quinquennat, si le Président avait osé se présenter on aurait pu parler de suicide politique et de sabordage: après moi le déluge.

 

Mais au delà de ce discours lucide sur son échec sans appel on est en droit de se demander si le fameux déjeuner de lundi dernier entre le Président et le Premier Ministre n'a pas scellé le scénario de ce soir, tant il est vrai que ce déjeuner fut serein et apaisant selon les médias bien inspirés, alors même que la fameuse " dyarchie " dénoncée par le Général de Gaulle s'était installée au sommet de l'Etat.

 

Sur un autre plan il n'est pas sans intérêt d'avoir une campagne présidentielle entre François Fillon et un socialiste qui fasse meilleure figure que l'actuel Président de la République, le débat n'en sera que plus déterminant pour éclairer le choix des Français sur les réels enjeux de la France.

 

Mais ce candidat socialiste doit savoir que l'échec de F.Hollande n'est pas seulement son échec personnel mais celui de tous les Socialistes, l'échec d'un système de pensée idéologique obsolète et incohérent.

 

Les Français doivent le savoir !

 

Suivez moi sur :
 

Twitter : @JacquesMyard

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

 

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 1 décembre 2016


A/S  : Accession du Monténégro à l’OTAN : inutile et contraire à nos intérêts !

  
Le protocole au Traité de l’Atlantique Nord sur l’accession du Monténégro, adopté ce jour à l’Assemblée nationale, est inutile sauf à considérer que les 1800 hommes de l’armée monténégrine sont indispensables à l’Alliance Atlantique, ce qui est simplement ridicule.

 

Mais cette accession du Monténégro est directement contraire à nos intérêts car l’OTAN est d’abord une organisation politique sous logiciel américain. C’est ainsi donner un blanc- seing à l’influence de Washington sur l’Europe.

 

Il est curieux de constater que le Monténégro  accède  à l’OTAN  avant même l’Union Européenne. Cela en dit long sur la volonté de nos partenaires de prendre en mains leur défense et leur destin !

 

De plus, cette  accession à l’OTAN est une pierre supplémentaire à la volonté de certains pays européens et des Etats-Unis de reconstituer un bloc face à Moscou comme au bon vieux temps de la guerre froide.

 

Soulignons enfin la situation interne du Monténégro, champion de tous les trafics.

 

L’accession de cet Etat à l’OTAN est une faute géostratégique !
 
 

Suivez moi sur :
 

twitter @JacquesMyard

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 27 Novembre 2017

 

A/S : Première victoire de François Fillon, le combat continue !


La victoire de François Fillon à la Primaire de la droite de la droite et du centre est sans appel et logique. Elle s'inscrit en cohérence avec le premier tour de dimanche dernier.

 

Ce deuxième tour s'est effectué dans d'excellentes conditions et est à créditer aux nombreux militants dont le dévouement et l'engagement traduit la vitalité des Républicains, alors que de nombreux commentateurs soulignaient la lassitude, voire le ras le bol vis à vis de la politique. On doit s'en féliciter !

 

Mais on doit garder raison car la campagne officielle qui s'annonce sera dure et il ne fait aucun doute que François Fillon va subir de très nombreuses attaques et cela d'autant plus qu'il apparait avec ce succès des primaires comme l'homme à abattre.

 

Pour ma part les choses sont simples je confirme plus que jamais mon soutien plein et entier à François Fillon pour gagner en Mai prochain et surtout gouverner avec force et détermination afin que la France se redresse et retrouve son rang dans la concert des Nations après ce quinquennat débilitant et catastrophique des socialistes.

 

Le combat continue !

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 21 Novembre 2016

 

A/S : Primaires : je vote François FILLON

 

Le succès de la participation aux primaires dans toute la France démontre à l’évidence que les Français aiment toujours le débat politique et sont décidés à exprimer avec force leur opinion.

 

Le taux de participation dans la 5ème circonscription des Yvelines a dépassé plus de 25 % du corps électoral des inscrits dans quatre villes sur cinq de la circonscription.


Je tiens à saluer la patience de tous nos concitoyens qui ont dû souvent attendre assez longuement avant de pouvoir voter en raison du succès des primaires.


Leur engagement constitue une réelle volonté d’un changement responsable pour notre pays.

 

Je tiens également à remercier très vivement les bénévoles qui ont rempli une tâche souvent compliquée avec un total dévouement sans compter leurs heures. Leur temps d’astreinte s’est poursuivi bien au-delà de la fermeture des bureaux pour le dépouillement et l’envoi des résultats.


Le 2ème tour se jouera entre François FILLON et Alain JUPPE.

 

Ce sont deux candidats avec lesquels j’entretiens des liens d’amitié et avec lesquels j’ai toujours eu des échanges fermes et courtois sans être toujours d’accord avec eux.


Mon choix n’est donc pas un problème de personne mais un choix rationnel en fonction des enjeux politiques sur de très nombreux sujets : politique étrangère, choix de société, lutte contre les dérives communautaristes, islamistes notamment, conception de l’Europe, relance économique.

 

Tout en ayant des nuances voire des différences, je choisis d’apporter mon soutien à François FILLON qui propose un projet pour la France plus proche de mes propres conceptions et analyses.

 

Dimanche prochain, je voterai pour François FILLON.

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République
 
Le 09 novembre 2016​
 
 
A/S :  Trump, élu président des Etats-Unis, est-ce vraiment une surprise ?
 
Il est parfois des moments que l’on doit savourer, celui où, dans leur immense majorité les augures, commentateurs et sondeurs patentés,  bien-pensants se fourvoient magistralement, prenant une nouvelle fois leurs désirs pour des réalités.

 

Malgré leurs erreurs répétées - le non français en 2005 au Traité constitutionnel européen, le Brexit, aujourd’hui l’élection de D.Trump aux présidentielles américaines,  ces  beaux-parleurs donnent le  ton et monopolisent toujours nos médias.

 

Que Trump ait fait des déclarations qui puissent choquer, personne ne peut le contester  et on ne saurait partager tous ses propos, tant s’en faut.

 

Mais que l’on n’ait pas su voir venir les mouvements de fond que traversent nos sociétés, Etats-Unis compris, constitue une faute, et participe d’un aveuglement collectif, comme l’a bien décrit l’historien Marc Ferro dans  «  L’aveuglement, une autre histoire de notre monde»

 

Le choc de la mondialisation, la remise en cause des identités nationales, la montée en puissance du fanatisme islamique barbare, l’absence de prise en compte de la défense de nos intérêts nationaux sont autant de questions majeures que nombre d’intellectuels salonnards ignorent, voire méprisent comme étant ringardes.

 

Il est vain de crier au populisme à longueur de temps pour se donner bonne conscience !

 

Le politique, au sens noble du terme, doit retrouver la maîtrise de ses décisions pour apporter des réponses rapides et concrètes à ces défis qui concernent nos concitoyens dans leur vie de tous les jours. C’est le seul enjeu qui vaille !

 

L’idéologie porteuse d’utopies  est un carcan intellectuel dont il est urgent de se défaire pour  maîtriser notre destin et ne pas subir.


 

Suivez moi sur : 

download/Download.html?IDMSG=31701&PJRANG=2.3&NAME=Logo-facebook-miniature.jpg&FOLDER=INBOX&STREAM_TYPE=IMAGE&EMBEDDED=true

twitter @JacquesMyard

 

Sur mon site : www.jacques-myard.org

 

Si vous ne souhaitez plus recevoir de communiqué, Cliquez ici
__________________________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Groupe Cheval de l’Assemblée nationale

 
Le 20 octobre 2016,
 
A/S  Politique des jeux / Rapport de la Cour des comptes au CEC
 
A mon initiative, le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale (CEC) a demandé à la Cour des Comptes un rapport sur l’évaluation de la régulation des jeux d’argent et de hasard en France.
Le premier Président de la Cour des comptes D. Migaud a présenté le 19 octobre au CEC présidé par le Président de l’Assemblée Nationale, C. Bartolone, son rapport.
La Cour dresse un constat sévère sur la situation et relève qu’il n’existe pas de politique des jeux globale et cohérente dans notre pays.
L’ensemble de ces questions et problématiques va être reprise et examinée par les rapporteurs du CEC, Régis Juanico et Jacques Myard, afin d’élaborer d’ici à la fin de l’année des solutions qui devront être étudiées par  le Gouvernement et le Parlement.

 
A ce titre, la Cour relève que :
 
-          La loi du 12 mai 2010 a évité la déstabilisation du secteur des jeux ( plus de 45 Mds € enjeux/an, 5,4 Mds€ de prélèvements), secteur contrasté, qui reste dominé par les opérateurs historiques, et en pleine évolution
-          Les jeux supportent une fiscalité plus lourde qu’ailleurs en Europe mais inégale selon les paris et les opérateurs 
-          La protection de la santé et de l’ordre public reste insuffisante alors que le nombre de joueurs réguliers croît de 22,4% à 31,5 % et que les joueurs à risque représentent 4,7 % du total et même 11% chez les mineurs. En outre, le secteur des jeux reste vulnérable aux atteintes à l’ordre public du fait du développement de l’offre illégale, due  en particulier à l’agilité des plates- formes et aux agissements des internautes. Il est également exposé aux risques liés à la fraude et au blanchiment, là encore de façon inégale selon les secteurs ; sont en question le développement des parieurs professionnels  et l’anonymat des joueurs.
 
-          L’éclatement et le caractère cloisonné de la gouvernance, après la disparition subreptice  du Comité consultatif des jeux qui sanctionne l’échec d’une régulation globale du secteur des jeux.
 
A partir de ces constats, la Cour préconise 4 axes de réforme :


La politique des jeux et la régulation
-          La création d’un Comité interministériel chargé de définir la politique publique des jeux, incluant les ministères du budget, de l’intérieur, de l’agriculture, de la santé, des sports et de l’économie.
-          La mise en place d’une Autorité Administrative Indépendante chargée, quant à elle, du quotidien de la régulation du secteur des jeux, regroupant les instances existantes, l’Arjel, la COJEX, la Commission consultative des jeux de cercle et l’Observatoire des jeux.


L’efficacité et la proportionnalité des régulations
-          Par un renforcement des pouvoirs de l’autorité de régulation pour lutter contre l’offre illégale et la réduction de la durée d’expérimentation couplée avec l’allègement des procédures d’autorisation pour les nouveaux jeux


La protection des joueurs et la lutte contre la fraude
-          En rendant obligatoire un moyen d’identification, modernisant le fichier des interdits de jeux, en renforçant l’éthique des courses hippiques, uniformisant les plafonds d’usage des espèces pour les mises et les gains


La fiscalité
-          Prévoir une étude d’impact de la fiscalité sous l’égide du Comité interministériel des jeux
 
 
Lors de la présentation du rapport de la Cour, J. Myard a regretté  que la Cour – qui s’en est tenue strictement à sa commande –  n’ait pas davantage souligné l’enjeu économique de la filière hippique qui constitue un élément essentiel de l’aménagement du territoire et génère de nombreux emplois.
J. Myard entend  bien faire valoir dans le rapport final du CEC cet enjeu économique primordial afin que le législateur en tire toutes les conséquences sur le plan fiscal.
Relevons qu’un second rapport de la Cour doit être rendu d’ici la fin de l’année sur la gestion des sociétés-mères.
Affaire à suivre ...
 

 

Suivez moi sur :
download/Download.html?IDMSG=31320&PJRANG=2.3&NAME=Logo-facebook-miniature.jpg&FOLDER=INBOX&STREAM_TYPE=IMAGE&EMBEDDED=true

twitter @JacquesMyard

Sur mon site : www.jacques-myard.org

________________________________________

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République
 
Le 5 octobre 2016

 

 
 
A/S Extraterritorialité de la législation américaine : trop c’est trop !

 

Jacques Myard a participé activement à la mission d’information sur l’extraterritorialité de la législation américaine commune aux commissions des Affaires étrangères et des Finances qui a présenté ce jour son rapport.

 

Vous trouverez ci-dessous sa contribution au rapport :

 

L’excellent travail de la mission d’information sur l’extraterritorialité de la législation américaine permet de révéler au grand jour un aspect des actions judiciaires et administratives américaines trop souvent ignoré, y compris par nombre de spécialistes du droit international.

 

L’ampleur de ces actions crée d’ailleurs un réel malaise, tant elles affectent nombre des intérêts d’entreprises françaises et européennes et apparaissent très intrusives.

 

On a tous en mémoire le jugement de Raymond Aron sur les Etats-Unis - « La République impériale » - concept qu’il opposait à « impérialiste ».

 

La lecture de ce rapport est de nature à remettre en cause l’analyse de Raymond Aron. On est même en droit de se poser la question sur le degré de confiance que l’on peut avoir dans cet allié ! Il est vrai que nous savons depuis Phèdre, cité par Jules César dans La Guerre des Gaules, que l’on ne doit « jamais avoir de confiance dans l’alliance avec un puissant ».

 

Mais il y a un autre trait qui doit être souligné, c’est notre propre faiblesse et surtout l’absence de réactions de notre Gouvernement face aux agissements d’un Etat étranger en France qui sont autant de violations de notre souveraineté. Tel est le cas de l’installation de « moniteurs » dans des entreprises pour vérifier qu’elles respectent les décisions de justice américaines qui sont surtout des mesures de contrainte, sans décision d’un juge français, en violation de notre souveraineté.

 

Ayant eu l’honneur d’être juriste à la Direction des Affaires juridiques du ministère des Affaires étrangères sous l’autorité de très grands serviteurs de l’Etat comme Gilbert Guillaume, futur président de la CIJ, et Noël Museux dans les années 1980, nous avions su mettre un terme aux prétentions abusives de nos chers amis américains (affaire Ourengoï, code OCDE sur les transferts de données, enquêtes de la SEC- Securities and Exchange Commission-).

 

Le Gouvernement français d’alors avait fermement appliqué la loi de blocage de 1968, modifiée en 1980, face aux prétentions extraterritoriales américaines.
Il est sans doute nécessaire aujourd’hui de renforcer les sanctions pénales et pécuniaires de cette loi.

 

Or, qu’on le veuille ou non, les lois extraterritoriales américaines conduisent tôt ou tard à des conflits de souveraineté purs et durs qui ne pourront se régler que par l’arbitrage interétatique. Nous avons cette possibilité d’attraire les Etats-Unis à cet arbitrage en application de la Convention d’établissement franco-américaine du 25 novembre 1959. J’en ai demandé l’application à plusieurs reprises au Ministre des Affaires étrangères, en vain, ce qui est un signe de faiblesse inadmissible de la part de notre diplomatie et un mauvais signal adressé à l’Administration américaine.

 

De deux choses l’une, ou les Etats-Unis prennent conscience qu’ils vont trop loin et on trouve des solutions qui respectent nos intérêts, ou nous serons amenés à prendre des mesures de rétorsion sur le plan français et européen.

 

A l’ère des puissances relatives, le Congrès des Etats-Unis et l’Administration américaine risquent d’apprendre que le monde n’est pas fait à leur image.



 

Suivez moi sur :

download/Download.html?IDMSG=31077&PJRANG=2.3&NAME=Logo-facebook-miniature.jpg&FOLDER=INBOX&STREAM_TYPE=IMAGE&EMBEDDED=true

Sur Twitter @JacquesMyard
 
Sur mon site : www.jacques-myard.org
__________________________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 30 septembre 2016

 

A/S : Morpho : la vente à l’encan de l’industrie française se poursuit !

 

L’annonce de la vente par Safran de Morpho au fonds américain Advent est proprement inadmissible.
Morpho maîtrise une technologie d’avenir dans le domaine de l’identification ( Iris de l’œil, visages et empreintes digitales) dont le développement planétaire pour des raisons de sécurité et de lutte contre le terrorisme est certain et gage de création d’emplois.
La France cède une industrie de haute technologie à des investisseurs étrangers. Il s’agit là d’une perte sèche industrielle pour la France qui cède à l’offre la plus alléchante, 2,425 milliards d’euros.

 

Le casino financier se poursuit au mépris de nos intérêts et de notre indépendance nationale.

Jacques MYARD interpelle le gouvernement pour lui demander s’il approuve ce scandale de trop , l’Etat étant actionnaire de Safran !

 

Suivez moi sur :

twitter

Sur mon site : www.jacques-myard.org

Si vous ne souhaitez plus recevoir de communiqué, Cliquez ici

_______________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 27 septembre 2016

 
A/S Chômage : la lente et inéluctable descente aux enfers !

 

Le nouvel accroissement du chômage, plus 51 000 chômeurs en août, n’est malheureusement pas une divine surprise, mais la conséquence d’un total aveuglement idéologique depuis des années.

 

Le carcan macroéconomique interne –fiscalité spoliatrice qui chasse l’épargne des Français hors de France – et européen - absence de politique industrielle, inadaptation de la monnaie unique trop longtemps surévaluée – rend impossible toute relance de la croissance et toute création d’emplois.

 

L’enjeu est avant tout de prendre conscience des carcans et de les remettre en cause : hors ce changement radical, il n’y aura pas de salut et le chômage continuera de croître !

 

En d’autres termes, si la France reste maîtresse de sa fiscalité et se doit de supprimer l’ISF notamment, pour que l’épargne des Français s’investisse en France et pas à l’étranger, en revanche, les règles actuelles de l’Union européenne ne sont plus adaptées à la situation de l’économie française.

 

L’absence de politique industrielle qui a abouti à démanteler nos fleurons industriels – Alstom, Péchiney, Alcatel –, la surévaluation pendant des années de la monnaie unique qui a ruiné une grande partie de nos entreprises à l’exportation, sont des facteurs dont on doit collectivement prendre conscience afin de les remettre en cause.

 

François Hollande doit reconnaître qu’il a perdu son pari.
La campagne présidentielle doit être l’occasion de s’engager clairement dans cette nouvelle voie.

 

Si nous persistons dans l’aveuglement idéologique, la lente et inéluctable descente aux enfers continuera jusqu’à l’explosion sociale qui balaiera une très grande partie de la classe politique.



 

jmyard@club-internet.fr jmyard@assemblee-nationale.fr Site : http://www.jacques-myard.org
3, rue Aristide Briand - 75007 Paris - Tel: 01.40.63.91.20 - Télécopie: 01.40.63.91.32
@Jacquesmyard

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 19 septembre 2016

 
 
A/S :  Faire la guerre au terrorisme : où est la cohérence du gouvernement ?

 

Si on a bien entendu le Président de la République relié d’ailleurs fortement par la le Premier  ministre  «  la France est en guerre contre le terrorisme et l’Etat islamique », ce qui est la vérité !

 

Dès lors comment ne peut pas s’étonner du hiatus béant entre le discours martial et les les actes du gouvernement qui se délecte de « l’Etat de droit »

 

Il ne s’agit pas de bouleverser l’Etat de droit mais d’appliquer le droit existant afin  de protéger nos concitoyens en luttant plus efficacement contre le terrorisme ; 

 

Pourquoi le gouvernement n’applique pas  l’article 23-8 du Code civil qui permet de déchoir de la nationalité française les centaines d’individus, aujourd’hui engagés dans les rangs  de l’Etat islamique et prêts à revenir sur notre sol pour y fomenter des attentats ?

 

Pourquoi ne pas appliquer l’article 35 de la Constitution aux termes duquel le Parlement  déclare la guerre, ce qui permet d’adopter en conséquence des mesures administratives pour lutter contre l’ennemi, mesures  reconnues par la jurisprudence de nos tribunaux?

 

Pourquoi en conséquence ne pas appliquer les dispositions du livre IV du code pénal sur les crimes et délits contre la Nation avec l’incrimination d’ « intelligence avec l’ennemi » ?

 

Assez de mots  le chef de l’Etat et le Gouvernement doivent tirer toutes les conséquences logiques de leurs propres déclarations de l’état de guerre dans lequel la France est engagée contre l’ennemi terroriste qu’il soit de l’ intérieur ou de l’extérieur.

 

Jacques Myard interpelle par une question écrite le Premier ministre sur tous ces points.
________________________________________
 

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 10 septembre 2016

 

A/S : combattre le terrorisme avec l’Etat de droit, assez d’hypocrisie gouvernementale !

 

La polémique enfle ces derniers jours ; l’Etat de droit actuel suffit-il pour combattre le terrorisme ?
La vérité est que l’Etat de droit n’est qu’un mot valise et qu’il se modifie en fonction des situations. En tout état de cause, il peut être plus contraignant tout en demeurant l’état de droit.
Il n’y a donc aucune contradiction entre le recours, nécessaire, à tous les moyens de droit et la lutte contre le terrorisme à la condition d’adapter ce régime et de l’appliquer complètement.
Toutefois, il est hypocrite, comme le fait le Gouvernement, de fustiger ceux qui veulent renforcer les moyens de l’Etat de droit alors que ce même Gouvernement se refuse à utiliser tous les moyens de l’état de droit actuels pour combattre le terrorisme.

 

Deux exemples :

 

- La déchéance de nationalité. 
Pourquoi le Gouvernement se refuse-t-il à appliquer l’article 23-8 du Code civil ? Cet article dispose très clairement : 
« Perd la nationalité française le Français qui, occupant un emploi dans une armée ou un service public étranger ou dans une organisation internationale dont la France ne fait pas partie ou plus généralement leur apportant son concours, n’a pas résigné son emploi ou cessé son concours nonobstant l’injonction qui lui en aura été faite par le Gouvernement.
L’intéressé sera, par décret en conseil d’Etat, déclaré avoir perdu la nationalité française si, dans le délai fixé par l’injonction, délai qui ne peut être inférieur à quinze jours et supérieur à deux mois, il n’a pas mis fin à son activité.
Lorsque l’avis du Conseil d’Etat est défavorable, la mesure prévue à l’alinéa précédent ne peut être prise que par décret en conseil des ministres »
.

 

Cela permettrait d’interdire le retour de ces barbares assassins qui sont actuellement en Syrie et combattent dans les rangs de l’Etat islamique, organisation terroriste qui entre dans le champ d’application de l’article 23-8.

 

J’interpelle à ce titre le Gouvernement par une question écrite.

 

- Nous sommes en guerre
C’est le leitmotiv du gouvernement : oui nous sommes en guerre !
Dans ces conditions, appliquons l’article 35 de la Constitution sur la déclaration de guerre, ce qui doit permettre au Gouvernement de prendre des mesures de restriction d’aller et venir pour tout individu présent sur le territoire national dont les activités prouvent qu’il est au service d’une « puissance » ou « organisation terroriste étrangère ».
C’est là l’application de l’état de droit permanent tant en 1914 qu’en 1939.

 

Assez d ’hypocrisie gouvernementale, appliquons tout l’état de droit sans exception !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 26 août 2016

 

A/S: Burkini /Conseil d'Etat : La question demeure plus que jamais !

La décision du Conseil d’Etat de ce jour est conforme à la jurisprudence de la haute juridiction administrative, elle n’est en rien étonnante.

Un maire peut limiter l’exercice d’un culte si localement il provoque des troubles à l’ordre public, on pourrait citer et il y a de la jurisprudence, le cas d’un curé qui sonnerait les cloches à la volée à chaque heure de la nuit réveillant toute la ville, le maire dans ce cas même en cas de culte peut en limiter l’exercice.

Pour la religion islamique on pourrait citer les prières de rues qui provoquent des troubles.

En l’occurence la décision du Conseil est intéressante car en se fondant sur l’exercice d’un culte il reconnait que le burkini est un habit religieux et non un simple maillot de bain!

Et c’est en cela que le burkini est bien un MARQUEUR identitaire et un outil prosélyte d’une religion, il n’est en rien un simple habit de bain, il porte en lui une certaine conception de la femme qui ne saurait montrer son corps source de désir et de péché!

 

Pour parler clairement c’est là un véritable retour en arrière par rapport à notre conception de l’égalité des sexes.


C’est en en cela que la décision du Conseil d’Etat n’a rien résolu, pire en donnant raison prima facie aux porteuses du burkini elle encourage des dérives communautaristes porteuses de tensions à venir.

Le burkini n’est plus une simple question de légalité , c’est devenu un enjeu de société, il est urgent de s’en rendre compte avant que nous ne le regrettions amèrement !!!!!!

Le Parlement doit s’en saisir pour y mettre un terme !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 17 août 2016

 

A/S : Le Burkini un marqueur communautaire !

La question de l'interdiction du port du burkini suscite des polémiques voire les sarcasmes de la presse anglo-saxonne toujours prête à se laisser aller aux railleries anti françaises.

En réalité cette question mérite plus et beaucoup mieux que des polémiques d'où quelles viennent. 

Il est indéniable en premier lieu qu'elle doit être replacée dans le contexte des attentats que la France vient de connaître et qu'à ce titre — comme l'a relevé le tribunal de Nice—le port de ce burkini en période de l'état d'urgence peut apparaître comme une provocation .

De plus il est légitime que les femmes françaises qui ont conquis avec force l'égalité des sexes,  jugent cet habit comme étant " archaïque" comme l'a dit à juste titre la ministre Laurence Rossignol, avis partagé par la totalité ou presque des Français quel que soit leur sexe !

Mais au delà de l'égalité des sexes la question du burkini traduit les dérives communautaristes voulues par les salafistes, au nom de l'interprétation d'un Islam quasi sectaire qu’ils veulent voir appliquer en France .

Comme l'a très bien analysé Soufiane ZITOUNI, musulman croyant et soufiste, le voile et la burqa sont des marqueurs identitaires, tout comme l'est désormais le burkini. Il traduit la volonté des intégristes salafistes de faire prévaloir dans la société leur conception identitaire, c'est là une dérive communautaire complète dont l'objectif est la reconnaissance à terme de la supériorité de leurs conceptions  religieuses sur les lois de la République !

Après le voile et  le burkini viendront d'autres exigences qui conduiront si nous les acceptons par faiblesse et crainte à la balkanisation de la Nation en d'autant de communautés de plus en plus méfiantes puis hostiles entre elles.

Cette dérive suscite à juste titre le rejet des Français. 

Les choses sont très simples : les pouvoirs publics agissent fermement pour mettre un terme à ces dérives ou les Français réagiront directement sur le terrain , le gouvernement est prévenu !

Quant aux  anglo-saxons fiers de leurs sarcasmes , je leur donne rendez vous dans quelques mois ,voire quelques années et " Rira bien qui rira le dernier ", ils pourront alors, méditer un peu tard en sanglots sur leur lâche naïveté !!!!!

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 02 août 2016

 

A/S : RETOUR "EN " ET "DE " CRIMÉE

A l'initiative de Thierry Mariani, député des Français de l'étranger et à l'invitation du député russe Leonid Slustky Président du groupe d'amitié Russie-France à la Douma et de sa fondation, j'ai effectué un deuxième séjour en Crimée du 29 au 31 Juillet 2016 avec une dizaine de collègues députés.

Je m'étais déjà rendu en Crimée en Juillet 2015 dans les mêmes conditions.

De ce séjour je retiens les points marquants suivants:

Devoir de mémoire et conscience collective.

-Notre séjour a débuté par une visite au mémorial Krasny érigé sur les lieux d'un camp de concentration à Simféropol. L'occupation nazie a été particulièrement odieuse en Crimée. Plus de 20 000 personnes ont été assassinées dans ce camp dont le mémorial a été inauguré le 9 Mai 2016.

Lors de la visite guidée par le Président du Conseil d’Etat de Crimée ( gouvernement)Vladimir Konstantinov, on saisit immédiatement le poids de la deuxième Guerre mondiale dans la mémoire collective des Criméens. La grande Guerre patriotique célébrée par Vladimir Poutine parle à l'évidence avec force au peuple russe qui a perdu 27 millions de morts. La Russie et la Crimée sont en communion totale avec leur passé et leurs héros qu'elles glorifient.

-A Sébastopol, nous avons déposé une gerbe au monument français du cimetière de la guerre de Crimée -1854, 1856- il s'agit du plus grand cimetière français à l'étranger 110 000 soldats y reposent.

Les autorités locales entretiennent les lieux alors que le gouvernement français a cessé de le faire en raison du rattachement de la Crimée à la Russie.

-Visite de la Synagogue de Sébastopol: un moment très émouvant a été la visite de la nouvelle synagogue de Sébastopol où nous avons été accueilli par un rabbin de rite loubavitch.
Plus de 120 000 Juifs ont été exterminés lors de l'occupation nazie dans des conditions particulièrement atroces.

Aujourd'hui un millier de Juifs vivent à nouveau à Sébastopol et prient dans une nouvelle synagogue en cours de finition. Près de 12000 Juifs sont recensés en Crimée et ils louent ouvertement la liberté et la sécurité dont ils bénéficient grâce au gouvernement russe qui assure leur protection.
Les responsables de la communauté précisent que l'émigration vers Israël serait très faible.

Fête de la Flotte.

Nous avons assisté dans la tribune officielle à la Fête de la flotte russe dans la baie de Sébastopol. Des dizaines de milliers de spectateurs ont assisté à la parade navale qui associait discipline militaire et ferveur populaire patriotique.

22 Navires et 2 sous-marins participèrent à cette parade navale, quatre autres parades ont eu lieu en Russie dont celle de Saint-Petersbourg avec V. Poutine.

L'ambiance était bon enfant avec la présence dans la tribune officielle de nombreux enfants et d'un personnage -le chirurgien- ami de Poutine et président des motards russes portant un accoutrement étonnant fort proche de ceux des motards d'outre atlantique.....

La parade débuta par une reconstitution historique avec la Grande Catherine fondatrice du port militaire de Sébastopol.

Plusieurs exercices navals dont le débarquement de véhicules blindés amphibies étaient accompagnés de musique classique dont la  chevauchée des Valkyries de Wagner et pour le ballet final des remorqueurs-bateaux pompes par l'air de Casse Noisettes de Tchaikovsky....

Au delà de la volonté évidente de montrer le retour de la puissance navale russe , le spectateur étranger pouvait s’interroger sur la persistance du romantisme slave......

Les échanges politiques

Nous avons eu des échanges politiques très directs et ouverts avec Vladimir Konstantinov Président du Conseil d'État , les membres du Présidium et la Procureure de Crimée Natalia Poklonskaya.

L'essentiel des échanges a porté sur la situation interne de la Crimée et plus particulièrement  sur la situation des minorités.

A ce titre les autorités criméennes ont salué le rapport de l'ambassadeur suisse Gérard Stoudmann du conseil de l'Europe ( SG/inf(2016)15 Rev.) qui souligne :

" Que les cas de répression  aussi graves qu'ils puissent être , semblent davantage cibler des opposants à titre individuel, qu'il s'agisse de Tatars de Crimée, d 'Ukrainiens ou d'autres, plutôt que de refléter une politique de répression collective à l'encontre des Tatars de Crimée en tant que groupe ethnique. "

Renzi Ilyassov, ministre chargé des problèmes inter-ethniques affirme qu'il n'y a pas de conflit ethniques en Crimée.
La Crimée a institué 2 fêtes musulmanes et 2 fêtes chrétiennes, les langues tatar  et ukrainienne sont langues officielles de la Crimée comme le russe , ce qui n'était pas le cas du temps de l'Ukraine et de l'URSS.

Il existe selon Edipe Gaparov, ministre , 15 écoles tatares , 11 écoles ukrainiennes, 1 école Bulgare.

Les Tatars disposent d'un théâtre lyrique, d'un musée , d'une bibliothèque, de lieux de culte et la construction d'une grande mosquée est en cours.

40 associations tatars sont reconnues et coopèrent avec les autorités.
La quasi totalité des Tatars a reçu  des passeports. Après 110 ans d'absence, des députés tatars vont siéger à la Douma.



Il reste le cas du Mejlis du peuple tatar accusé  de terrorisme et qui aurait perpétré l'attentat contre les pilonnes électriques de haute tension qui a privé d'électricité la Crimée pendant plusieurs mois.

Il apparaît que l e Mejlis est très minoritaire et ne représente pas les Tatars dont l'immense majorité dialogue avec le gouvernement où siègent plusieurs ministre tatars dont le vice-président du Conseil d'Etat R. Babled.

En ce qui concerne les disparitions, les enquêtes sont ouvertes systématiquement selon la Procureure, certaines disparitions seraient aussi dues par des règlements de comptes, ou par des départs en Syrie.

Si des oppositions ethniques demeurent elles semblent être limitées à des individualités ce que souligne le rapport Stoudmann.

-Radicalisation islamique: 
selon la Procureure il n’y aurait pas de radicalisation islamique notable, mais selon le ministre R.Balbek plus de 300 Tatars seraient partis en Syrie et il accuse les autorités ukrainiennes de fermer les yeux sur un camp d’entrainement jihadistes à Kherson. 

Sur le plan plan économique le Président V.Konstantinov affirme que la Crimée connaît une forte croissance économique +17 % en un an et une forte augmentation du tourisme + 30% .
De nombreux chantiers sont en cours dont l'agrandissement de l'aéroport de Simféropol,  ce qui serait une aubaine pour les entreprises françaises.
Quant au fameux pont de Kerch il serait terminé en 201 8 pour le trafic routier et 2019 pour le trafic ferroviaire.

La France se doit de tourner la page du rattachement de la Crimée à la Russie.

Notre voyage a suscité encore les critiques de certains aveugles qui refusent de reconnaître les réalités sociologiques, politiques et stratégiques.
La Crimée est russe sociologiquement, historiquement les Criméens se sont prononcés très fortement par référendum pour le retour à la Russie en 2014 et même s’il fut fait avec rapidité il n’est pas contestable que les résultats - pour le rattachement à une forte majorité exprime la réalité de la population de la Crimée. Il est vain de le contester.

Dans ces conditions poursuivre une politique d’ostracisme et de sanctions l’égard de la Russie conduit à une impasse c’est une bévue majeure, une faute.
Aucune sanction ne pourra faire revenir la Russie et la Crimée sur leur choix. La politique des sanctions est intenable !

Il faut en tirer rapidement les conséquences et les leçons et lever les sanctions comme l’a demandé le Parlement français afin de rétablir des relations normales avec Moscou, dans notre intérêt bien compris et l'intérêt de l'Europe.

La France et la Russie ne combattent elles pas ensemble un ennemi commun le terrorisme et Daech ? 
Il est temps d'en tirer les conséquences logiques.

Relevons enfin que la Crimée n'est pas le Donbass, les questions ne doivent pas être confondues, la Crimée est en paix , le Donbass en guerre, cela devrait suffire à nous mobiliser pour pousser tous les protagonistes de cette dernière région à trouver une solution !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 25 juillet 2016

 

Combattre les terroristes grâce à une politique globale

Le terrorisme islamique vient de frapper à nouveau à Nice, après Charlie Hebdo, Saint-Quentin-Fallavier, le Bataclan, Magnanville. L’Allemagne est également victime. Daech vient de renouveler ses menaces. À chaque fois, les services de police sont mis en cause, conformément à l’adage  « il y a eu des failles puisqu’il y a attentat ».

C’est oublier que la sécurité parfaite n’existe pas, surtout face à un ennemi qui est tapi dans l’ombre pour frapper à sa guise, par surprise . C’est une guerre asymétrique du faible au fort, l’assaillant marque souvent un premier point, mais perdra les suivants si nous sommes capables d’agir globalement pour faire face à la menace.

Faire face au terrorisme islamique, c’est dépasser les seuls enjeux de renseignements et de police, même si nous ne devons pas négliger les questions de sécurité. C’est aujourd’hui une question de société.

La situation que nous subissons est la combinaison de notre aveuglement sur les dérives communautaristes à l’œuvre depuis 30 ans  avec la radicalisation de l’Islam au niveau planétaire.

Sur le plan interne, notre naïveté a été sans pareille, le politiquement correct a régné en maître pour justifier nos reculades face à des activistes religieux qui utilisent à leurs fins communautaristes nos libertés.

Les naïfs ont défendu le port du voile au nom de la liberté individuelle – un bout de tissu ne menacerait pas la République – , oubliant que c’est là la face visible d’un mouvement qui masque la volonté d’affirmer une identité communautaire dont le dessein est de se soustraire à la communauté nationale en imposant ses propres règles.Le voile est un réel marqueur identitaire.

Il a fallu batailler pour bannir le voile à l’école, le Ministre de l’éducation nationale de l’époque affirmant qu’il n’y avait pas de problème, que nous véhiculions des fantasmes.
La même bataille a dû être conduite pour la loi interdisant le voile intégral et, si certains députés socialistes l’ont votée, la majorité s’est abstenue, cette loi ne pouvait qu’être mauvaise car proposée par un gouvernement et Président de la République de droite.

Pire encore, le gouvernement de Manuel Valls refuse d’appliquer la loi par crainte d’incidents.

De renoncement en renoncement, nous avons laissé se créer des quartiers où règne désormais l’ordre islamique. C’est une réalité.

Dans le même temps, le gouvernement a laissé filer l’immigration irrégulière et pratiqué avec largesse les naturalisations.

Mais cet aveuglement interne se double d’un aveuglement externe sur l’évolution de l’Islam dans le monde dont la radicalisation fondamentaliste avance depuis des décennies sous l’action conjuguée des Frères musulmans et des Salafistes, grandement aidés sur le plan financier par les potentats du Golfe et d’Arabie Saoudite.

Les naïfs ont cru voir dans les printemps arabes – qu’aucune diplomatie occidentale n’avait vu venir – une révolution démocratique alors qu’au-delà d’un « mai 68 arabe », seuls les islamistes organisés allaient empocher la mise. C’est ce qui est arrivé en Tunisie et en Egypte et constitue la cause de la guerre civile en Syrie, largement aggravée dans ce cas par les interventions extérieures en faveur de la soi-disant Armée syrienne libre (ASL) qui serait une force démocratique alors qu’elle n’est formée que d’insurgés islamistes.

Alors que faire ? Il nous faut agir avec une politique globale et de long terme.
La réponse est double :
Sur le plan sécuritaire, nos services font un bon travail, ils ont déjà évité une quinzaine d’attentats mais certains terroristes – véritable 5ème colonne- peuvent toujours passer entre les mailles du filet.
Nous sommes tous des victimes potentielles. Devenons tous des acteurs de notre propre sécurité. Il faut dans chaque ville mettre sur pied des équipes citoyennes de surveillance sous l’autorité du Maire, agent de l’Etat, qui pourront patrouiller en liaison avec les forces de sécurité. A moyen terme, nous devrons mettre sur pied une garde nationale, c’est inévitable pour quadriller le territoire. J’ai fait cette proposition depuis plusieurs années, elle n’a malheureusement pas eu d’écho.

Nous devrons aussi pratiquer une politique sécuritaire préventive et réaliste.
Il existe aujourd’hui plus de treize mille individus signalés comme étant en voie de radicalisation.
Faut-il attendre que dix ou cent passent à l’action terroriste ?

Tout étranger ou binational recensé comme radicalisé doit être expulsé. Les Français radicalisés  doivent être assignés à résidence avec un bracelet électronique.

Mais il faut aller plus loin et dépasser le seul cadre sécuritaire, la bataille est politique, donc culturelle.

Ces individus salafistes veulent imposer leurs lois, imposer les  lois communautaristes en marge de la communauté nationale.
La bataille est culturelle et commence dès l’école maternelle par l’enseignement de nos principes, de la laïcité qui ne sont pas négociables. Il n’est pas admissible d’accepter que des gamines de dix ans portent le voile.

Les sites islamiques qui propagent leur message de haine doivent être brouillés, les pays qui hébergent les serveurs dénoncés à l’opinion publique.

L’ouverture d’écoles musulmanes hors contrat doit être étroitement contrôlée, voire interdite.C’est là une source de grande ampleur de dérives communautaristes dont beaucoup d’esprits ne mesurent pas le danger pour l’avenir, se retranchant derrière la liberté de l’enseignement. 

Notre politique de naturalisation doit être revue strictement, l’acquisition de la nationalité ne peut plus être automatique mais faire l’objet d’une adhésion prouvée à la France et à ses principes.

Tout individu étranger de confession islamique condamné doit être expulsé. En effet, purger sa peine dans une prison française est un accélérateur de sa radicalisation potentielle.
Les prêches des imams doivent être préalablement contrôlés, ce qui nécessite de renforcer les moyens du Ministre de l’Intérieur. Toute mosquée qui distille la haine, fermée.

Tout combattant français dans les rangs de l’Etat Islamique doit être démis de sa nationalité en application de l’article 23-8 du Code Civil et des dispositions sur la trahison du Code Pénal.

Nous devons enfin tirer toutes les conséquences de cette situation de guerre asymétrique en politique étrangère et renouer des relations diplomatiques avec Damas pour échanger des renseignements. Il ne s’agit pas d’absoudre ce régime, mais notre ennemi est aujourd’hui l’Etat islamique et ses franchisés. Ce n’est pas Al Nosra - filiale d’Al Qaida - « qui fait du bon travail » comme a osé le dire Laurent Fabuis, mais bien les Russes et son allié de Damas, même si cette guerre civile et par proxy est accompagnée de son cortège d’horreurs.

Assez d’angélisme ouvrons les yeux sur la réalité de la menace,  la fin – la sécurité de tous nos compatriotes  sans exception quelle que soit leur religion - justifie les moyens mêmes exceptionnels !

_____________________________________  

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 20 juillet 2016

 

 

A/S : Contribution de Jacques Myard au rapport d’information de la mission d’information sur les « moyens de Daech »

Jacques Myard vous prie de trouver ci-dessous sa contribution au rapport de la mission d’information de la conférence des Présidents sur les moyens de Daech présenté le 20 juillet 2016 à laquelle il a participé :

« Les Républicains saluent l’excellent travail de la Commission d’enquête sur le financement de l’ « Etat islamique » présidée par Jean-Frédéric Poisson et dont Kader Arif a été le rapporteur, ils en approuvent les conclusions.

Ils souhaitent ajouter que les forces de l’ « Etat Islamique » ne sauraient être sous estimées et que ce mouvement terroriste bénéficie de nombreux soutiens en Irak, en Syrie et dans tous les Etats du Proche et Moyen-Orient, au Maghreb, en France et en Europe.

Il convient, en conséquence, de garder à l’esprit que la destruction en Irak et en Syrie de l’EI ne mettra pas un terme à l’action terroriste d’individus qui se réclament de son idéologie.

Il s’agit, en effet, d’une guerre asymétrique avec des réseaux souterrains dont les actions ne demandent pas de moyens financiers considérables ; ils restent à la portée de mouvements de ce type, lesquels bénéficient toujours de soutiens anonymes ou résultant de trafics divers et variés.

La réalité de cette situation, au-delà de toutes les mesures de sécurité que nous devons appliquer, exige de mettre au point un contre-discours politique afin de tenter de mettre en échec la propagande de ces mouvements terroristes. Il s’agit là d’un défi majeur.

Nous sommes engagés dans une lutte à long terme dont malheureusement l’EI après Al Qaïda est un nouveau chapitre du terrorisme islamique appelé à perdurer. »


Vous pouvez lire le rapport en suivant le lien : 
http://www2.assemblee-nationale.fr/static/14/daech/rapport-daech-tome1.pdf

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 15 juillet 2016

 

 

A/S : Attentat de Nice : regardons la situation en face, la 5ème colonne est une réalité, assez d’angélisme!


La France vient de connaitre à nouveau un terrible attentat commis par un terroriste islamique. Ce fanatique n’était a priori pas connu des services de police et il est vain d’accuser les services.

 

Le défi que nous devons relever dépasse les questions de renseignement, c’est un enjeu de société.

 

Nous devons adopter une politique globale face à des terroristes qui prospèrent grâce à notre naïveté, voire notre aveuglement.

 

En conséquence il est urgent 
-d’expulser tous les binationaux en voie de radicalisation
-d’appliquer la déchéance de nationalité de l’article 23-8 du code civil pour tout Français engagé avec Daech
-de renouer des relations diplomatiques avec Damas pour obtenir des renseignements
-d’appliquer partout sur le territoire national l’interdiction du voile
-de fermer les mosquées qui propagent la haine
-de dissoudre les associations dites culturelles qui diffusent la propagande islamique et de refuser toute ouverture d’école coranique 
-d’interdire tout financement en provenance de pays islamiques intégriste et fermer toute représentation de la ligue islamique mondiale en France
-de monter une garde nationale.

 

L’heure n’est plus à l’angélisme. Les choses sont simples : ou l’Etat agit et protège les Français ou les Français agiront d’eux-mêmes.


 Répondre Répondre à tous Transférer Supprimer  

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 11 juillet 2016

 

A/S : Retour du Kurdistan Irakien et du Liban : brèves réflexions.

J'ai effectué du 3 au 8 juillet 2016 une mission au Kurdistan irakien et au Liban, j'en retire quelques brèves réflexions.

Erbil: Kurdistan irakien

L'avion de la Middle East Arlines arrive à Erbil de Beyrouth en se dirigeant au nord et en longeant la frontière turque et évite le plus possible l'espace aérien syrien.

Dès la sortie de l'aéroport on sent la "fraicheur" ambiante 45 à 50 degrés. On est également frappé par la parfaite propreté des rues ce qui contraste avec celle des villes de la région voire de France...

La circulation est fluide, tout est calme et serein alors qu'à Bagdad un terrible attentat vient de causer la mort de 300 personnes et que le front face à l'Etat islamique qui sévit à Mossoul est à 50 km. La sécurité est assurée- Erbil a connu 2 attentats en 2015- mais les mesures de sécurité demeurent draconiennes car l'Etat islamique passe parfois entre les mailles du front pour tenter de prendre pied à Erbil.

De loin en loin des immeubles dont la construction est arrêtée ressemblent à des alvéoles de ruches d'abeilles en béton. Ils illustrent la crise économique alors qu' Erbil aspirait devenir un nouveau Dubaï. Le lancinant ronronnement des groupes électrogènes rappelle la réalité des nombreuses coupures d'electricité.

Sur le plan politique le Kurdistan irakien aspire à l'indépendance et dans les faits il n'en est pas loin, Bagdad n'y a plus de réelle influence. Le Kurdistan conserve la monnaie irakienne, et l'espace aérien et les télécommunications demeurent sous l'autorité de Bagdad.

Toutefois l'indépendance ne signifie pas unité du Kurdistan puisque l'UPK de Jaleh Talabari installé à Sulaymaniyah- ville proche de l'Iran- ne partagent pas toutes les options du PKK dirigé par Massoud Bazani à Erbil; les deux partis se sont d'ailleurs fait la guerre entre 1991 et 2003.

Si l'indépendance semble inéluctable selon nombre d'observateurs, cela ne signifie pas pour autant que cette indépendance entrainera la création d'un grand Kurdistan, tant il est vrai qu'il existe de fortes disparités voire oppositions entre les Kurdes présents en Irak, en Syrie, en Turquie et en Iran.

A ce titre on prête au Président Massoud Bazani cette phrase " il existe 22 Etats arabes, il peut bien exister 4 Etats kurdes" ! Certes mais il est peu probable que cette déclaration recueille l'approbation des Etats de la région ....Il est plus vraisemblable que les choses restent en l'état longtemps encore.

Il convient de relever que les aspirations à l'indépendance s'expriment de manière étonnante en matière religieuse par de multiples conversions au Zorostrisme, la religion ancestrale des Kurdes, l'Islam étant rejeté comme étant une religion imposée. C'est là une dimension qui ne peut pas encore être vraiment appréciée et être sans conséquence sur le devenir de ce territoire..... 

La France jouit à Erbil d'une forte notoriété et reconnaissance en raison de son soutien apporté en Août 2014 lors de l'offensive de l'Etat islamique.

Une visite avec le prêtre dominicain Michel Nageeb aux Chrétiens et Yazidis tous réfugiés de Mossoul et entassés dans des habitations de fortune permet de mesurer l'ampleur de la détresse humaine que ces minorités religieuses subissent en raison de la barbarie de l'Etat islamique. Michel Nageeb qui prie en araméen langue de Palmyre et de l'antique route de la soie vers l'Iran oeuvre sans relâche pour que ces minorités demeurent au Kurdistan. Croyant ou non on ne peut qu'être ému par son combat.

Le Liban: un Etat toujours introuvable!

Début Avril 2016, j'ai effectué une visite au Liban, force est de constater que rien n'a changé en trois mois, la situation politique reste bloquée et le Liban est à l'évidence toujours l'otage des tensions régionales entre l'Arabie Saoudite et l'Iran.

Sur le plan de la sécurité les observateurs estiment que la menace est croissante; les camps palestiniens sont des bombes à retardement qui par désespoir peuvent tomber dans les rets et la propagande islamique pour se lancer dans des actions terroristes. Telles sont les inquiétudes pour le camp d'Ain El Hilweh à Saïda, la Sidon antique, capitale de la Phénicie au sud de Beyrouth.

Toutefois il convient de relever la résistance des Libanais: c'est ainsi que le 27 Juin dernier les assaillants islamiques du village de Al Qaa au nord de la Bekaa ont été repoussés et éliminés par les habitants eux-mêmes avec le concours des Forces armées libanaises.

Quelle politique pour la France?

La stabilité de cette région est capitale pour nos intérêts et notre sécurité. Plus que jamais nous devons y être présents et actifs en y renforçant tous nos moyens.

Au moment où la France avec l'OTAN au sommet de Varsovie vient d'accepter d'envoyer un contigent militaire dans un Etat balte et ne s'oppose pas à la poursuite des sanctions contre la Russie, on est en droit de se demander si la diplomatie française n'est pas devenu aveugle face aux dangers réels qui menacent le pays!

Il est urgent de reconsidérer nos moyens budgétaires engloutis à Bruxelles- la France est débitrice nette de 8 à 9 milliards chaque année au budget de l'Union européenne- pour les réaffecter à notre défense et notre diplomatie en Méditerranée et au Proche et moyen Orient où montent tous les dangers!

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 07 juillet 2016

 

 

A/S : Brexit, reconstruire l’Europe avec et pour les Nations !


Inutile de se lamenter en chœur sur le vote du peuple britannique qui a décidé de sortir de l’Union européenne, exerçant par là son droit souverain ; il n’y a pas eu de pluie de crapauds et le Royaume-Uni est toujours en Europe ! Notre intérêt bien compris, à l’instar des autres peuples européens, est de trouver un accord qui permette de déterminer les conditions de bon voisinage avec Londres qui demeure pour nous un partenaire politique et économique de premier plan, capital en matière de défense et de lutte contre le terrorisme.

Au-delà de toutes considérations, le Brexit est le révélateur des multiples crises qui traversent l’Union européenne dont le logiciel est à bout de souffle : crise persistante de l’euro et chômage massif croissant, crise de la gouvernance du système, crise des réfugiés et échec de Schengen, tensions linguistiques, tensions franco-allemandes sur le nucléaire, tensions sur les négociations du TAFTA et du CETA, crise agricole, tensions à propos de la Turquie ou scandale des travailleurs détachés.

Avant le coup de théâtre des Britanniques, les signes avant-coureurs d’une rupture entre l’Union, ses élites, et les peuples ne manquaient pourtant pas mais ceux qui l’avaient annoncée, en refusant de voter le traité de Maastricht puis le Traité constitutionnel de 2005, n’étaient pas entendus, voire étaient vilipendés comme des « anti-européens ».

L’Union européenne ne correspond plus aux aspirations des peuples, tant il est vrai que la machine bruxelloise a capté à son profit de multiples compétences, transformant les Parlements nationaux en théâtres d’ombres et réduisant comme peau de chagrin les démocraties nationales.

La réalité de ce processus dépasse largement le seul Brexit et affecte l’ensemble de la construction européenne qui a dérivé progressivement d’une coopération entre les peuples vers un intégrationnisme européen rigide provoquant de nombreuses frustrations.

Tout est à reconstruire. Il est urgent de sortir de l’idéologie intégriste et de revenir à la conception originelle du traité de Rome, celle d’une coopération entre les peuples, entre les Nations. A défaut, il est à craindre que l’idée même d’une union européenne soit anéantie.

Cette reconstruction doit s’accomplir grâce à un nouveau traité qui redéfinisse les termes de cette union entre les Nations d’Europe et sur lequel les peuples européens auront à se prononcer par référendum.

Le nouveau traité doit offrir la possibilité de coopérations variées selon les besoins qui se font jour entre les Etats-membres. Loin d’être une régression, cette « Europe à la carte » permettra de sceller, avec souplesse et pragmatisme, des coopérations efficaces dans de nombreux domaines : coopérations industrielles, lutte contre le terrorisme... Au lieu de subir, les Nations doivent rester maîtresses de leur destin et librement participer à des projets déterminés sans pour autant aliéner leur souveraineté.

Il est vain de croire que l’on puisse organiser une démocratie à l’échelle d’un continent de 500 millions d’habitants comme on le fait au niveau d’une ville ou d’un pays. C’est pourquoi l’élection d’un Parlement au suffrage universel est inappropriée. Si l’on veut réconcilier souveraineté nationale et coopération européenne, il importe que l’Assemblée européenne soit recomposée sur le socle des Parlements nationaux. La Commission doit se transformer en simple secrétariat, ne pouvant prendre de décisions que sur la base d’un mandat clair, explicite des Etats. Le Conseil, représentant des Nations, c’est-à-dire des peuples, doit avoir la prééminence, après consultation de l’Assemblée européenne, émanation des Parlements nationaux. La plupart des compétences de l’Union européenne doit être restituée aux Etats selon le principe de subsidiarité, enfin rétabli et pleinement respecté.

La liberté de circulation des biens, services et capitaux doit être maintenue dans un marché unique. Il ne s’agit pas de revenir à un protectionnisme étroit et contreproductif. Surtout, le principe de concurrence doit être complété par une politique industrielle qui défende et prenne en compte les intérêts français et européens face aux concurrents mondiaux. De même, le principe de réciprocité doit être clairement réaffirmé dans nos relations avec le reste du monde.

Nous partageons en Europe nombre de principes et de valeurs culturelles mais il est vain de croire que l’Europe se transformera en « Europe puissance », en raison même de son hétérogénéité et du fait que le monde ne fonctionne plus sur le mode des blocs : désormais, c’est la mission qui commande la coalition. A ce titre, les alliances, les soutiens dépassent le cadre étroit de l’isthme européen et la mondialisation transcende le débat européen - La France a de nombreux alliés dans le monde qu’elle sait rallier à sa cause.

L’actuelle Union européenne ne doit pas être confondue avec l’Europe, elle n’est qu’une phase transitoire de la construction européenne. C’est avec les Nations d’Europe qu’il faut construire, non contre elles pour fonder le nouveau Pacte européen des Nations.


Jacques Myard
Député des Yvelines
Membre de la Commission des affaires étrangères
et de la Commission des affaires européennes
Président du Cercle Nation et République
Candidat à la primaire de la droite et du centre

_________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 27 juin 2016

 

A/S : Pass Navigo, la fermeté de Valérie Pécresse paye ! 

Jacques Myard salue la fermeté de Valérie Pécresse face au gouvernement sur le financement du Pass Navigo qui a été fixé par l’ancienne majorité régionale à 70€ alors que cette décision n’était pas financée. 

Valérie Pécresse a exigé du gouvernement qu’il prenne ses responsabilités afin que cette mesure démagogique de l’ancienne majorité socialiste n’obère pas le financement pour le RER qui sont indispensables pour rétablir des services publics dignes de ce nom. 

En conséquence, l’augmentation ne sera réduite que de 3€ au lieu de 15€.

Jacques Myard tient à féliciter Valérie Pécresse pour sa gestion de la région qui contraste au combien avec son prédécesseur

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 24 juin 2016

 

A/S Brexit : Brouillard dans la Manche, l'Europe est isolée !

Le peuple britannique a exercé en toute liberté son droit souverain à l’indépendance et, n’en déplaise aux oiseaux de malheurs, la terre continue de tourner.

L’Union européenne est mortelle, c’est désormais une évidence, car elle nie les réalités nationales et poursuit, quoi qu’il arrive, son leitmotiv fédéral « toujours plus d’Europe ». Son objectif est de faire vivre les peuples d’Europe dans un immense kibboutz sous son contrôle étroit.

Elle est désormais en décalage complet avec les peuples et son rejet gagne quasiment tous les peuples européens, au grand dam des élites qui dénoncent à satiété les « populistes ».

Ces élites restent enfermées dans l’attitude méprisante de ceux qui savent mieux que les peuples. Brecht n’avait pas tort, « le peuple s’est trompé, changeons de peuple ! ».

Tout est désormais à reconstruire car si cette Union européenne a conduit l’Europe à l’échec, nous avons besoin de coopération entre Européens - La France, l’Allemagne, l’Angleterre ont des intérêts et besoins communs – sans pour autant tomber dans l’idéologie intégriste et aliénante. 

Refonder la coopération européenne, c’est le seul chantier qui vaille !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 14 juin 2016

 

A/S : Assassinat de deux policiers dans les Yvelines : la naïveté, ça suffit !

Combien faudra-t-il encore de victimes lâchement assassinées par des terroristes islamiques pour que nous prenions collectivement des mesures radicales pour ramener la paix civile ?

En effet, nous sommes confrontés à une véritable 5ème colonne qui sera d’autant plus active que l’Etat Islamique est en recul et qu’il va mener partout une guerre asymétrique, faisant ainsi des émules dans le monde entier.

Dans ces conditions, il nous faut prendre les moyens de notre politique.

- Cesser toute immigration nouvelle car il est notoire que des terroristes se sont mêlés aux réfugiés.

- Arrêter tout regroupement familial

- Rétablir le contrôle à nos frontières nationales et renforcer la coordination des fichiers de police et autres

- Expulser toute personne étrangère manifestant des signes de radicalisation en procédure d’urgence et administrative, ce qui nécessite de modifier la loi

- Instituer la déchéance de nationalité pour interdire de retour sur le territoire national tout individu ayant rejoint des zones de combat en Irak, en Syrie ou en Libye ainsi que dans le reste du monde

- Fermer systématiquement, sur décision administrative, les lieux de culte propageant des discours de haine

- Instaurer un réel état d’urgence permettant les perquisitions de nuit. Le Gouvernement s’y est refusé sous la pression de sa gauche activiste !

- Placement dans des centres de rétention administratifs de tout individu manifestant ostensiblement des signes de radicalisation et de prosélytisme.

- Prévoir des sanctions aggravées pour tout propos ou prosélytisme islamiste

- Appliquer fermement la loi sur l’interdiction du voile intégral dans l’espace public. Assez de laxisme !

Il n’y a plus à hésiter : cessons d’être naïfs ! Il y va de la sécurité de tous les Français !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 07 juin 2016

 

 

A/S Inondations : retards dans la sécurisation des transformateurs électriques, J. Myard réclame des sanctions à l'encontre de ERDF

Jacques Myard a posé ce jour une question écrite au ministre de l’industrie et au ministre de l’intérieur afin de les alerter sur l’absence de sécurisation des transformateurs électriques de moyenne tension et de moyenne haute tension d’ERDF qui sont encore situés dans des zones inondables de la Seine.

Cette situation qui perdure malgré les avertissements répétées des collectivités territoriales et de l’Etat à ERDF n’est pas acceptable ! En effet, depuis plus d’une dizaine d’années, l’Etat et les collectivités locales ont demandé à ERDF que ces équipements soient mis hors d’eau et sécurisés afin que les inondations aient des conséquences strictement limitées aux zones submergées et soient le moins néfaste possible pour les zones contiguës. Or rien n’a été fait !

En conséquence, il demande aux ministres concernés de prendre des sanctions contre les responsables de ces incuries dont les effets ont privé d’électricité des dizaines de milliers de Français lors de la crue de la Seine, dans les Yvelines notamment. Il lui demande de bien vouloir donner des instructions fermes à ERDF afin que ces installations électriques localisées dans les zones inondables de la Seine soient mises hors d’eau sans délai.

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 31 mai 2016

 
 
Rapport d'information n° 3723 
De Jacques Myard et Nathalie Chabanne 
Impact de la législation européenne en matière de services publics de réseaux : le cas des télécommunications

 


Le 4 mai 2016, la commission des affaires européenne de l’Assemblée nationale a adopté, à l’unanimité, le rapport de Nathalie Chabanne (député des Pyrénées-Atlantiques, groupe SER) et de Jacques Myard (député des Yvelines, groupe LR), à propos de l’impact de la législation européenne en matière de services publics de réseaux et plus spécifiquement du cas des télécommunications.

Depuis la grande vague des déréglementations des années 1980-1990, fondée sur la prééminence accordée à l’intérêt du consommateur sur le producteur, les arguments n’ont pas manqué pour justifier la fin des monopoles publics, au premier chef ceux des télécommunications.

 


En érigeant en clé de voûte le principe de libre concurrence pour toute l’économie européenne, l’Union européenne a lancé un processus économique qui a entrainé un bouleversement de l’économie des services publics de réseaux jusqu’alors fondée sur la théorie du monopole naturel. 

Or, là où la conception française traditionnelle définit le service public comme un instrument au service d’objectifs relevant de l’intérêt général définis dans le cadre d’une politique publique, l’Union européenne a retenu une approche différente : celle du simple constat de l’existence de manques, qu’il convient de pallier, de manière aussi limitée que possible, par ce qui relève d’un monopole naturel.

Alors que la création d’un véritable marché unique du numérique (MUN) en Europe est l’un des objectifs de la stratégie numérique pour l’Europe de mai 2010 (« Agenda numérique pour l’Europe »), l’une des sept initiatives phares de la stratégie UE 2020, et deuxième priorité du président Juncker, cette logique a aujourd’hui atteint ses limites

En effet, il existe toujours des zones non ou mal desservies en matière de téléphonie mobile ainsi qu’en matière de très haut débit. De plus les industriels européens sont confrontés à la concurrence des multinationales américaines ou autres.

Tel est bien l’enjeu : aujourd’hui, le marché a été restructuré au seul profit des consommateurs des zones denses, et la fracture numérique est une réalité. L’ouverture sans restrictions du marché européen et la baisse des prix se traduisent par une moindre capacité d’investissement, donc d’innovation européenne. 

Il semble cependant qu’une évolution soit possible. 
Au niveau européen, il existe une différence d’approche entre les différentes directions de la Commission européenne, entre direction « sectorielle » favorable à un rééquilibrage entre le consommateur et les nécessaires investissements d’avenir, et direction « concurrence ». Il faut soutenir ce rééquilibrage.

Il y va non seulement du futur de l’industrie européenne des télécommunications, mais aussi de la satisfaction des consommateurs à terme, et surtout de la réponse à la demande – fondamentale – d’un accès égal de tous les citoyens européens à la révolution numérique. En effet, les investissements d’aujourd’hui seront les innovations de demain dont bénéficieront les consommateurs.

Vous pouvez lire le rapport en cliquant sur le lien ci-dessous :


http://www.assemblee-nationale.fr/14/europe/rap-info/i3723.asp

Rapport d’information n° 3723 déposé en mai 2016 par la Commission européenne sur l’impact de la législation européenne en matière de services publics : le cas des télécommunications présenté par Nathalie CHABANNE et Jacques MYARD

_____________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 24 mai 2016

 

A/S : Affaire Bruno Bézard ou la mort de l'Etat !

C’est avec stupéfaction que Jacques Myard apprend que Bruno Bézard, directeur général du trésor, quitte son poste pour pantoufler dans un fonds d’investissements Cathay Capital, constitué de fonds franco-chinois, et qui est dirigé par un entrepreneur chinois MingPo Cai.

Ce fonds a pour mission, selon la presse, d’investir dans des entreprises non cotées.

Le Directeur du Trésor n’est pas un fonctionnaire lambda qui ne disposerait d’aucune information sensible sur la situation économique de la France et sur les entreprises françaises, sans mentionner la conduite des négociations économiques et financières internationales de l’Etat.

Ce pantouflage s’est-il fait dans le dos du Gouvernement ce qui serait proprement incroyable compte tenu de la qualité de l’intéressé, ou l’a-t-il approuvé ?

Jacques Myard rappelle que la Délégation parlementaire au renseignement, dans son rapport au président de la République de 2014 avait relevé la légèreté du ministère de l’économie et des finances en matière de sécurité et des tentatives de pénétration des services étrangers.

Après l’embauche du directeur du Trésor porteur de secrets d’Etat par un fonds d’investissements dirigé par un Chinois, on est en droit de se demander si cette administration a dépassé le degré de naïveté pour entrer dans la zone grise dangereuse de la collaboration avec des puissances étrangères !

Jacques Myard entend exiger du Gouvernement des explications urgentes sur cette décision qui laisse pantois.

Le Gouvernement est-il naïf ou complice ?

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 18 mai 2016

 

 

A/S Europe : capitale Berlin !


L’Europe traverse une crise profonde, une crise structurelle, elle est en échec !

Cette situation n’est pas le résultat du hasard, mais les conséquences de choix macro-économiques et d’une forte dose d’utopie.

L’idée constante des thuriféraires de la construction européenne est de créer un bloc, un super Etat, une Europe fédérale.

Et à chaque fois que leur projet rencontre des difficultés et surtout s’éloigne des objectifs idéalisés, la réponse est toujours la même : « il faut aller plus loin, il faut plus d’Europe ».

Ce discours lancinant pourrait prêter à sourire s’il ne prenait pas le tour d’une tragédie avec la dernière proposition, sidérante, de créer un gouvernement fédéral de l’euro avec un ministre du Trésor européen et un Parlement de l’euro.
Jamais, sans doute, la fuite en avant n’a été portée à un si haut niveau d’abdication nationale !

Qui peut croire que la France dont le tissu industriel a fondu au soleil de l’euro fort imposé par Berlin pourra faire le poids face à l’Allemagne ?

Vous avez dit Europe ? Ah oui, Capitale Berlin _____________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 12 mai 2016

 

 

A/S : Rejet censure : " Et maintenant que vais-je faire ? "

On a assisté cette après midi à l'assemblée Nationale à un débat pathétique où un Premier Ministre lâché par sa majorité ne tient debout que par la minerve des institutions !

En effet pour la première fois dans l'histoire parlementaire de la 5ème République des députés de la majorité présidentielle ont tenté de présenter une motion de censure contre leur propre gouvernement, du jamais vu !

Le débat n'est pas celui du 49,3 qui permet le vote bloqué et qui est légitime pour mettre chacun devant ses responsabilités , la réalité c'est la fracture du PS qui va désormais paralyser l'action du gouvernement et du Président de la République, c'est à dire rendre la France ingouvernable en dehors de l'inauguration des chrysanthèmes !

La minerve des institutions qui tient hors de l'eau la tête du Premier Ministre et du Président de la République ne suffit plus ! 
Cette majorité est désormais entrer en guerre intestine et toute maison divisée contre elle même périt. 

Ce soir le Premier Ministre et le Président doivent se dire chacun en ce qui le concerne " Et maintenant que vais-je faire? " alors que la rue ivre de ses nouvelles illusions soixantehuitardes renoue avec la violenc, en ce joli mois de Mai.

L'exécutif va t-il choisir de durer jusqu'au gong final enfermé dans ses impasses idéologiques répétant à l'envi " Ça va mieux !" ou va t-il jeter l'éponge ?

Une chose est certaine ça va tanguer car ils ont tout fait pour cela !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 09 mai 2016

 

A/S : Journée de l'Europe, pas pour la Grèce!

On connaissait « l’Ottoman étrangleur », justement dénoncé par tous ceux qui avaient pris le parti des Grecs dans leur guerre de libération contre l’empire ottoman.

On connaît moins « l’euro étrangleur » qui est en train de détruire méthodiquement l’économie grecque, et, au-delà, l’économie de tous les Etats de la zone euro, à l’exception de l’économie dominante de l’Allemagne.

Ce « jour de l’Europe » ressemble davantage à un slogan inspiré de la méthode Coué pour faire passer un projet idéologique au goût amer ; on est frappé par l’aveuglement qui consiste à ruiner des économies par la purge d’une dévaluation interne pour sauver une monnaie unique, inadaptée et dévastatrice.

Ainsi, la belle idée de la construction européenne est mise en danger par les idéologues de Bruxelles et de Francfort , puissamment relayés par l’intérêt impérial de Berlin qui impose son diktat à toute l’Europe, dans la lâcheté indifférente de Paris et des autres.

Cette situation conduit à l’implosion voire à l’explosion de la construction européenne.

A une semaine de la Pentecôte, croyants ou mécréants, faisons le vœu que les lumières divines de l’Olympe permettent enfin le retour de la Raison, si chère à la philosophie grecque dont nous sommes collectivement les héritiers aujourd’hui indignes !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 03 mai 2016

 

A/S : Proposition de loi de Jacques MYARD visant à alourdir les sanctions pour lutter contre la détention illégale d’armes

Le marché illégal des armes en forte expansion constituent un problème majeur de sécurité, alimentant la délinquance et le terrorisme dans un jeu périlleux de vases communicants. 

L’expérience britannique démontre que la lourdeur des peines encourues a grandement mis un frein aux trafics d’armes en tout genre.

Jacques Myard a, en conséquence, déposé une proposition de loi, cosignée par trente-deux de ses collègues, afin d’alourdir les sanctions, amendes et peines d’emprisonnement, en cas de violation des dispositions du Code de la sécurité intérieure relatives à l’acquisition, la cession et la détention d’armes et de leurs munitions. 

Vous pouvez consulter la proposition de loi n° 3707 en cliquant sur le lien suivant :
 

_____________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 21 avril 2016

 

A/S : La langue française est-elle devenue langue morte ? Le globish, ça suffit !

Jacques Myard appelle l’attention de la ministre de la culture et de la communication, par question écrite, sur le championnat de Formula E qui se tient à Paris le 23 avril dont les organisateurs font peu de cas du respect de la langue française.

On peut lire, en effet, sur les barrières installées sur l’esplanade des Invalides des mentions, toutes sans exception en anglais, comme «single-seater car race » ou «drive the future ». Il est ainsi regrettable que ce championnat de voitures 100% électriques qui se veut respectueux de l’environnement n’ait pas le même souci concernant le respect de notre langue.

Cet affichage rédigé dans le sabir international n’est qu’une illustration des nombreuses infractions que l’on peut constater à la « loi Toubon ». Il s’agit, en outre, d’une violation directe de l’exigence constitutionnelle que pose l’article 2 de notre loi fondamentale, selon laquelle « la langue de la République est le français ».

J. Myard rappelle que la plus glorieuse des voitures électriques qui a franchi, le 29 avril 1899, sur la route d’Achères près de Maisons-Laffitte, la première, les 100 kilomètres à l’ heure s’appelait « La Jamais Contente » et qu’au vu du spectacle affligeant de cet affichage en globish déployé sur l’esplanade des Invalides, elle en a court-circuité ses batteries !

Il lui demande, en conséquence, de faire respecter les dispositions législatives sur l’usage de la langue française lors de manifestations qui se tiennent en France avant que les Français en colère ne le fassent eux-mêmes par la force !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 15 avril 2016

 

 

A/S : Retour d’un Liban introuvable

 

Du 9 au 14 Avril 2016 j’ai effectué, dans le cadre du groupe d’amitié franco-libanais, une mission d’information au Liban, avec une dizaine de députés. Cette visite a été fort bien préparée par le président du groupe d’amitié Henri Jibrayel qui nous a ouvert de nombreuses portes de la société libanaise pour des entretiens sans tabou. Chaque député a payé son voyage.

 

Nous avons rencontré 
-de nombreux députés, des magistrats dont le premier President de la Cour de Cassation, des industriels et chefs d’entreprises
-les ministres de la culture Raymond Araiji, des affaires étrangères Gebran Bassil
-Mohamed Raad, président du bloc Hezbollah au Parlement 
-Sleiman Frangié, chef du parti Marada
-Saad Hariri, chef du courant du futur
-Michel Aoun, général, chef du courant patiotique libre
-Amine Gemayel, ancien Président de la République et son fils Samy chef du parti Kataëb
-Mgr Béchara Boutro Raï, cardinal, patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient

-Samir Geagea, chef des forces libanaises
-Walid Joumblat, chef du parti socialiste progressiste
-Jean Kahwaji, commandant des forces armées libanaises 
-Nabih Berri, président de l’assemblée nationale libanaise

 

De plus, nous avons effectué une visite aux soldats français de la FINUL , qui participe à la stabilisation du sud Liban, qui est aujourd’hui selon eux le lieu le plus sûr du Liban. Il convient de souligner l’exceptionnel engagement et travail de nos forces au sein de la FINUL qui font l’objet d’un satisfecit unanime des Libanais

 

Nous avons aussi rendu visite aux moines du monastère Saint Antoine de Qozhaya , haut lieu des chrétiens maronite dans la vallée sauvage de Qadicha, un trésor de la nature où vivent encore des ermites. Croyant ou non, on est saisi par la beauté des lieux ; le musée du monastère contient une crosse qui aurait été donnée par le Roi de France Louis IX, St Louis .


Nous effectué un passage au monastère de Saint Maron de Annaya où repose Saint Charbel , moine ermite vénéré par les Chrétiens maronites .


Nous avons aussi rencontré pour plusieurs entretiens notre Ambassadeur Emmanuel Bonne.

 

De cette mission je retiens les points forts suivants:

 

1.La sécurité : les mesures de sécurité sont générales, permanentes et appliquées avec rigueur; tous les chef de partis vivent dans des quasi-bunkers gardés par des hommes lourdement armés, toute visite doit être annoncée à l’avance , parfois avant d’y accéder il faut franchir plusieurs barrages, c’est le cas dans la montagne des zones chrétiennes . Le Parlement est entouré d’un périmètre fermé, gardé et contrôlé. La menace de l’Etat islamique est prise très au sérieux et des cellules dormantes sont démantelées tous les jours par les forces armées 

 

2.L’élection du Président de la République. Le Liban n’a plus de Président depuis deux ans en raison de l’absence de quorum au Parlement des 2/3 des députés pour élire le Président .Le général Aoun appuyé par le Hezbollah et Sleiman Frangié soutenu par les Sunnites de Hariri sont en lice.

 

Beaucoup estiment que la question sera résolue lorsqu’un accord sera trouvé en Syrie , c’est-à-dire lorsque l’Iran et l’Arabie Saoudite auront levé leur veto. Reste à savoir si le Hezbollah a ou non une complète autonomie et s’il souhaite faire prévaloir son propre agenda libanais. Certains accusent le Hezbollah de vouloir faire pourrir la situation afin d’obtenir une modification de la constitution en sa faveur, il s’estime, en effet, sous-représenté au Parlement.

 

3.Le Hezbollah: Ce mouvement suscite de nombreuses interrogations, il ne dit mot lorsque je l’interroge sur ses pertes en Syrie, se bornant à dire qu’il y combat pour protéger le Liban, « sans Bachar le terrorisme s’installera à Damas et le Liban sera en danger. L’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie ont aidé les terroristes ». Ses pertes en Syrie seraient de plus de 2000 morts. Cette analyse pro régime de Damas est aussi partagée par de nombreux Libanais rencontrés.
Toutefois nombreux sont nos interlocuteurs qui reconnaissent au Hezbollah une totale discipline ainsi que la qualité d’agir avec rationalité , tout en s’interrogeant sur sa force militaire estimée à au moins 10 000 hommes, fortement armés.

 

4.L’appréciation de la France : La France déçoit , des critiques s’expriment avec force chez les chrétiens -mais pas seulement- qui s’estiment abandonnés. Tous demandent un retour de la France afin de peser sur les nécessaires solutions dans la région.

 

5.La classe politique est globalement rejetée; fidèle à leur génie du commerce la diaporama libanaise s’est transformée en « rouliers de la mondialisation », bâtissant des fortunes colossales en Afrique ou ailleurs, sans pour autant oublier la mère patrie où ils investissent dans l’immobilier, et tout en entretenant de multiples relations politiques et d’affaires selon le mode oriental très loin des standards et normes européennes...

 

Le Liban demeure plus que jamais une société confessionnelle organisée autour de chefs charismatiques , voire claniques, mais il demeure un laboratoire atypique au Proche Orient mais son modèle risque fort de périr sous la pression des multiples tensions et guerres de la région.

 

La France doit y revenir en retrouvant une politique étrangère indépendante , elle bénéficie encore d’un grand capital de sympathie; mais le temps presse car nos chers alliés nous taillent des croupières et y prennent des positions qu’il sera impossible de reprendre.La langue française recule face au globish réducteur !

 

Il n’est pas certain que le voyage que doit effectuer François Hollande au Liban le 16 Avril, pour 24 heures, dans un périple qui le conduit en Jordanie et en Egypte, soit de nature à apaiser les critiques, bien au contraire ! Les Libanais se sentent la portion congrue.

 

La plupart de nos interlocuteurs nous mettent enfin en garde contre les illusions dans la lute contre l’Etat islamique ," on ne le combat pas avec de bons sentiments et les droits de l’homme", avec les terroristes islamiques c’est une lutte à mort qui s’engage, et la France ne sera pas épargnée, elle risque de payer chèrement ses illusions !

 

L’Etat libanais, garant de l’intérêt général, est bien aujourd’hui introuvable , mais la culture libanaise demeure plus que jamais et la France a toujours une carte à y jouer pour revenir dans le jeu proche-oriental, malgré les fautes lourdes du gouvernement actuel et plus particulièrement de l’ancien ministre des affaires étrangères Laurent Fabius !

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 13 avril 2016

 

A/S : Cannabis & Socialistes : démission de Le Guen !

A l'évidence, en proposant de légaliser le cannabis, le socialiste Le Guen persiste dans la démagogie populiste et veut se faire de la publicité chez tous les consommateurs de drogue au mépris de la santé de nos concitoyens.

Il s'agit là d'une faute sans appel : le cannabis a des conséquences désastreuses sur la santé des adolescents, sa dépénalisation constitue une escroquerie intellectuelle en laissant entendre que cette drogue est inoffensive. De plus, cette proposition laisse accroire que les interdits sont sans effet alors qu'ils sont nécessaires pour structurer toute société.

Cette proposition participe directement à la destruction de tout repère pour nos jeunes concitoyens .

Une nouvelle fois, après ses salles de " shoot", JM. Le Guen gagne le premier prix de l'irresponsabilité ; et il est encore ministre, il doit démissionner !

________________________________________

Communiqué de presse: 05/04/2016 - Candidature aux primaires

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 05 avril 2016

 

A/S : Pourquoi je suis candidat aux primaires

 

J’ai décidé après une longue réflexion d’être candidat aux primaires dans ma famille politique, les Républicains.

Mon objectif est de faire prendre en compte dans le débat le rétablissement de la souveraineté de la France.

 

Aujourd’hui les réalités sont simples. La France n’a plus la maîtrise de ses décisions, elle n’est plus souveraine. Elle subit au nom de l’idéologie des décisions supranationales de plus en plus nombreuses et contraignantes dans tous les domaines.

 

La zone euro est en crise économique et le chômage atteint des records, nos frontières sont devenues des passoires mettant en cause la sécurité des Français. Notre politique étrangère est dans une impasse au détriment de nos intérêts, la France est hors-jeu au Proche et Moyen-Orient.

 

De plus le pacte national est menacé dangereusement par les dérives communautaristes qui bafouent la laïcité.

 

La Nation doit être replacée au cœur du pacte républicain.

Aujourd’hui, j’ai la profonde conviction que l’enjeu majeur pour la France est le rétablissement de la souveraineté de la Nation fondement de son indépendance et de notre liberté collective et individuelle.

 

Le rétablissement de notre souveraineté n’a pas pour objet de faire vivre la France en autarcie derrière une ligne Maginot illusoire, il est de permettre à notre pays de retrouver à tout moment la maitrise de ses décisions et de participer activement au concert des Nations en toute indépendance.

 

C’est le sens de mon combat politique, le seul.

 

_______________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 25 mars 2016

 

A/S : Activités électroniques de défense d’Airbus group aux mains des américains !

Jacques Myard appelle, dans une question écrite, l’attention du Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sur la cession des activités d’électroniques de défense d’Airbus Group au fonds américain KKR.

Ces activités électroniques se concentrent sur la recherche et la réalisation des capteurs et des équipements de guerre électronique, d’avionique et d’optronique qui sont d’une nécessité absolue pour l’avenir de notre défense nationale. Même si Airbus garde l’activité de surveillance de frontières, l’abandon de ces technologies et de leurs chercheurs à une entreprise financière sous juridiction des Etats-Unis est une grave faute et met en péril notre indépendance dans un secteur stratégique. 

Cette cession de l’avionneur européen annoncée le 18 mars dernier intervient alors même que Bernhard Gerwert, patron d’Airbus Defence and Space, reconnaît que l’électronique de défense est une activité solide et profitable avec un potentiel de croissance significatif. Cette décision va à l’encontre du plan « Vision 2020 » de Louis Gallois. 
Le groupe industriel Airbus est détenu par un grand nombre d’Etats européens, dont la France, qui détient 11% de son capital et peut exercer son droit de veto. 

Il lui demande, en conséquence, si le Gouvernement approuve cette cession et s’il entend s’y opposer. 

 

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 22 mars 2016

 

A/S : Terrorisme : Paris, Bruxelles, le prix fort du sang !

 

Les attentats de Paris, ceux de Bruxelles aujourd’hui – et où demain ?- traduisent malheureusement le prix fort du sang que nous payons pour notre naïveté collective et l’irresponsabilité de nos dirigeants.

- Naïveté pour avoir accepté, au nom des droit de l’Homme, les dérives communautaristes sans réagir ; pis encore, ces « hommistes » se sont évertués à trouver des excuses à ceux qui affirment la supériorité de leur loi religieuse sur les lois du suffrage universel, au mépris de la laïcité, fondement de nos démocraties.

- Naïveté pour n’avoir pas compris que la liberté totale de circulation Schengen confondue avec l’absence de contrôle allait d’abord profiter aux assassins.

- Irresponsabilité pour n’avoir pas traqué et sanctionné fermement tous les trafiquants d’armes qui assassinent au quotidien avec des armes de guerre, à Marseille, au Bataclan et à Bruxelles.

- Irresponsabilité du Gouvernement français qui a refusé de rétablir des relations de coopération de sécurité et d’échanges de renseignements avec Damas, rangé par idéologie parmi les pestiférés.

 

Le problème n’est plus de savoir s’il faut appliquer la déchéance de la nationalité. La question fondamentale est de se départir rapidement de notre naïveté collective et de faire face avec responsabilité à la menace d’une cinquième colonne qui se joue de nos démocraties. Il nous faut lutter de façon implacable contre ces assassins.

 

Pas de liberté pour les ennemis de la liberté !

 

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 15 mars 2016

 

A/S : Jacques Myard demande par question écrite à Michel Sapin la liste des Etats étrangers bénéficiant d’avantages fiscaux pour leurs investissements en France

Jacques Myard vient de déposer une question écrite demandant au ministre de l’économie et des finances, Michel Sapin, la liste des Etats étrangers et de leurs entités publiques qui bénéficient de passe-droits fiscaux pour leurs investissements commerciaux ou civils sur le territoire national.

Dans ces temps de cruelle disette budgétaire, au moment même où le ministre cherche tous azimuts des recettes nouvelles et fait la chasse aux fraudes, cette « fraude légale » devrait fortement l’inquiéter et l’inciter à revoir le régime consenti de façon très complaisante à certaines monarchies du Golfe et d’autres.

 

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 11 mars 2016

 

A/S : Propositions de loi de Jacques Myard

 

Vous voudrez bien trouver ci-joint les deux propositions de loi j’ai déposées sur le bureau de l’Assemblée Nationale :

 

- La proposition de loi n° 3555 vise à confier la gestion des axes structurants de Paris au préfet de police

 

http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3555.asp

 

Des mesures adoptées par la maire de Paris comme dernièrement la piétonisation d’une partie de la rive droite de la Seine, sans aucune concertation avec les élus de banlieue, ignorent délibérément l’intérêt général et aboutissent à une ghettoïsation de Paris.

 

Alors même qu’il n’existe pas de réelle alternative en matière de transport en commun, entraver les échanges entre Paris et les banlieues, source supplémentaire d’embouteillage et de pollution, va directement contre l’intérêt général et pénalise des millions de nos concitoyens. 

 

La police de stationnement et de circulation de ces voies de la capitale doit donc redevenir de la compétence du représentant de l’Etat, le préfet de police, placée sous l’autorité du ministre de l’intérieur.

 

- La proposition de loi n° 3554 a pour objet la création d’une réserve citoyenne

 

« Volontaires pour ma ville » et a été cosignée par 32 députés


http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3554.asp


La protection de la cité est l’affaire de tous et ne doit pas être réservée aux seuls élus ou professionnels.

 

En cas d’événements particuliers se déroulant sur le territoire communal, le maire doit pouvoir faire appel à des citoyens qui, par leurs capacités professionnelles et leur disponibilité sont en mesure de venir en renfort du service public.

 

Ces citoyens volontaires remplissent leurs missions, qui pourront être très variées, de façon bénévole et acquièrent le statut de collaborateurs occasionnels du service public. Le maire met en place cette réserve citoyenne en tant qu’agent de l’Etat sous l’autorité du préfet. 

 

_______________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 09 mars 2016

 

A/S : Droit de réponse au journal le Parisien

 

Vous trouverez ci-joint mon droit de réponse in extenso au Parisien qui a repris une dépêche selon laquelle j'ai eu le privilège d'être élevé à la dignité de "Macho d'honneur 2016" par les chiennes de garde, ayatollah féministes de l'ordre moral !

 

Jacques MYARD
Député des Yvelines
Maire de Maisons-Laffitte La souveraineté de la France est le fondement de notre liberté.

 

CABINET DU DEPUTE-MAIRE

 

Réf. : VL/JM/041 Le 7 mars 2016,

 

Cher Monsieur le Directeur de la Rédaction,

 

Dans votre édition du 7 mars 2016, en page 1 du cahier central consacré au Département des Yvelines de votre édition nationale, vous avez fait paraître un article reprenant les informations des Chiennes de garde me qualifiant de « Macho d’honneur 2016 ».

 

La présentation des faits mérite quelques précisions qui ne sont pas à l’avantage des Chiennes de garde.

Je vous serais obligé de publier le droit de réponse ci-après en application de l’article 13 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881.


Droit de Réponse :
« En début de réunion sur l’Europe à la Maison de la Chimie, il y a quelques mois sur les enjeux européens et de l’Euro organisée par le Député Julien Aubert, « les femmes à barbe » se sont emparées des micros et ont commencé un discours couvert par les huées de la salle. Au bout d’un quart d’heure, elles ont arrêté leur numéro et l’une d’elle a voulu me serrer la main. J’ai refusé la main tendue en précisant sur le modèle de Michel Audiard : « Je ne parle pas aux connes, cela pourrait les instruire ».


A une journaliste de Libération ayant fait un portrait de moi que j’ai apprécié, la rencontrant à l’Assemblée, je lui précise que j’avais bien aimé son article et que j’en jouissais encore.

Une journaliste du Monde visiblement choquée – pauvre enfant - m’invective. Je lui réponds : « Cela vous choque que je vous parle d’orgasme ? ». Ce à quoi, elle m’a accusé d’être sexiste ! On ne peut être que très étonné par cette remarque venant de deux journalistes travaillant dans des quotidiens qui excellent dans l’étalage d’articles suggestifs à connotations sexuelles.

 

A l’évidence, Les Chiennes de garde sont expertes en manipulation et en hypocrisie. C’est le retour de l’ordre moral victorien ! ».


Fin du droit de réponse.

 

Je vous serais donc obligé de porter cette mise au point à la connaissance de vos lecteurs et me réserve le droit d’utiliser tous les moyens de droit dont je dispose pour y parvenir.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur de la Rédaction, l’expression de mes sentiments très cordiaux.

 

J. MYARD
Député-Maire

 

Copie à Sébastien BIRDEN
Monsieur Stéphane ALBOUY
Directeur de la Rédaction
Le Parisien 
25 avenue Michelet
93408 SAINT OUEN CEDEX

 

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 02 mars 2016

 

A/S Rapport de la Délégation parlementaire au renseignement pour 2015 (DPR)

 

Chargée de suivre et de contrôler l’activité des services de renseignement, la Délégation parlementaire au renseignement (DPR), à laquelle Jacques Myard appartient avec 3 autres députés et 4 sénateurs, vient de publier son rapport public annuel. Un rapport comportant des éléments couverts par le secret défense a été remis au président de la République.

 

A l’issue d’une année marquée par les terribles attentats qui ont frappé la France en janvier et en novembre, la DPR dresse un bilan des activités des services de renseignement et formule des préconisations. 

 

La menace terroriste s’inscrit dans la durée et risque de s’intensifier. Il convient donc de poursuivre le renforcement des moyens et d’avoir une vision stratégique adaptée à l’évolution de la menace.

 

La DPR s’est réunie 14 fois et a opéré des visites sur sites, en France et à l’étranger.

 

Elle a participé à l’élaboration des lois du 24 juillet relative au renseignement et celle du 30 novembre 2015 relative aux mesures de surveillance des communications électroniques internationales qui ont permis de sécuriser l’action des services de renseignement sur le plan légal tout en offrant des garanties à nos concitoyens sur le plan de la protection des libertés individuelles.

 

La DPR suit régulièrement la montée en puissance des services en termes d’effectifs, de fonctionnement et d’équipement et est tenue informée de l’évolution des menaces.

 

Le rapport souligne la nécessité de rendre plus performant le dispositif d’évaluation de la politique publique de renseignement, avec un contrôle interne renforcé au sein des services et la mise en place d’un véritable service interministériel d’inspection des services du renseignement.

Pour la première fois, la Commission de vérification des fonds spéciaux, formation spécialisée de la Délégation parlementaire au renseignement, dont Jacques Myard est membre, voit ses travaux intégrés dans le rapport d’activité de la Délégation.

 

Pour consulter l’intégralité du rapport de la Délégation parlementaire au renseignement, vous pouvez cliquer sur le lien suivant : 

http://www2.assemblee-nationale.fr/14/les-delegations-comite-et-office-parlementaire/delegation-parlementaire-au-renseignement/%28block%29/RapOffice/%28init%29/0

 

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 27 février 2016

 

A/S : Refonte du droit du travail: le gouvernement met la charrue avant les boeufs !

 

Le projet de loi du gouvernement "visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs", un texte complexe de 51 articles et de 131 pages répond en partie aux demandes des grandes entreprises mais n'est pas applicable selon les experts aux TPE et PME .

 

Mais ce texte est à ce stade pour la et les syndicats un crime de lèse majesté qui foule au pied leurs tabous idéologiques. Il a donc toutes les chances de sortir en lambeaux du Parlement, sans parler des grèves à répétitions qu'il va provoquer.

 

En réalité compte tenu des blocages idéologiques de la société française, c'est une illusion de croire que le gouvernement -quel qu'il soit - peut réformer le code obèse du travail en abrogeant nombre de ses dispositions et y inscrivant un vent de liberté contractuelle s'il n'y a pas dans le tunnel du chômage une lumière de croissance et d'emplois.

 

Qui peut croire que les entreprises même libérées des seuils ou bénéficiant d'un barème plafond pour les indemnités prudhommales vont embaucher si elles n'ont pas des commandes ?

 

Cette approche juridique de la réforme du code du travail est un leurre.

 

Il faut renverser l'ordre des facteurs du problème : d'abord créer de la croissance puis dé-corseter le code du travail. 

En effet la société française qui subit des pénuries économiques a toujours eu pour réflexe de rechercher la panacée à ses problèmes dans des règles juridiques pour se protéger. Les exemples sont nombreux dans l'histoire et vont des tickets de rationnement à la loi Allur de Duflot .

 

Ce dont l'économie française souffre le plus aujourd'hui c'est du manque d'investissement qui est en régression dramatique depuis 15 ans, ce qui correspond, soulignons le au passage, à l'entrée en vigueur de cette invention géniale qui devait nous donner les joies et l'allégresse de la croissance, oui vous avez devinez : l'euro !

 

Que cela plaise on non, il y a une corrélation totale entre l'entrée en vigueur de l'euro, la baisse drastique de nos investissements, la baisse de nos exportations et la montée du chômage, seuls les idéologues se refusent à l'admettre. Ce phénomène a d'ailleurs été précédé par la politique du Franc fort qui collait au Deutsche Mark entre 1992 et 2000, résultat 1 million de chômeurs en plus !

 

Une monnaie doit être adaptée à la force de son économie et non pas l'inverse !

 

N'ayez crainte l'heure de sortie de l'Histoire de cette monnaie artificielle va venir, ce n'est pas nous qui abandonnerons cette monnaie inadaptée , patience c'est elle qui nous abandonnera......sous la pression des marchés.....

 

Mais d'autres facteurs ont provoqué la chute des investissements et nous en sommes les seuls responsables, il s'agit de notre fiscalité, la meilleure au monde pour chasser l'épargne des Français qui émigre et créent des emplois partout sauf en France !

 

C'est sur ce levier qu'il faut agir et peu importe que dans un premier temps les recettes fiscales diminuent ou que les critères de Maastricht se dégradent ; on peut aussi faire des économies sur le nombre des agents publics qui collectent l'ISF - c'est l'un des secrets de la République les mieux gardés !

 

Mon propos ne se veut pas insolent, il vise la logique, réformer véritablement le code du travail sans en parallèle le retour de la croissance est illusoire car on va entrer dans de multiples blocages et conflits.

 

Après quatre années d'attentisme et d'inaction le gouvernement semble enfin prendre conscience du problème mais il met la charrue avant les boeufs. 

 

Ça va tanguer, les frelons gauchistes veillent et ils vont s'en donner à coeur joie sur cet attelage mal agencé qui a toutes les chance de finir cul par dessus tête !  

 

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 19 février 2016

 

A/S : Union Européenne / « Brexit » : ce n’est pas la question !

 

Les négociations en cours à Bruxelles, qui opposent le Royaume Uni aux 27 sur le « Brexit », ne posent pas la bonne question. Elles révèlent, en réalité, l’échec de l’Union Européenne actuelle.

 

Au lieu de s’opposer au Royaume-Uni et à David Cameron, les chefs d’Etats et de gouvernement de l’Union Européenne devraient se poser la question fondamentale : pourquoi l’Union Européenne ne fonctionne plus, déçoit les peuples européens et crée des tensions extrêmes entre les Etats.

 

La réalité est simple, l’Union Européenne est devenue une « usine à gaz » qui se mêle de tout, nie les souverainetés nationales et les parlements nationaux, et se trouve incapable de faire face à des situations comme les flux de réfugiés.


Elle est à la veille de l’implosion.

 

Une seule solution : se saisir des questions soulevées par le Royaume-Uni et tout mettre à plat, en procédant à une cure d’amaigrissement de l’Union Européenne pour transformer cette dernière en une Union de coopération où les Etats reprennent la main sur la Commission. L’heure est venue de rejeter une Union intégriste et paralysante, dans les mains d’une technocratie tombée dans l’ubris.

 

A cet effet, il est urgent de :

- redonner aux Etats 90 % des compétences attribuées indûment à Bruxelles, 

- se poser la question rapidement d’une monnaie unique qui favorise l’Allemagne, puissance dominante, et désindustrialise la France et les autres Etats,

- revoir les règles de concurrence trop souvent appliquées avec rigidité en adoptant une politique industrielle qui fait défaut, 

- refonder la politique agricole pour stabiliser les marchés

- revoir de fond en comble le système Schengen, en rétablissant les contrôles aux frontières nationales, ce qui ne signifie pas la remise en cause de la liberté de circulation - arrêter les terroristes et les malfrats n’est pas scandaleux ! - 

- élaborer une coordination pour les approvisionnements énergétiques des Etats européens.

 

Il est urgent de prendre conscience que le Royaume Uni n’a pas tort, il est urgent de sortir de l’idéologie de l’euro-béatitude !


Saisissons cette occasion pour sauver l’Europe avant qu’elle ne sombre. 

 

_______________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 10 février 2016

 

A/S : Déchéance de la nationalité, réforme constitutionnelle, assez d’enfumage !

Je suis un opposant déterminé à la politique du gouvernement socialiste ; néanmoins, j’ai voté sans états d’âme le projet constitutionnel de la déchéance de nationalité, pour les raisons suivantes :

- Il s’agit d’abord d’une question de principe. Les assassins jihadistes attaquent directement la Nation, ils se placent eux-mêmes hors du pacte national. Il est légitime, au nom de la conception que nous avons de la Nation, vivre un destin commun, que nous en tirions les conséquences ; c’est plus qu’un symbole, c’est une condition d’existence !

- S’agit-il d’une mesure inutile pour lutter contre les terroristes ?
C’est juridiquement faux.

L’inscription dans la Constitution du principe de la déchéance va donner un fondement légal à une disposition du code civil étrangement passé sous silence dans le débat ; il s’agit de l’article 23-8 du code civil, lequel peut être très efficace dans la lutte contre le terrorisme.

En effet, l’article 23-8 du code civil dispose, notamment, qu’un Français qui s’engage dans une armée étrangère peut être déchu de la nationalité, après mise en demeure de quitter cette armée, par décret du gouvernement, après avis simple du Conseil d’Etat. Mais, dans l’état actuel du droit, on doit s’interroger sur la constitutionnalité de l’article 23-8.

L’article 23-8 peut concerner des centaines d’individus qui sont aujourd’hui engagés dans les rangs de l’Etat islamique. Déchus de la nationalité, ils seront interdits de retour en France à condition, il est vrai, que l’on établisse des contrôles stricts à la frontière.

La polémique sur l’inutilité de la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité provient du fait que la loi d’exécution présentée par le gouvernement ne concerne que l’article 25 du code civil sans mentionner l’article 23-8, article 25 qui transforme la déchéance en peine complémentaire prononcée par le juge à la fin d’un processus judiciaire, toujours très lent et à la seule discrétion des juges.

Telles sont les raisons objectives en droit qui justifient l’inscription de l’exception de la déchéance dans la Constitution qui commande, selon moi, de dépasser les polémiques partisanes et l’enfumage qui en résulte.

 

________________________________________
 

COMMUNIQUE 

DES MAIRES DE

 

Maisons-Laffitte,

L'Etang la Ville,

Chevreuse,

Le Vésinet,

Triel sur Seine,

Orgeval,

Guerville:

 

Les villes carencées en colère !

 

 

Le jeudi 10 décembre 2015, à l’initiative de Jacques Myard, Député-Maire de Maisons-Laffitte, Jean-Yves BOUHOURD Maire de l’Etang la Ville, Claude GENOT, Maire de Chevreuse, Bernard GROUCHKO, Maire du Vésinet, Joël MANCEL, Maire de Triel sur Seine et Yannick TASSET, Maire d’Orgeval, se sont réunis pour débattre sur la situation des villes qui se situent en dessous du seuil de 25 % de logements sociaux et qui n’ont pu satisfaire aux obligations triennales 2011/2013 de la loi SRU modifiée par la loi ALUR.

 

Si nul ne conteste la légitimité d’offrir des capacités de logements pour toutes les catégories de populations, ce sont les difficultés concrètes, voire les impossibilités pratiques de mettre en œuvre et respecter le dispositif législatif et réglementaire existant qui sont uniformément dénoncés, dans un contexte budgétaire morose aggravé par le tarissement des sources de financement.

 

- Un dispositif uniforme, fondé sur un modèle mathématique coupé des réalités :

 

• Aucune prise en compte des spécificités locales, géographiques, urbanistiques et/ou architecturales mais une application aveugle de ratios mathématiques sur les territoires sans distinction y compris de la rareté et de la chereté du foncier
• Aucune prise en compte des difficultés et des spécificités des communes rurales

• Un dispositif très fortement aggravé avec la loi ALUR qui démultiplie les obligations dans un délai maintenu et qui conduit inexorablement à l’irréalisme
• Un mécanisme à effet de spirale fondé sur le stock et non sur le flux
• Des cycles de 3 ans, incompatibles avec la réalité des délais nécessaires au montage d’une opération (maitrise du foncier, procédures administratives d’instruction, obtention de financements, phases techniques de construction, contentieux...)

 

- Tout cela dans un contexte financier aggravé :

 

• Les collectivités territoriales et les Communes, tout particulièrement, voient leurs capacités financières se tarir avec le désengagement de l’Etat, alors que la faisabilité financière des opérations nécessite toujours plus de soutien


• Les traditionnelles subventions pour surcharge foncières en matière de logement social sont devenues des subventions d’équilibre nonobstant la concession de moins-values sur du foncier rare et cher.


• Le taux de logement social imposé en cas de carence dans les opérations privées, fragilise leur réalisation et se révèle contraire à l’objectif recherché de production de logements


• Un désengagement de l’Etat qui ne finance plus 10 mais seulement 4 % des opérations en puisant notamment dans les ressources des bailleurs sociaux, tout en exigeant 30 % des droits de réservations


• Un dispositif qui, outre les prélèvements annuels calculés sur le nombre de logements manquants pour atteindre le seuil de 25 %, est aggravé par des pénalités financières, rendant inexorables l’augmentation de la fiscalité locale et qui conduit à la négation même du principe de mixité sociale chassant les ménages les moins favorisés !!!

 

Ces quelques arguments, choisis parmi les plus marquants, démontrent le caractère totalement inapproprié du dispositif SRU modifié et lourdement aggravé par la loi ALUR, qui aboutit finalement à l’inverse des objectifs louables de permettre le logement du plus grand nombre.

 

Les Maires soussignés, Jacques MYARD, Député-Maire de Maisons-Laffitte, Jean-Yves BOUHOURD, Maire de l’Etang la Ville, Claude GENOT, Maire de Chevreuse, Bernard GROUCHKO, Maire du Vésinet, Joël MANCEL, Maire de Triel sur Seine et Yannick TASSET, Maire d’Orgeval ainsi que Evelyne PLACET, Maire de Guerville, demandent

- un moratoire sur ces dispositions particulièrement iniques et coupées des réalités
- une approche conventionnelle avec les pouvoirs publics qui tiennent compte de la situation urbaine et financière de leurs collectivités.

 

ILS DEMANDENT EN CONSÉQUENCE À ÊTRE REÇUS PAR LE PREMIER MINISTRE


Il convient de souligner que le nombre des villes carencées va augmenter très fortement l'an prochain ce qui démontre l'irréalisme de la loi par rapport aux réalités du terrain. 

 

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 18 janvier 2016

 

A/S : Plan Emploi ou Plan Canada Dry ? 

 

Les annonces du Président de la République en matière d'emploi laissent chacun sceptique sur leur réalisme et leurs efficacités.

 

Certes, personne ne peut regretter les efforts en matière de formation même si le premier effet sera une baisse de la catégorie A des demandeurs d'emploi.


Mais le gouvernement met la charrue avant les boeufscar pour former les hommes et les femmes il faut une demande d'emplois , il en va de même pour la prime à l'embauche de 2000 euros, les PME n'embaucheront pas s'il n'y a pas de commandes. 

 

Quant au CICE il ne représente que 1 à 2 % du PIB de la France et ne pèse guère sur la compétitivité de la France plombée par une monnaie unique longtemps surévaluée et qui profite d'abord à l'Allemagne, notre principal concurrent.

Le plan emploi n'a que l'apparence de mesures pour l'embauche, il ressemble au fameux slogan publicitaire d'un soda canadien !

 

Alors que faire ?

 

La France souffre au premier chef d'un manque catastrophique d' INVESTISSEMENTS et pour investir il faut changer les règles macro économiques sur le plan interne et européen.

 

Sur le plan interne il faut revoir radicalement notre matraquage fiscal qui chasse l'épargne des Français hors de France pour s'investir à l'étranger, et y créer des emplois, c'est l'ISF et toute la fiscalité sur les hauts et moyens revenus qui sont à revoir.

 

Sur le plan européen c'est l'impérieuse nécessité de supprimer ce scandale de la directive européenne des travailleurs détachés, j'ai fait une proposition de loi en ce sens.

 

Mais il faut aller plus loin en changeant les règles de la BCE relatives à l'assouplissement quantitatif qui "engraisse " aujourd'hui les banques qui ne prêtent pas aux entreprises par craintes tout azimuts !

 

A ce titre on doit rétablir le système des avances de la Banque de France à l'Etat pour financer les investissements par une politique de grands travaux qui sont en panne aujourd'hui !

 

C'est contraire aux traités ? Et Alors ? L'assouplissement quantitatif l'est aussi et on ne va pas mourir en respectant l'idéologie de Francfort et de Berlin le petit doigt sur le pantalon !!!!!

 

La situation de la France est catastrophique.

 

La France a besoin d'un remède de cheval , alors assez de politiquement économique correct, ce n'est pas avec des mesurettes qu'elle reprendra le chemin de la croissance !

 

_______________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 17 janvier 2016

 

A/S : France - Iran : Tout reconstruire !

 

L'annonce par l'AIEA que l'Iran avait respecté ses obligations visant à garantir la nature strictement pacifique de son programme nucléaire conformément à l'accord signé le 14 juillet 2015 entre les 5+1 et Téhéran au-delà de la levée des sanctions, constitue une novation géostratégique au proche et moyen Orient .

 

C'est le rééquilibrage de la zone entre les puissances arabo-sunnites et la Perse qui s'amorce.

 

Certes ce rééquilibrage suscite des craintes de la part de l'Arabie Saoudite chef de file des Sunnites et d'Israël, mais ces craintes sont elles fondées ?

 

Certains signes venant d'Iran sont désormais perceptibles pour une amélioration des relations avec d'Israël.

 

Quant à l'Arabie Saoudite, est elle en position, compte tenu de la détérioration de sa situation intérieure et du piège yéménite de se fâcher durablement avec son rival mais grand voisin? Rien n'est moins certain !

 

Quant à la France elle se doit de saisir sa chance et de retrouver en Iran la place qui fut la sienne dans tous les domaines économique et industriel mais surtout universitaire et culturel, fondement même de l'influence.

 

Il n'y a pas de doute que les Iraniens le souhaitent, car ils ne veulent pas rester en tête à tête avec les Américains voire d'autres puissances.

 

Une question se pose néanmoins et elle est sans doute dirimante, l'actuelle diplomatie française dirigée par Laurent Fabius n'est pas la mieux à même de conduire et de réussir ce retour en raison de sa position plus que ferme dans les négociations sur le nucléaire. 

 

Sans vouloir polémiquer - une pareille idée ne saurait me venir à l'esprit - le départ vraisemblable du ministre des affaires étrangères vers d'autres cieux plus calmes que les turbulences proche et moyen Orientales apparait bien comme la condition de la réussite du retour de la France en Iran comme en Syrie....... 

 

_______________________________________

Communiqué de presse: Voeux de Jacques Myard - 01/01/2016

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 01 janvier 2016

 

VOEUX 2016 : FRANCE LÈVE TOI !


 BONJOUR AMIS PROCHES OU LOINTAINS

 
Il est de tradition au premier de l'an de se présenter des vœux de santé et de prospérité personnels ,Je le fais bien volontiers car il faut dans la vie des rites, des marqueurs, et la tradition qui se perpétue loin d'être ringarde est source d'identité pour chacun.
 
Mais cette année je souhaite vous rappeler avec force que notre destin individuel est plus que jamais lié à notre destin collectif, celui de la Nation !

Pour ma part les choses sont claires : Tout est à reprendre , la France doit reprendre la maitrise de ses décisions, aujourd'hui la France a perdu sa souveraineté dans presque tous les domaines.

Cette situation n'est pas fortuite, elle est la conséquence d'un aveuglement collectif qui prend racine dans des utopies .
 
Cet aveuglement a joué à plein pendant des décennies sur les Français, sans doute fatigués par de trop longs efforts et qui par utopie idéologique ont remis leur destin entre les mains de l'Europe qui a dérivée d'une Europe des peuples vers une Europe technocratique qui a accaparé tous les pouvoirs réduisant à néant la souveraineté nationale, seul cadre possible et naturel de la démocratie.
 
Nous avons besoin d'une Europe de la coopération entre les Nations pas d'une Europe intégriste !
 
Ce mouvement d'abandon s'est accompagné d'un recul interne de notre identité nationale sous la pression de nombreux intellectuels qui ont défendu une société multiculturelle, source du communautarisme et de ses dérives terroristes que les Français découvrent aujourd'hui avec horreur!
 
Ces dérives je n'ai eu de cesse de les dénoncer et aujourd'hui comme hier je continuerai à me battre plus que jamais avec détermination pour que la France retrouve sa souveraineté, seul fondement de notre liberté collective et individuelle !
 
Bonne et heureuse année 2016 à vous tous et ensemble oeuvrons pour que notre pays retrouve la maîtrise de son destin !
 
FRANCE LÈVE TOI ! 

 

____________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 27 décembre 2015

 

A/S : CORSE : CRISE PREMONITOIRE ?

 

Les incidents que la Corse vient de connaitre ne peuvent susciter de la part des responsables politiques que des condamnations, il n'est pas admissible de caillasser, en leur tendant un piège, des pompiers et policiers dont la mission est de porter secours à nos concitoyens, pas plus qu'il n'est acceptable de se faire justice soi même dans un Etat civilisé !

 

Mais la situation ne peut se résumer à une question de principe et on se doit d'ouvrir les yeux sur la réalité française qui se dégrade inéluctablement chaque jour.

 

La réalité est simple, les pompiers et les forces de police se font caillassés tous les jours ou presque dans nombre de quartiers dits sensibles et qui peut dire que les auteurs de ces attaques inadmissibles sont systématiquement recherchés et sévérement sanctionnés ?

 

Certains les présentent d'ailleurs plus comme des victimes que comme des délinquants!

 

Alors le ras le bol monte en puissance et le jour n'est plus loin où ce qui s'est passé en Corse en réaction se généralisera partout en France.

 

Les Français en ont assez du laxisme du gouvernement.
L'alternative est très simple, l'Etat assure la première de ses missions la sécurité de citoyens ou il s'installe dans la démission et il sera vite remplacé par la justice populaire.
La sécurité plus encore que la politique a horreur du vide, alors l'heure n'est plus aux condamnations morales mais à la nécessité absolue de la tolérance zéro face aux caïds des banlieues.


Le gouvernement et plus particulièrement la Garde des Sceaux au lieu de fustiger le racisme des Français, véritable alibi de leur propre faillite devrait se souvenir de la phrase prémonitoire d'un noble de la cour au Roi à la veille de la révolution: "Sire ce peuple est terrible"

Ils l'apprendront à leurs dépens !

 

Jacques Myard

 

_______________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 23 décembre 2015

 

A/S : Déchéance de la nationalité pour les binationaux : la gifle pour Christiane Taubira.


On a peine à le croire, alors que la Garde des Sceaux clamait hier haut et fort sur une radio algérienne que la déchéance de nationalité ne figuererait pas dans le projet constitutionnel ,

elle subit ce matin un démenti sévère !

 

C'est une gifle cinglante et sans appel !


Tout ministre a priori responsable qui est ainsi désavoué ne peut en tirer qu'une conclusion : DÉMISSIONNER !

 

Il en va en effet de la cohérence politique du gouvernement de la République mais aussi de sa crébilité aux yeux de tous les Français à un moment où la Nation doit faire face à l'hydre des terroristes assassins.

 

La déchéance de la nationalité n'est certes pas l'alpha et l'omega de la lutte contre le terrorisme mais elle donne tout son sens au vouloir vivre ensemble de la Nation. Ce n'est pas la Nation qui exclut mais les assassins qui se placent eux-mêmes hors la communauté nationale qu'ils haïssent et combattent en tuant. La déchéance, après jugement ne fait qu'en tirer les conséquences.

 

De surcroît Christiane Taubira a commis une deuxième faute, celle de traiter d'une question de politique purement interne sur une radio étrangère lors d'une visite à Alger en faisant la défense et l'illustration du "droit du Sol " introduit en France au 19ème siècle pour nationaliser les étrangers pour en faire des soldats voire des ouvriers....

 

Cela ne manque pas de sel, car c'est oublier que l'Algérie n'applique pas le "droit du Sol " mais le seul " jus sanguinis " . Les autorités algériennes avaient d'ailleurs protesté lorsque la France sous l'instigation du ministère français de la Justice avait " nationalisé " les enfants de l'immigration algérienne en appliquant le double " Jus Soli ". Alger avait accusé Paris de colonialisme juridique au mépris des Accords d' Evian et de l'indépendance de l'Algérie ce qui n'était pas faux......

 

Christiane Taubira n'a plus la crédibilité pour rester au gouvernement, elle se doit d'en tirer les conséquences et partir !

 

________________________________________

COMMUNIQUE 
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

Le 21 décembre 2015

 

A/S : TRAVAILLEURS DÉTACHÉS / PROPOSITION DE LOI 

Vous voudrez bien trouver ci-dessous le lien internet qui vous permettra de prendre connaissance de ma proposition de loi dont l'objectif est de "déclarer d'ordre public le versement des cotisations sociales en France pour les travailleurs étrangers détachés".

http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3324.asp

Ce texte a été co-signé par une trentaine de députés.

Il va de soi que cette proposition va faire débat et peut être interprétée comme étant directement contraire aux directives européennes, sauf que la notion d'ordre public relève de la compétence des Etats membres .

A l'origine de la proposition de loi j'avais rédigé un article 3 que les juristes n'auront pas de mal à reconnaitre ainsi libellé :

" Défense itérative est faite aux magistrats de l'ordre judiciaire ou administratif de juger de la compatibilité de la présente loi avec des dispositions prises en application d'un accord international quel qu'il soit, ainsi que de ses actes dérivés." 

Ô surprise les services de la Présidence de l'Assemblée ont estimé que cela était contraire à la constitution et cela malgré mes fortes protestations, je ne pouvais donc pas l'écrire !!!!!! 

En tout état de cause , malgré cette censure inadmissible l'enjeu est bien de dénoncer pour y mettre fin ce système des travailleurs détachés qui est tout simplement économiquement et socialement un scandale !

Le combat continue....

Et en attendant Joyeux Noël à tous ! 

 

________________________________________

Cercle Nation et République "C.N.R"

Jacques Myard 

1 avenue Vergniaud

78600 Maisons-Laffitte

contact:
orey-coquais@orange.fr

 

Twitter: @jacquesmyard 

Webmestre

Sébastien Nantz

03 83 46 83 59

sebastien.nantz@sfr.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Cercle Nation et République